L’accessibilité en fauteuil roulant dans le géocaching, une interview avec le reviewer Poltrona Polaris

Pour célébrer l’Année de la Pose, le Geocaching HQ s’entretient avec des géocacheurs du monde entier sur le plaisir de poser des géocaches et sur les éléments à prendre en compte pour placer votre prochaine cache.

Les géocacheurs viennent d’horizons divers et ont différents niveaux de mobilité. Pour souligner la merveilleuse diversité au sein de la communauté géocaching, nous nous sommes entretenus avec le reviewer Poltrona Polaris, qui se déplace en fauteuil roulant, pour découvrir ses joies et ses défis dans la pratique du géocaching.

Geocaching HQ : Quand et comment avez-vous commencé à géocacher ?

Pendant l’été 2010, je m’ennuyais à la maison et je consultais un forum sur le scrapboking. L’un des messages demandait : “Qu’est ce que je peux faire d’amusant cet été ?”, et une des réponses à ce message a été “Sortez et allez faire du géocaching”. Si je me souviens bien, le message n’expliquait pas ce qu’était le géocaching, j’ai donc demandé à Google. J’ai trouvé le site Geocaching.com et j’ai passé le reste de l’été à apprendre tout ce que je pouvais sur le géocaching. En septembre 2010, je suis parti passer des vacances en Espagne avec deux amis. Je leur ai parlé du géocaching et nous avons trouvé nos toutes premières caches en Espagne avec un GPS Garmin nüvi.

HQ : En dehors du géocaching, quelles sont vos activités préférées ?

J’aime aller au théâtre voir des comédies musicales, jouer à des jeux de société avec ma famille ou des amis, ou à des jeux vidéos sur mon ordinateur. Je chante aussi, et je joue du piano.

HQ : Comment avez-vous choisi votre pseudo de reviewer ? A-t’il une signification spéciale pour vous ?

Je voulais que mon pseudo de reviewer reflète l’endroit où je vis et le fait que je passe la plupart de mon temps assis. J’ai donc choisi Poltrona, qui veut dire chaise roulante en italien, comme première partie de mon pseudo. Et comme je vis à l’intérieur du cercle polaire, je me suis dit que Polaris serait un bon choix pour la seconde partie de mon pseudo. Et c’est comme ça que j’ai choisi Poltrona Polaris.

HQ : Décrivez votre routine géocaching. Avez-vous des objets ou outils indispensables toujours avec vous ?

Je ne sors jamais sans mon fauteuil roulant. J’ai toujours également un stylo et une pince à épiler. Comme je ne géocache pas en hiver, à cause de la neige, je ne prends habituellement pas de lampe torche. Nous avons le soleil de minuit ici en été, quand je géocache le plus.

HQ : En quoi le géocaching en fauteuil roulant diffère est-il différent du géocaching sans ?

Les gens ne savent généralement pas ce qu’il faut pour qu’une cache soit accessible en fauteuil roulant. C’est toujours plus difficile de géocacher en fauteuil roulant, car même s’il est indiqué dans la page de la cache qu’elle est accessible, on ne sait jamais si elle le sera réellement ou pas. Je reviens souvent à la maison sans aucune trouvaille car la cache n’était finalement pas accessible en fauteuil roulant.

HQ : Pour planifier une sortie, comment savez-vous quelles géocaches seront accessibles en fauteuil roulant ?

Je ne sais pas si une cache comportant l’attribut “accessible en fauteuil roulant” l’est réellement et s’il sera possible de la trouver en étant assis dans un fauteuil roulant. Je cible toujours les caches de cotation terrain 1 et j’étudie toujours Google Street View pour voir où la cache pourrait être dissimulée.

Si je vois sur Google Street View que la cache est sur de l’herbe, je n’y vais pas car je sais que les fauteuils roulants roulent mal sur l’herbe. S’il y a un fossé entre la route et la cache, c’est un problème également. Je lis le descriptif de la cache et les logs, pour essayer de déterminer si elle sera réellement possible à trouver en étant assis dans un fauteuil roulant.

HQ : Quelles sont les idées reçues sur le géocaching en fauteuil roulant ?

La plupart des gens pensent que s’il y a une route goudronnée quasiment jusqu’à la cache, alors elle est accessible en fauteuil roulant. Mais imaginez, à 50 cm de la cache, le bitume s’arrête, il y a un trottoir, puis de l’herbe après le trottoir, et finalement la cache est dans un arbre. Elle peut être marquée comme “accessible aux fauteuils roulants”. Mais c’est faux puisque le fauteuil roulant ne peut pas monter sur le trottoir ni rouler sur l’herbe.

HQ : Comment les poseurs de caches peuvent-ils les rendre accessibles en fauteuil roulant ?

La première question à se poser quand on pense créer une cache accessible aux fauteuils roulants est de savoir si on peut accéder à cette cache sans décoller un pied du sol. Ensuite, seriez-vous capable de rechercher la cache, l’attraper et la remettre en place assis sur une chaise de cuisine et les pieds posés au sol ? Si vous pouvez répondre positivement aux deux questions, votre cache est probablement accessible en fauteuil roulant.

HQ : Qu’est ce que vous préférez dans le géocaching ?

Ce que je préfère dans le géocaching, c’est de trouver une cache par moi-même, sans avoir besoin de demander de l’aide à quelqu’un pour attraper la cache et la remettre à son emplacement. En 2018, je géocachais à Berlin et j’étais agréablement surpris de voir que toutes les caches marquées ‘accessibles en fauteuil roulant’ que je tentais l’étaient effectivement.

HQ : Avez vous un conseil pour les géocacheurs ?

Les caches accessibles en fauteuils roulants ne sont pas faites que pour les personnes en fauteuil. Elles sont aussi utiles pour les personnes qui ont divers problèmes de mobilité. Si une géocache est réellement accessible en fauteuil roulant, cela vous indique qu’elle n’est pas à terre et ne sera pas non plus placée très haut. Cela permet finalement à tout le monde de savoir où chercher la cache et où il est inutile de chercher. Il y a un tas d’endroits où une cache réellement accessible en fauteuil roulant ne peut pas être posée.

Je conseillerais également de rendre la plupart des Events accessibles en fauteuil roulant, afin que chacun, quelle que soit sa mobilité, puisse participer à l’Event et faire ainsi partie de la grande communauté du géocaching.

La communauté géocaching regorge d’histoires incroyables sur le géocaching ! L’Année de la Pose est le moment parfait pour poser une cache et partager un endroit ou une création spéciale avec la communauté.


Quand vous posez une cache, soyez précis dans les cotations difficulté et terrain, écrivez un descriptif détaillé, et ajoutez des attributs pour permettre aux géocacheurs de tout niveau de mobilité de savoir à quoi s’attendre une fois sur place. Bonne pose !


Est ce qu’un ami ou vous-même géocachez avec différents niveaux de mobilité ? Racontez-nous votre histoire dans les commentaires.

Adam is a Community Coordinator at Geocaching HQ. Originally from the San Francisco Bay Area, you can find him laying out for a catch in ultimate frisbee, playing the baritone sax, or lacing up his boots to cache on a PNW hike.