Skip to Content

<

Le canal de Jonage - La Rize

A cache by Bilgert Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 08/15/2011
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Cette cache fait partie d'une série destinée à vous faire découvrir différents aspects du canal de Jonage.
Notez et conservez pour celle-ci l'indice "E" qui vous permettra de découvrir la cache "Le canal de Jonage - Bonus".

La Rize prend naissance, au nord du Grand Large, au lieu-dit de « La petite Camargue » selon certains, ou aux « Simondières » selon d’autres. Son canal aménagé en parallèle au canal de Jonage lui permet de traverser les communes de Décines et Vaulx-en-Velin jusqu’à l’avenue de la Rize, à Villeurbanne, dont le tracé correspond à celui de l’ancien cours d’eau. Vers le Pont de Cusset, se situait le « trou de la Rize », dont les Anciens ont gardé la mémoire et qui correspondait à un lieu de baignade.

L’ouvrage "La Rize, secrète rivière" (G. Desgrandchamps, 1937) nous en livre son histoire, illustrée de quelques photographies en noir et blanc.
Le ruisseau est déjà mentionné au XIIème siècle. Il sourdait par infiltration des marais de Décines et de Villeurbanne, passait de Vaulx à Villeurbanne puis s’écoulait dans les prairies de Saint-Antoine, le domaine de la Ferrandière, les terres des moines de la Part-Dieu et se jetait dans le Rhône par deux embouchures, à l’aval et en amont du Pont de la Guillotière.
La Rize est une rivière heureuse, dont les bords accueillants sont fréquentés par les amoureux, les pêcheurs et les lavandières mais elle connaît des vicissitudes au XIXème siècle, que détaille son biographe G. Desgrandchamps.
A la belle époque et jusqu’entre les deux guerres, les lyonnais venaient “y prendre un bol d’air”, manger la friture et jouer aux boules. Vers 1906, la ligne 16 du tramway les conduisait jusqu’à Cusset, après ils marchaient sous les ombrages de l’avenue de la Rize ( aujourd’hui avenue Grandclément). La ville et les associations du quartier font renaître une de ces guinguettes depuis 2009. Un vrai succès, avec repas sur la place et p’tit bal perdu.

La rivière connaît 4 années de sécheresse de 1826 à 1830, par suite de l’assèchement des marais qui l’alimentent. Sans les crues qui suivent de 1840 à 1842, la Rize aurait finie évaporée en même temps qu’eux. Avec le développement industriel, le cours d’eau est victime de son succès et de la bonne réputation de ses eaux. Elles servent alors aux teintureries, tanneries et autres activités polluantes et leur qualité se dégrade. De plus, les dérivations et autres barrages qui envahissent son lit l’appauvrissent. Des mesures de curetage sont prises trop tard et le 6 avril 1875, le conseil municipal de Lyon adopte la suppression de la Rize dans l’intérieur de la ville, pour assainir le quartier du 3ème arrondissement. La mesure ne soulève aucune protestation et est déclarée d’utilité publique le 16 avril 1880. Depuis 1881, le cours lyonnais de la Rize s’écoule en égout dans le sous-sol de Lyon.

En 1893-1894, la Rize est accusée d’être à l’origine de l’épidémie de fièvre typhoïde qui frappa le quartier des Maisons neuves.
En 1894, le coup de grâce de la Rize est donné lors du creusement du canal de Jonage, dont le cours supérieur est totalement absorbé par l’ouvrage. En 1896, en aval du pont de Cusset, on fait passer la rivière sous le canal par un siphon mais la survie de la rivière est de courte durée. Avec les développements de Lyon et Villeurbanne, l’envasement s’accélère et elle continue à être couverte et enfermée dans des tunnels souterrains pour que les architectes puissent bâtir en surface. La rivière subsiste alors dans la mémoire des anciens et sous forme d’égouts à Lyon.

A Décines, Vaulx-en-Velin et en partie Villeurbanne, elle vit encore sous la forme d’un canal, parallèle à celui de Jonage grâce à un projet intercommunal, baptisé « Les bords de la Rize », réalisé par le paysagiste Pierre Pionchon, au début des années 1990. L’article du Progrès du 17 août 1997, intitulé « La Rize : un traitement de choc », rapporte sa genèse et son objectif réussi : préserver le patrimoine naturel autour de la Rize et aménager un circuit de promenade agréable qui rejoint le chemin de halage. Il est donc possible de se balader au bord de la rivière sur les communes concernées.


Vous pourrez aussi gravir la digue, circuler sur le chemin de hallage avec une vue amont sur la centrale hydroélectrique de Cusset, à la rencontre des nombreux cygnes peu farouches qui ont élu domicile sur le canal de Jonage.


Association des Géocacheurs du Nord Isère et d'Ailleurs

Infos, actualités, astuces, aide à l'organisation d'events, ...

Cliquez sur le logo pour consulter le blog.


Additional Hints (Decrypt)

Qnaf yr yvreer, à 50 pz qh fby.
Ibve cubgbf Fcbvyre

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

173 Logged Visits

Found it 151     Didn't find it 7     Write note 5     Temporarily Disable Listing 2     Enable Listing 2     Publish Listing 1     Owner Maintenance 3     Update Coordinates 2     

View Logbook | View the Image Gallery of 21 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.