Skip to Content

<

Omnibus Mainvillois #2 - Cache #3 : les écoles

A cache by Johnny28 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 02/20/2015
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Nous avons conçu cette boucle de 6 Km avec 6 caches et 1 bonus pour vous faire découvrir une partie de Mainvilliers. Nous vous conseillons de garer votre voiture sur le parking de la Mairie et de faire les caches dans l'ordre...

N'oubliez pas de prendre les indices pour la bonus !

Bonne balade et bonne découverte.


Introduction

Avec  plus de 10000 habitants, Mainvilliers est la 7e ville du département de l’Eure-et-Loir.

Nous vous proposons quelques caches pour vous faire découvrir cette ville et son histoire récente. Pour réaliser ces caches, nous avons très largement utilisé les écrits publiés par Jean-Jacques FRANÇOIS dans la revue mensuelle de la ville ("Mainvilliers Informations") entre 1977 et 1999. Outre ces travaux qu'il mettait à la disposition de tous, cet historien nous a laissé de nombreux ouvrages dont le très précieux "Au temps des vignes et des vignerons du Pays Chartrain".  Ce grand Monsieur nous a quitté en 2013 à l'âge de 82 ans.

La multi des écoles... et de la mairie

Cette cache est l'occasion de vous parler des écoles et de la mairie de Mainvilliers.

Les écoles

L'étude des archives de la commune montre que, bien avant les lois de Jules Ferry qui ont rendu l'instruction gratuite (en 1881) obligatoire et laïque (en 1882), les Mainvillois avaient le souci d'offrir une bonne instruction à leurs enfants.

Ainsi, en 1672, Thomas Fourré a donné un terrain pour y bâtir un vicariat où les vicaires (suppléants du prêtre) pourraient "faire école" aux enfants pauvres. Cette école "religieuse" a subsisté jusqu'en 1792.

En 1833, la loi Guizot a rendu obligatoire l'ouverture d'une école publique dans chaque commune. L'application de cette loi a entrainé un conflit entre les habitants de Lucé et les conseillers municipaux de Mainvilliers. En effet, à cette époque, les deux villages étaient réunis dans une même commune dont Mainvilliers était le chef-lieu. Lucé avait une école, mais les conseillers municipaux refusèrent en majorité (ils étaient 8 de Mainvilliers contre 4 de Lucé !) de payer l'instituteur de Lucé en prétextant qu'il n'était pas nécessaire d'avoir une école dans ce village... Ce qui est ridicule car il y avait, sur les deux communes, 100 enfants en âge d'aller à l'école (60 à Mainvilliers et 40 à Lucé) : les deux écoles se justifiaient !

C'est cette querelle qui entraina la séparation des deux communes et l'indépendance de Lucé en 1835...

En 1851, le conseil municipal de Mainvilliers achète une maison destinée à servir de Mairie et de logement pour l'instituteur (qui devait être aussi secrétaire de Mairie). Une classe est construite dans cette maison qui restera la Mairie jusqu'en 1901... elle se situe au 168 rue de la république (WP2). Aujourd'hui, une boulangerie y est installée.

Mairie et école des garçons d'avant 1902.

En 1867, Victor Dury, ministre de l'Instruction Publique, oblige les communes de plus de 500 habitants à ouvrir une école de filles. En 1869, la nouvelle classe pour les filles est ouverte dans une maison louée en attendant que le nouveau bâtiment soit construit, ce qui est réalisé en 1872.

École des filles d'avant 1902.

Cette maison, école des filles, existe toujours. Elle se trouve au WP1... il vous faut noter le nombre "a" qui est le numéro de rue de cette maison.

 

Au WP2 (école des garçons et Mairie), cherchez le panneau, pris dans la maçonnerie, qui indique la direction de la grande rivale : Lucé. Sur ce panneau, en bas à gauche, vous verrez une date suivie de "533 d 28".

Le jour est le nombre "b"

Le mois est le nombre "c"

L'année est le nombre "d"

 

Le groupe scolaire école-mairie ou... la "folie du maire"

"Le groupe scolaire de Mainvilliers n'est rien de moins qu'un palais", voilà ce que l'on pouvait lire dans Le Journal de Chartres le 30 septembre 1902...

A la fin du XIXe siècle, la population de Mainvilliers est en pleine expansion. De 819 habitants en 1851, la commune est passée à 1605 habitants en 1901 - pratiquement le double en 50 ans ! Autant dire que la taille des classes prévues au milieu du XIXe siècle n'est plus du tout adaptée à cette population. En 1889, l'instituteur avait 79 élèves à lui tout seul !

