Skip to content

<

l'Arche et l'Aiguille du pays de caux

A cache by lovekraft Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 03/31/2011
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   not chosen (not chosen)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Related Web Page

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Les falaises de la Seine-Maritime offrent la plus belle vitrine de la craie en France. Cette roche s'est déposée au Crétacé supérieur sur la bordure Ouest du continent européen, à côté de l'Atlantique Nord qui commence à s'ouvrir avec un fort taux d'expansion et sous un climat dominé par un effet de serre considérable. Le niveau marin est alors le plus élevé des temps phanérozoïques. La boue crayeuse, largement produite par des nano-organismes, est constituée de calcite faiblement magnésienne. Le très faible résidu argileux des craies blanches témoigne de l'aridité que subissaient les masses continentales émergées environnantes.

Histoire géologique du pays de Caux

 



La craie est une roche calcaire, composée à plus de 90% de CaCO3. C'est une bio micrite (calcaire à microorganismes et à grain fin), friable et poreuse.
La fraction non-carbonatée très faible comporte du quartz, des petits feldspaths authigènes, des micas, des minéraux lourds, de la glauconite, des argiles (illite et montmorillonite). Le reste est fourni par des débris d'organismes consistant en :

  • des éléments dissociés de Coccolithophoridés, c'est-à-dire des Algues microscopiques, unicellulaires, munies de flagelles et vivant dans le plancton. Ces éléments dissociés de forme discoïdale sont appelés des Coccolithes et représentent de 20 à 50% de la craie. A cause de leur taille extrêmement petite, les Coccolithes sont classés dans les nanofossiles  
  • des Foraminifères planctoniques et benthiques (Globigérines, Globotruncana). .

La trame de la craie est constituée essentiellement par ces débris, généralement très faiblement cimentés entre eux par de la calcite. Il subsiste des vides. Il est probable que la sédimentation des Coccolithes se soit faite par l'intermédiaire de boulettes fécales excrétées par des Copépodes (petits Crustacés) ou par des Tuniciers.
Le taux de sédimentation moyen pouvait atteindre 15 cm / 1000 ans. L'absence d'éléments détritiques (sauf sur les marges du bassin) peut être mis en rapport avec un climat aride et non saisonnier. Les fragments de quartz ou d'illite peuvent être d'origine éolienne. La montmorillonite est soit néoformée, soit dérivée de produits volcaniques.
La profondeur de dépôt peut être estimée d'après le type de faune : Inocérames et Eponges siliceuses à environ 200 à 300 mètres. Des perforations ou des structures laminées semblent parfois indiquer l'existence d'Algues, c'est-à-dire une sédimentation dans la zone euphotique.
 

Les silex sont des accidents siliceux formés à l'intérieur de la craie.
La craie s'est déposée au cours du crétacé supérieur. Son épaisseur totale dépassait les 300 mètres, les falaises du Pays de Caux n'en montrent qu'une partie, soit invisible en profondeur, soit érodée à sa parte supérieure au cours de l'ère tertiaire. A l'origine, la craie avait la consistance d'une boue qui, au cours des temps, s'est compactée en expulsant son eau et en se cimentant. La craie est une roche rare sur le globe et dans les temps géologiques bien qu'elle soit abondamment représentée dans la région.

Origine de la silice
Le silicium est un élément chimique majeur des roches de la croûte terrestre. Les roches magmatiques sont composées de minéraux silicatés et leur décomposition par hydrolyse conduit à la libération du monomère Si(OH)4, mono molécule d'acide silicique, en solution vraie. A 20°C, la solubilité de la silice amorphe est de 120 mg/l pour des valeurs de pH comprises entre 2 et 9. Cette valeur est nettement plus faible (8 à 20 mg/l) pour les formes cristallines de la silice (quartz, calcédonite). Les rivières transportent la silice à la mer.

