Skip to content

<

Communes de Loire Atlantique : BOUVRON

A cache by canal44 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 04/27/2014
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Les blasons des communes de Loire-Atlantique


Les communes de Loire-Atlantique est une série de caches particulières construites grâce à la collaboration entre les géocacheurs.

En Loire-Atlantique, il y a 221 communes, à vous de jouer...

Carte des communes de Loire-Atlantique

Pour réserver votre commune, mettre à jour votre contribution sur cette carte et faire entrer votre cache dans la liste des signets, merci d'envoyer un mail à cette adresse dédiée à la série :
communes.loire.atlantique@gmail.com

". Nous sommes heureux d'étendre à la Loire-Atlantique, l'idée originale d'ATMO Studio que nous remercions sincèrement pour son aide. La première série "Les communes de Vendée" est née non loin de La Roche sur Yon, à Nesmy.

DESCRIPTIF :

La commune d’une superficie de 47.63 km2 comptait au dernier recessement de 2011 2904 habitants les Bouvronnais et Bouvronnaises

L’ORIGINE DU NOM

Le nom de «Bouvron» viendrait du gaulois bébronnos, qui signifirait «la rivière des castors», bébros sigifiant castors et onno signifiant rivière. Bouvron tirerait ainsi son nom du petit cours d'eau situé à l'est du bourg (ruisseau de Gautret) et qui va se jeter dans l'Isac.

blason[1]

Bouvron tire son nom du vieux français bouvron : « rivière aux castors », d'où les deux castors ; l'épée tombante rappelle la reddition allemande de la poche de Saint-Nazaire le 11 mai 1945. Les mouchetures d'hermine évoquent le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par la mairie.

HISTOIRE DE LA COMMUNE

La première Eglise

A la fin du Xe siècle, les moines de Redon sont envoyés dans la région évangéliser le pays. Vers 930 sur le plateau qui avoisine le ruisseau de Gautret, ils élèvent une chapelle dédiée à Saint-Sauveur. Cet emplacement est choisi par les moines pour profiter du cours d'eau. Par la construction de barrages, ils créent une succession d'étangs qui sont aujourd'hui le bas relief ou Bois bleu et le Pré de By. Sur ces étendues d'eau un moulin est installé pour moudre le blé. Une chapelle est également élevée au Chatel, elle est dédiée à Saint-André, premier patron de Bouvron. Autour de cette chapelle s'élèvent bientôt des maladreries où les lépreux, nombreux autrefois, trouvent un refuge assuré.

Les 9 frairies de la paroisse

Sous l'ancien régime, Bouvron est un bourg paisible peuplé en 1732 d'environ 2000 âmes. Le nombre d'habitants est alors déterminé par le nombre de personnes communiant à Pâques. On peut le conclure d'une note écrite par le vicaire d'alors, messire Pierre Rajalu. La paroisse est alors divisée en neuf frairies ou quartiers. La plupart ayant leur chapelle: le bourg, Paribou, Sordéac, Le Grand Momesson, Gavalais, Quéhillac, Villée, Borsac, Couëron.

Pendant la révolution

Depuis 1770, la cure de Bouvron est déservie par Siméon Delamarre. En 1785, il demande de l'aide et reçoit comme vicaire, l'abbé Nicolas Corbillé. Ce dernier gagne très vite l'estime des Bouvronnais. Au mois de juillet 1791, l'assemblée constituante demande aux prêtres de prêter serment à la République, mais la plupart s'y refusent. A l'exemple de son curé, Nicolas Corbillé refuse de prêter serment à la Constitution mais ce n'est pas sans une certaine hésitation. Traqué par des espions, il est dénoncé et le 14 avril 1794 un détachement du 5ème bataillon reçoit l'ordre de l'arrêter. Il est conduit dans la chambre commune. Il tente de s'evader, mais les soldats partent à sa poursuite. Aussitôt rejoint, il est conduit dans le cimetière et fusillé le dos appuyé au mur de la sacristie. Il sera enterré sur le lieu même de son exécution.

La Guerre 14-18

Comme beaucoup de communes, Bouvron a payé un lourd tribut. 500 bouvronnais ont été mobilisés et 139 y ont laissé leur vie.

La Guerre 39-45 et la poche de Saint-Nazaire

Bouvron subit l'occupation allemande à partir du 6 juillet 1940. L'ennemi a installé son camp à la Périgauderie. Les officers logent chez l'habitant. Aussi, c'est avec une grande joie que la population apprend le 6 juin 1944, la nouvelle du débarquement. Mais entre le 6 juin 1944 et la libération de notre commune le 11 mai 1945 les Bouvronnais resteront dans une enclave contrôlée par l'occupant, que l'on nomme "la Poche de Saint-Nazaire". La vie est ponctuée de moments difficiles et dramatiques, vingt-six Bouvronnais périront pendant cette période. Le 11 mai 1945, le Général Jung traverse la paririe du Grand Clos située à l'ouest du bourg. Il s'arrête à six pas du Général Kramer et du Général Chomel. D'un geste brusque, il tend son revolver au Général Kramer et prononce les paroles de défaite: "En remettant mon arme, je vous remets la reddition de toutes les troupes allemandes de la forteresse de St Nazaire".

Additional Hints (Decrypt)

Ar gbzorm cnf qrqnaf

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.