Skip to content

<

[TdW] N.4 Beauraing

A cache by doja04 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/06/2014
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size:   regular (regular)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Cette cache fait partie du Tour de Wallonie avec 268 caches au total: une cache TdW par commune wallonne + cinq bonus + super bonus!
Dieser Cache gehört zur Serie Tour de Wallonie mit insgesamt 268 Caches: jeweils ein TdW-Cache pro wallonischer Gemeinde + 5 Bonuscaches + Superbonus!
Deze cache maakt deel uit van de reeks Tour de Wallonie met samen 268 caches: een cache per Waalse gemeente + 5 bonuscaches + superbonus!


Beauraing

 

 

Beauraing (en wallon Biarin) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Namur.

La commune de Beauraing est née en 1977 de la fusion de Beauraing, Baronville, Dion, Felenne, Feschaux, Focant-Gozin, Froidfontaine, Honnay-Revogne, Javingue-Sevry, Martouzin-Neuville, Pondrôme-Thanville, Vonêche, Wancennes, Wiesme-Maisoncelle et Winenne.

La commune porte officiellement le titre de Ville depuis le 1er octobre 1982 suite à une proposition de loi de Robert Belot.

La superficie de la commune est de 17 455 ha, ce qui en fait une des entités les plus étendues de la Province de Namur (3ème place), de la Région wallonne (6ème place) et même de Belgique (7ème place).

Au 1er janvier 2011, la population totale de Beauraing était de 8999 habitants.

 

Histoire générale de Beauraing :

Tout comme Rochefort, Beauraing s’est développé à l’abri d’une forteresse médiévale. Beauraing, alors en terre luxembourgeoise, était une bourgade agricole, célèbre aussi pour son marché, mentionné dès avant le 14ème siècle.
Pondrôme (Eclaye) était dépendance de la prévôté namuroise de Poilvache. Au moyen-âge, Eclaye fut le siège d’une importante paroisse qui coiffait Pondrôme, Martouzin, Neuville, Gozin et Focant.
La prévôté de Revogne était une place forte sous l’ancien régime. Son château fortifié, du début du 10ème siècle, devint le point de défense de la prévôté liégeoise et le centre d'une ville forte entourée de remparts.
Dans le bois de Luchy, les ruines du château de Clermont atteste d’une occupation à cet endroit. On apprend que le château médiéval de Clermont était le siège d’une ancienne seigneurie liégeoise relevant de la prévôté de Revogne.
A Sevry se trouve un donjon médiéval, dont la tour est classée, qui servit de point d’ancrage à une exploitation agricole.

Les structures politiques en place ne varient plus jusqu’à la fin de l’ancien régime, malgré diverses luttes et guerres. La révolution française engendre des changements radicaux. Le château de Beauraing est incendié, Revogne et Eclaye perdent leur notoriété et leur rôle central dans le territoire.

Le 19 ème siècle est signe de grands changements. D’une part, les progrès réalisés dans l’agriculture, l’élevage, l’hygiène de vie s’améliore, la population augmente et les villages se développent. D’autre part, de grandes voies de communication sont aménagées : les chaussées d’abord, la voie de chemin de fer ensuite (la première voie desservant le sud du pays est aménagée de Namur à Arlon (actuelle ligne 162 en 1858).
Elles vont permettent un désenclavement des territoires et vont être vecteur du développement d’une industrie rurale d’abord et du tourisme ensuite.

Les voies de communication (chaussées et chemin de fer) furent un support de développement pour les industries locales, et pour le tourisme ensuite. Parmi les activités industrielles locales, on trouvait des brasseries, tanneries, carrières,…la cristallerie également, développée à Vonêche. Citons aussi, à Vonêche, l’industrie du bois ; toujours en activité aujourd’hui. Les fours à chaux à Beauraing, situées à proximité de la carrière et toujours visibles aujourd’hui, ont probablement été à l’origine du développement du quartier du faubourg St Martin.

Le 20ème siècle , au travers de plusieurs faits et évènements importants (les apparitions mariales en 1932, le site militaire de Baronville désigné après-guerre, l'autoroute E411 dès les années 1970, la fusion des communes en 1977, l'apparition du plan de secteur en 1981, etc.), rythme le développement de Beauraing.

Au niveau économique, la période après-guerre voit s’amorcer le déclin de l’industrie rurale par la concurrence de lieux de production davantage compétitifs et une économie en mutation. Cette période est en effet l’amorce d’une tertiarisation de l’économie. L’emploi belge se concentre davantage dans les pôles tertiaires dont la localisation privilégiée est la ville et sa proche périphérie.

Les communes rurales telles que Beauraing voient pratiquement disparaître l’industrie rurale traditionnelle. Sa population se tourne vers d’autres secteurs dont l’emploi tertiaire. Elle se voit sortir des limites communales, parcourir des distances conséquentes grâce à la voiture individuelle qui se généralise ou le chemin de fer, pour se rendre à Dinant, Namur, voire à Bruxelles.

Ce constat général se nuance cependant dans ce cas. En effet, Beauraing s’affirme comme pôle tertiaire local (écoles et commerce) assurant de la sorte un emploi à une partie de sa population active. Notons le développement des activités économiques le long des voiries sortantes de Beauraing (rue de Rochefort (parc industriel) et rue de Dinant). Les secteurs d’activités représentatifs sont, outre l’éducation, le commerce et HORECA, le secteur de la construction et le secteur agricole.

L’agriculture reste quant à elle un secteur permanent et d’une importance capitale dans le paysage économique, sociologique et naturel du territoire beaurinois. L’après-guerre est aussi signe pour l’agriculture de spécialisation, technicité et une recherche de rendement. Les spécificités du sol beaurinois amènent une agriculture tournée vers la production viandeuse et fourragère.

La forêt occupe une part importante du territoire communal. Sa vocation est écologique, paysagère, économique et touristique.


Enfin, concernant le tourisme (Tourisme "Val-de-Lesse"), les ressources naturelles, patrimoniales et paysagères de la Région (vallée de la Lesse, château de Lavaux-St-Anne,…) vont être la source du développement du tourisme rural. Les premières empreintes significatives de cet activité remontent sans doute au 19ème siècle, grâce au chemin de fer notamment. Beauraing bénéficie du développement touristique du Val de Lesse de manière relative notamment car elle ne possède pas d’attraction touristique semblable aux communes voisines de Houyet et Rochefort.

Pour trouver les coordonnées de la cache,répondez à ces questions:

  -Le château a été ravagé par un incendie en 188A

  -Les apparitions de la Vierge ont eu lieu en 19BC et 19BB

  -Le four à chaux de Beauraing a définitivement fermé ses portes en 19D8

  -Le pape Jean-Paul II a célébré une messe à Beauraing le E8 Mai 1985

 

Attention, il n'y a qu'un chemin d'accès et vous êtes donc obligés de passer par le "Début de Sentier".

Je viens d'ajouter deux points de passage vu la difficulté à trouver le chemin.

La cache:  N50°06.(B*C)EC  E004°56.DAE

 

Bonne chasse!

Additional Hints (No hints available.)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.