Skip to Content

<

Buré d’Orval

A cache by fred54 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/02/2011
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Buré la forge ou Buré d’Orval.



 

L’usine à fer de Buré daterait du XIV° siècle. Elle fut fondée par les moines d’Orval (de même que le fourneau voisin du Dorlon) qui en furent propriétaire jusqu'à la révolution. Cette forge fonctionnera jusqu’en 1860.

L'histoire de Buré est très ancienne. En 1201, les moines de l'abbaye cistercienne d'Orval, fondée 70 ans plus tôt, reçoivent du chevalier Soibert à Mussy la terre de Buré. Ils y établissent une ferme. Dès le départ, ils s'intéressent à la sidérurgie pour les besoins du monastère en utilisant la technique gauloise des bas-fourneaux. Ces bas-fourneaux produisent du fer en très petite quantité.

Grâce à l'invention du haut-fourneau, tout va changer. Celui que vous pouvez voir à Buré date de 1838. Mais son ancêtre a été construit, ici même, vers 1390 par les moines. Ce fut le premier haut-fourneau de toute la région. Cette nouvelle technique a été inventée à partir du milieu du XIIIe siècle pour répondre à une demande en fer plus importante en Occident. La population augmente.

On a besoin de plus grandes quantités de métal pour les outils agricoles et pour les soldats. Le four devient peu à peu plus liant. Il est désormais maçonné et doublé de briques réfractaires. Sa forme tronconique facilite la descente des charges où alternent minerai et charbon de bois. La température augmente grâce à un soufflet beaucoup plus gros. actionné par une roue hydraulique. Les forges se localisent désormais en bordure des cours d'eau et deviennent des établissements permanents.

Le cours d'eau du Dorlon est suffisamment petit pour être dominé par l'homme. Il fut alors barré par les moines qui construisirent une digue, créant ainsi un étang. Le haut-fourneau a été implanté juste au pied de la digue. Cette localisation classique permet d'accéder facilement au gueulard, grâce à une passerelle pour le chargement en minerai de fer et en charbon de bois.

Au-delà du haut-fourneau, la grande halle que vous pourrez voir servait d'entrepôt pour le charbon de bois et le minerai. Le fer fort venait en particulier des minières très réputées de Saint-Pancré. par le chemin qui longe l'étang. Au-delà de la digue, à l'entrée de la clairière, on peut voir encore la grosse balance du XIXe siècle. Le minerai était ensuite entreposé dans l'espace libre, derrière la balance, avant d'être lavé au bord de l'étang.

Depuis 1390, le haut-fourneau fut plusieurs fois détruit et reconstruit. Mais la technique a peu évolué dans l'intervalle. A la sortie du haut-fourneau, qui a utilisé beaucoup de charbon de bois, coule la fonte, métal cassant riche en carbone. Une nouvelle technique est alors nécessaire : l’affinage.

Dans la première halle, il y avait deux foyers d'affinage surmontés d'une hotte. Au fond, contre la digue, une roue hydraulique actionnait un soufflet pour activer le feu au charbon de bois. Un ouvrier avançait la gueuse de fonte au-dessus du foyer. Sous l'action de l'oxygène, le carbone se consumait. Le fer tombait alors goutte à goutte dans un creuset, où il était brassé par l'affineur, à l'aide d'un ringard pour détacher les scories. La loupe ainsi produite était ensuite cinglée par un gros marteau, afin de donner au métal une structure plus homogène en soudant entre elles les particules de fer. On obtenait ainsi un lingot. L'affinerie est donc l'ancêtre de l'aciérie.

Dans la platinerie, le fer était transformé en produits plats. Il y avait ici une chaufferie et un gros marteau appelé martinet, dont le manche était constitué d'une solide poutre en bois. Au fond de la halle, une roue hydraulique faisait tourner un arbre à cames. Les cames soulevaient le marteau puis le laissaient tomber à coups réguliers, pour frapper sur l'enclume la pièce de fer préalablement réchauffée. Ainsi le fer s'allongeait. Avec ce fer aplati, on fabriquait ensuite toutes sortes d'objets courants. La troisième halle abritait, au XIXe siècle, une autre roue hydraulique.

Les trois conduites d'eau qui actionnaient les roues hydrauliques se rejoignent sous terre à la sortie des halles et ressortent à l'air libre, près de l'angle de la maison, formant un petit étang. A son débouché, se trouvait un bocard, c'est-à-dire un moulin-concasseur pour broyer les scories. Un deuxième bocard était situé plus bas, dans le pré.

Au-dessus des forges, on découvre le logement du directeur construit au XIXe siècle. A l'origine, au XVe siècle, les moines d'Orval qui dirigeaient la forge logeaient dans la ferme située au-dessus.

Additional Hints (Decrypt)

Qnaf yr zhe.

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.