Précipitation
Certains organismes sont capables de précipiter et de fixer la silice pour la construction de leur squelette (silicoflagellés, radiolaires, diatomées, éponges). Dans le bassin de la craie, ces animaux ou végétaux devaient proliférer et ils ont vraisemblablement contribué à enrichir la boue crayeuse en silice amorphe. A leur mort, la stabilité de la silice n'est plus assurée et la silice dissoute enrichit l'eau intersticielle. La teneur en silice des solutions intersticielles devait donc être voisine de la saturation. Dans ces conditions, de faibles variations des facteurs déplaçant l'équilibre physico-chimique ont pu engendrer la précipitation ou la remise en solution de la silice. Parmi les causes de précipitation, on peut citer le refroidissement, l'apport d'électrolytes ou la présence d'un support organique. Les causes réelles restent souvent hypothétiques.
Le silex se forme par épigénie, c'est-à-dire par remplacement, molécule par molécule, du carbonate de calcium par la silice. Ce remplacement se fait, non pas à la surface, mais à l'intérieur de la boue carbonatée lorsque celle-ci a subi une certaine induration. L'amorce du phénomène correspond souvent à une hétérogénéité locale  spongiaire ou autre fossile autour de laquelle se propage la silicification. On peut voir, par exemple, un oursin dont le test a été partiellement silicifié.
L'occurence des silex est à mettre en rapport avec larytmicité des depots crayeux. Dans certaines formations ryhtmiques , les silex se cantonnent dans la moitié supérieure de la séquence élémentaire (20-40 cm) dont l'origine est parfois expliquée par la précession (mouvement conique de l'axe de rotation terrestre, actuellement de période égale à 25 800 ans se traduisant par deux périodes climatiques à 23000 et 19000 ans).

 

 

Un grand nombre de séries géologiques sont rythmiques, c'est-à-dire qu'elles sont constituées de la répétition régulière selon la verticale d'un même motif sédimentaire. La craie n'échappe pas à cette logique de rythmes, mais le contraste lithologique est faible et l'identification des rythmes est rendu beaucoup plus difficile. Les beaux affleurements lavés et polis à la base des falaises permettent de relever des différences subtiles à l'intérieur des couches.
Juignet et Breton se sont attachés à analyser et à identifier ces rythmes.
L'épaisseur des rythmes varie entre 30 cm et 1,5 m. Les critères de diagnose des rythmes sont les suivants :
- lateneur en argile (ou de manière inverse la teneur en carbonate de calcium). Le pourcentage d'argile est plus élevé à la base du rythme et décroît rapidement.
- la teneur en glauconie (minéral silicaté vert foncé en petits grains) est plus forte à la base du rythme

les cordons de silex, soit bien stratifiés (4 ou 5 niveaux) soit plus ou moins dispersés. En section, ils sont formés à partir d'une tubulure, vestige d'un terrier horizontal se subdivisant en branches en formes de Y ou de T. Ici en coupe verticale, ce n'est pas visible, mais ces terriers s'anastomosent dans le plan horizontal pour former un réseau vaguement hexagonal (ces silex, descendus au niveau de l'estran à l'Est de la Manneporte, montreront ce type de structure). Quand la densité de terriers est grande, la silicification forme une couche de silex quasi-continue avec une surface supérieure dessinant des circonvolutions. Cette trace fossile (ou ichnofossile) est désignée sous le nom de Thalassinoides et on l'attribue généralement à des crustacés décapodes.

Pour valider la cache vous devez m'envoyer un mail (voir profile) avec la réponse aux questions suivante :

1)      Au wp1 quel est la couleur du cordon de silex dans la falaise

2)      combien de grotte se trouve sur votre gauche dans la falaise

3)     Faites une photo de votre GPS au WP2 avec la falaise en arrière plan

Merci de logue une write note et d’attendre mon mail de validation pour logue un found it sinon le logue sera archiver

The cliffs of Seine-Maritime offer the most beautiful window of chalk in France. This rock settled with the higher Cretaceous on the Western edge of the European continent, beside the North Atlantic which starts to open with a strong growth rate and climate dominated by an effect of considerable greenhouse. The marine level is then highest of times phanérozoïques. The chalky mud, largely produced by nano-organizations, consists of calcite slightly magnesian. The very weak argillaceous residue of chalks white testifies to the aridity that underwent the surrounding emerged continental masses.

Geological history of the country of Caux



The chalk is a calcareous rock, made up with more than 90% of CaCO3. It is a bio micrite (calcareous with micro-organisms and fine grain), friable and porous.
The very weak not-carbonated fraction comprises quartz, small authigenous feldspars, micas, heavy minerals, glauconite, clays (illite and montmorillonite). The remainder is provided by remains of organizations consisting of:

  • elements dissociated from Coccolithophoridés, i.e. microscopic Algae, unicellular, provided with whip and alive in the plankton. These dissociated elements of form discoïdale are called of Coccolithes and represent from 20 to 50% of chalk. Because of their size extremely small, Coccolithes are classified in the nanofossiles  
  • planktonique Foraminifera and benthic (Globigérines, Globotruncana). .

