Skip to content

Charly-Oradour - Le Monument Traditional Geocache

Hidden : 06/10/2013
Difficulty:
2.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Charly-Oradour, monument commémoratif du massacre d'Oradour-sur-Glane

 
Aux morts des communes de Charly et de Montoy-Flanville.
 
Ces Mosellans, comme beaucoup d'autres furent expulsés vers la "France de l'intérieur", certains à Oradour-sur-Glane (87) où le 10 juin 1944 a eu lieu le massacre des habitants par un détachement de la division SS "Das Reich".
 
Roger GODFRIN, âgé de 8 ans présent sur les lieux a pu se cacher. Il est le seul rescapé de toute sa famille et est revenu dans son village à Charly. Le conseil municipal, par une délibération du 26 mai 1946, demanda d'ajouter au nom de Charly celui d'Oradour en mémoire des victimes qui représentaient près du quart de la population : 171 âmes et 52 foyers en 1939.
 
Après quatre années de démarches, en août 1950, Charly devint Charly-Oradour.
 
La colonne centrale s’élève à quatorze mètres, au pied du Christ se trouve une urne funéraire avec les cendres des martyrs qui porte la date du 10 juin 1944 - les pierres tombales disposées en demi-cercle autour portent le nom et l’âge de chaque victime.

 

Annexion de la Moselle

Dès la déclaration de guerre le 3 septembre 1939, près de 30 % du territoire de la Moselle se trouve entre la Ligne Maginot et la frontière allemande. 302 732 personnes, soit 45 % de la population du département, sont évacuées pendant le mois de septembre 1939 vers des départements du Centre et de l'Ouest de la France, essentiellement la Charente, la Charente inférieure, la Vienne, la Haute-Vienne et enfin la Haute-Loire qui accueillent les mineurs. L'ordre d'évacuation pour les villages frontaliers comme Oberdorff est donné dès le 1er septembre. Parmi les quelque 300 000 évacués, 200 000 reviendront après la défaite.

L’article 16 de la convention d’armistice impose au gouvernement Pétain de procéder au rapatriement de la population dans les territoires occupés. Les Mosellans que l’exode n’avait pas trop éloignés reviennent les premiers. Metz se repeuple rapidement le 1er juillet.
Le 2 juillet arrive les premiers trains d’évacués de la zone frontière. A partir du 20 leur retour se fait à une cadence journalière jusqu’au début novembre 1940. 183 041 Mosellans décident de revenir et 119 691 ont préféré rester en France libre.
Environ 7 100 réfugiés suspects aux yeux des occupants sont refoulés par la commission de tri de Saint Dizier.
 
En Alsace le nombre de personnes expulsés atteignit les 120 000, cela se déroula dans des conditions et avec un objectif identique : regermaniser cette province.

On estime qu’en Moselle, près de 300 000 habitants ont été concernés par ces déplacements successifs, soit presque la moitié de la population de ce département avant la guerre.

 

Additional Hints (Decrypt)

Y'nfghpr rfg qéwà seédhrzzrag hgvyvfér. Znvf gbhwbhef rssvpnpr. (zntaégvdhr)

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)