Skip to content

This cache has been archived.

edlutyn: je laisse la place.cache traitée sans discrétion et sans soin. je laisse tomber.

More
<

fin d'un massacre

A cache by edlutyn Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 09/28/2014
Difficulty:
3 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Le musée de la Reddition du 7 mai 1945 est un musée d'histoire fondé par la ville de Reims en 1985 à l'occasion du 40e anniversaire de la signature de la première partie des actes de capitulation de l'Allemagne nazie (une seconde signature eut lieu le lendemain à Berlin) qui mirent fin à la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre européen.


En février 1945, Dwight David Eisenhower installe le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF) dans le collège moderne et technique de la rue Jolicœur (l'actuel lycée Franklin-Roosevelt de Reims), à proximité de la ligne de chemin de fer Paris-Metz-Allemagne, axe stratégique s'il en est. Après le suicide d'Adolf Hitler, l'amiral Dönitz envoie des émissaires pour préparer la signature d’un acte séparé avec les Alliés du front de l'Ouest. Plusieurs allers-et-retours ont lieu du 5 au 7 mai. Toutefois, au terme des accords passés entre eux, les Alliés n'acceptent qu'une reddition inconditionnelle et totale valant pourl'ensemble de l'Europe.

Le lundi 7 mai 1945, à 2 h. 41 du matin, est signée la capitulation de l'armée allemande2. La délégation allemande est composée du Generaloberst Alfred Jodl, chef de l'état-major allemand et adjoint du général Keitel, commandant en chef des forces allemandes, de son aide de camp le major (commandant) Wilhelm Oxenius, et de l'amiral von Friedeburg, chef de la marine militaire allemande. Le document rédigé en quatre langues est signé par le général Walter B. Smith, chef d’état-major du général Eisenhower, représentant le SHAEF, et par d'autres officiers représentant les forces alliées. Il n'y a pas d'acte rédigé en français, et le texte anglais est le seul faisant autorité.

 

Staline demande immédiatement une nouvelle signature : ayant fait « tomber » Berlin, il compte bien utiliser politiquement cette victoire. De plus, Ivan Sousloparov, commandant la Mission militaire soviétique en France, représentant le gouvernement et le haut commandement, n'avait pas reçu la réponse de Moscou et l'accord de sa hiérarchie pour accepter la capitulation allemande. Toutefois, Sousloparov prend l'initiative de signer l'acte. Staline insiste pour que l'acte signé à Reims ne soit considéré que comme un préliminaire à la cérémonie officielle qui se tiendrait à Berlin le lendemain. Ses conditions sont acceptées, notamment pour le rassurer sur les intentions des alliés occidentaux à son égard. Il avait en effet craint que la capitulation de Reims ne soit qu'une capitulation partielle, comme celle qui avait été acceptée à Lunebourg (nord-est de l'Allemagne) et en Italie, et que cela soit l'occasion d'un retournement d'alliance (les Occidentaux et l'Allemagne) à son détriment.

D'autre part, Eisenhower avait refusé de participer à la signature de la reddition de Reims, parce qu'il n'y avait pas d'autorité militaire allemande de son rang, à savoir le maréchal Keitel. Enfin, la France a été tenue à l'écart des préparatifs de l'acte de capitulation.

Le général français François Sevez, adjoint du général Juin, chef d'état-major de l'armée française, ne le signe qu'en qualité de simple témoin ; il n'a d'ailleurs été convoqué qu'in extremis. Le général de Lattre avait été désigné officiellement. On sent donc que l'acte de Reims, très court, porte une certaine hâte : il s'agit de faire cesser les combats. Le projet de capitulation élaboré par les juristes de la Commission consultative européenne n'a pas été utilisé. De plus, une nouvelle signature est nécessaire pour satisfaire les intérêts de différents pays alliés. Tout s'est donc conjugué pour que l'on retienne officiellement le 8 mai 1945 comme date officielle de la capitulation de Berlin et non le 7 mai 1945. La reddition de Reims tombe alors dans un certain oubli. source wikidédia soyez très discret. Il y a beaucoup de monde la journée

Additional Hints (Decrypt)

cnf ybva q'ha pbhe q'rnh bppnfvbaary iregvpny.

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.