The screen of chalk is primarily made up by these remains, generally very slightly cemented between them by calcite. There remains vacuums. It is probable that the sedimentation of Coccolithes was done via fecal pellets excreted by of the Copepoda (small Shellfish) or by Tunicates.
The average rate of sedimentation could reach 15 cm/1000 years. The absence of detrital elements (except on the margins of the basin) can be put in connection with an arid and nonseasonal climate. The fragments of quartz or illite can be of wind origin. Montmorillonite is either newly formed, or derived from volcanic products.
The depth of deposit can be estimated according to the type of fauna: Inocérames and siliceous Eponges with approximately 200 to 300 meters. Sometimes rolled perforations or structures seem to indicate the existence of Algae, i.e. a sedimentation in the euphotic zone.

The flints are silicon accidents formed inside chalk.
The chalk settled during the higher cretaceous. Its total thickness exceeded the 300 meters, the cliffs of the Country of Caux show of it only one part, either invisible in-depth, or eroded with its leaves higher than the course the tertiary era. With the origin, the chalk had the consistency of a mud which, during time, was compacted by expelling its water and while being cemented. The chalk is a rare rock on the sphere and in geological times although it is abundantly represented in the area.

Origin of silica
Silicon is a major chemical element of the rocks of the earth's crust. The magmatic rocks are made up of silicated minerals and their decomposition by hydrolysis leads to the release of the monomer If (OH) 4, mono molecule of silicic acid, in true solution. With 20°C, the solubility of amorphous silica is of 120 mg/l for values of pH ranging between 2 and 9. This value is definitely lower (8 to 20 mg/l) for the crystalline shapes of silica (quartz, calcédonite). The rivers transport silica to the sea.

Precipitation
Certain organizations are able to precipitate and fix silica for the construction of their skeleton (silicoflagellés, radiolarian, diatoms, sponges). In the basin of chalk, these animals or plants were to proliferate and they probably contributed to enrich chalky amorphous silica mud . With their death, the stability of silica is not assured any more and silica dissolved enriches intersticielle water. The silica content of the intersticielles solutions was to thus be close to saturation. Under these conditions, weak variations of the factors moving physicochemical balance could generate the precipitation or the handing-over in solution of silica. Among the causes of precipitation, one can quote cooling, the contribution of electrolytes or the presence of an organic support. The real causes remain often hypothetical.
The flint is formed by épigénie, i.e. by replacement, molecule by molecule, of calcium carbonate by silica. This replacement is done, not not on surface, but inside carbonated mud when this one underwent a certain induration. The starter of the phenomenon often corresponds to a local heterogeneity  spongiaire or another fossil around which silicification is propagated. One can see, for example, a sea urchin of which the test partially was silicified.
The occurrence of flints is to be put in connection with larytmicity of the chalky deposits. In certain ryhtmic formations, the flints are confined in the higher half of the elementary sequence (20-40 cm) whose origin is sometimes explained by the precession (conical movement of the terrestrial axis of rotation, currently of period equal to 25.800 years resulting in two climatic periods with 23000 and 19000 years).

A great number of geological series are rhythmic, i.e. they are consisted of the regular repetition according to the vertical of the same sedimentary reason. The chalk does not escape this logic from rates/rhythms, but lithological contrast is weak and the identification of the rates/rhythms is made much more difficult. The beautiful outcrops washed and polished at the base of cliffs make it possible to raise of the subtle differences inside the layers.
Juignet and Breton attempted to analyze and identify these rates/rhythms.
The thickness of the rates/rhythms varies between 30 cm and 1,5 Mr. The criteria of diagnosis of the rates/rhythms are as follows:
-content of clay (or in manner the content calcium carbonate reverses ). The clay fraction is higher at the base of the rate/rhythm and decrease quickly.
- content of glauconie (dark green mineral silicated in small grains) is stronger at the base of the rate/rhythm

flint cords, either laminated well (4 or 5 levels) or more or less dispersed. In section, they are formed starting from a pipe, vestige of a horizontal burrow subdividing of branches in forms of Y or T. Here out of vertical cut, it is not visible, but these burrows are anastomosed in the horizontal plane to form a vaguely hexagonal network (these flints, descended on the level from the estran in the East from Manneporte, will show this type of structure). When the density of burrows is large, silicification forms a quasi-continuous layer of flint with a upper surface drawing of convolutions. This fossil trace (or ichnofossile) is indicated under the name of Thalassinoides and one generally allots it to shellfish décapodes.

To validate the hiding place you must send to me an email (see profiles) with the following answer to the questions:

1)to the wp1 what ids the couleur of the flint cord in cliff

2)how much cave is on your left in cliff

3)Make a photograph of your GPS to the WP2 with cliff in background

Thank you for a dialogue write note and wait for my mail validation found it a dialogue if not the dialogue will be archived

free counters

Additional Hints (No hints available.)