La même année, le préfet demande à la commune de construire une nouvelle classe. Le montant du devis, 15 000 francs (2250 euros), effraie littéralement les conseillers municipaux qui tablaient sur un maximum de 6 000 francs (1 000 euros). Le devis est rejeté...

Entre 1896 et 1899, on assiste à des échanges houleux entre le conseil municipal et l'inspecteur académique sur des solutions qui ne conviennent jamais aux deux parties...

Las de cette situation et devant l'urgence de la situation, le Maire de l'époque, Monsieur Pierre Chenais, prend l'une des décisions les plus importante dans l'histoire du village : la construction d'un groupe scolaire et d'une mairie.

Groupe Mairie/écoles au début du XXe siècle. L'école des filles se trouve à droite, l'école des garçons est au fond à gauche. La Mairie sépare les deux écoles.

 

En 1899, les terrains, au milieu des champs, sont achetés et on souscrit des emprunts sur 30 ans.

 

Cadastre de 1809 avec localisation du futur groupe Mairie/écoles. En bleu, le tracé de l'avenue de la Résistance.

Sur cette carte postale du début du XXe siècle, on voit que le nouveau groupe Mairie/écoles se situe en plein champ. L'école des filles et celle des garçons (au premier plan) sont séparées.

 

En 1900, la déclaration d'utilité publique est accordée et le cahier des charges de la construction est adopté.

En un an et demi, les travaux sont menés et sont achevés pour la rentrée le 29 septembre 1902.

L'achat des terrains représente 30 000 francs (4 500 euros) et la construction revient à 108 200 francs (16 500 euros)... une fortune pour l'époque !

Il était grand temps car, comme le soulignait le maire Pierre Chenais lors de l'inauguration, il y avait 250 élèves dans les classes de ce nouveau groupe scolaire... hors, les anciennes écoles de Mainvilliers ne pouvaient accueillir que 150 élèves !

Sur cette photo on se rend bien compte qu'il ne devait pas toujours être très aisé de se rendre à la Mairie ou à l'école : le petit chemin de terre qui y conduisait devait être souvent boueux... Le paysage a beaucoup changé en un siècle.

 

Cependant, dans les rues de Mainvilliers les mauvaises langues sont à l’œuvre : on parle de "folie" du Maire à cause du luxe de la construction, de son coût élevé, son isolement dans les champs...

Avec un peu d'arbres et une route, c'est nettement mieux laugh !

 

Pierre Chenais connaissait ces critiques... aussi dans son discours inaugural il reprit les paroles de Gambetta pour se justifier : "Il ne faut pas craindre la dépense sur le chapitre de l'instruction, car c'est une dépense que vous retrouverez dans l'abaissement des sommes que réclament l'entretient des prisons, la valeur de notre armée, dans la valeur de vos industries, dans l'augmentation de vos capitaux".

Quelques écoliers de retour chez eux...

 

Au nom du Préfet, le Secrétaire Général soutient le Maire par ces mots : "Vous avez eu raison de présenter à vos populations sous un magnifique aspect la Mairie où s'élaborent toutes les décisions qui doivent régler vos besoins, les écoles où vous donnerez à vos enfants une instruction solide, où vous leur inculquerez le sentiment de leurs droits et de leurs devoirs".

En 2015, une grande majorité des Mainvillois sont d'accord pour reconnaître une certaine classe dans leur Hôtel de Ville et rendent hommage à l'intuition et à l'audace de Pierre Chenais qui pressentit que Mainvilliers se développerait tout autour du groupe mairie-écoles devenu aujourd'hui le centre de la ville...

Mairie de Mainvilliers de nos jours... le bâtiment de l'école des filles (à droite) est encore bien conservé. L'école des garçons (à gauche) a subi quelques transformations.

Logo de la ville de Mainvilliers qui met en avant l'Hôtel de Ville.

 

Lorsque vous êtes devant la mairie (WP3), cherchez l'école des filles et regardez le linteau de la porte d'entrée. Le nombre de fleur sur ce linteau est le chiffre "e".

 

Pour trouver la cache finale :

N48°27. b x e

E01°27. c x a + d + 195

 

Sources :

* Jean-Jacques FRANÇOIS – Bulletin municipal "Mainvilliers Informations" – n° 10, juin 1981, n° 12, juin 1982  décembre 1977, n° 22, juin 1987, n° 46, juin 1999.

* Philippe REGNIER – Chartres et la ceinture chartraine – Tome II.

Ces ouvrages sont consultables à la bibliothèque Jean de La Fontaine de Mainvilliers.

* www.archives28.fr

Additional Hints (Decrypt)

Nïr ! Çn cvdhr...

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.