Skip to Content

<

Un hommage à Claude Chabrol

A cache by Cdfy Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/01/2015
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Et aussi une foire aux huîtres

Fils unique de Madeleine, née Delarbre, et Yves Chabrol5, il naît malgré les conseils de médecins qui recommandent à sa mère alors enceinte de trois mois d'avorter, les époux Chabrol ayant été trouvés inanimés à la suite d'une asphyxie due à un chauffe-eau défectueux. Il fréquente les salles de cinéma parisiennes depuis l'âge de 4 ans. Son père, pharmacien et résistant (avec Maurice Ripoche et Maurice Nore, il fonde en août 1940 le réseau Ceux de la Libération), envoie l'enfant, durant la Seconde Guerre mondiale, chez sa grand-mère maternelle, à Sardent, dans la Creuse.

Plus tard, devenu célèbre, Claude Chabrol fabulera excessivement autour d'évènements survenus durant son séjour de quatre ans à Sardent. En particulier il racontera maintes fois (et finira par croire ?...) qu'à l'âge de seulement 11 ans il créa lui-même dans ce village une société civile immobilière, récolta des fonds importants parmi les notables, puis fut projectionniste et programmateur dans la salle de cinéma qu'il improvisa dans un garage désaffecté. En réalité le "Cinéma sardentais" fut créé en 1942 (et animé jusqu'en 1948) par un adulte, Georges Mercier (1910-1975), ingénieur des Arts et Métiers passionné entre autres par le cinéma et ses techniques. Pour d'obscures raisons Chabrol a souvent occulté l'existence et le rôle de cet homme inventif. Après un premier récit flatteur dans son autobiographie Et pourtant je tourne, l'épisode du Cinéma sardentais a été enjolivé outre-mesure dans l'ouvrage de Wilfrid Alexandre La Traversée des apparences. Par la suite Michel Pascal puis François Guérif recueilleront des récits plus proches de la réalité. Néanmoins la légende du marmot-cinéaste sera encore amplifiée en 2012 dans un album composé par Michel Pascal. En 2013 Daniel Domec mettra heureusement fin au colportage de cette invention naïve, dans une étude méticuleusement documentée publiée par le Conseil Général de la Creuse, intitulée "A chacun son cinéma : Histoire et petites histoires du cinéma dans la Creuse".



 De retour à Paris après la Libération, il fait des études de lettres et de droit puis, sous l'influence parentale, et sans conviction, des études de pharmacie, qu'il abandonne après avoir quadruplé sa première année. C'est le cinéma qui lui sourit : il entre à la Fox (en 1955) comme attaché de presse, tout en agissant comme critique de cinéma dès l'aurore de la Nouvelle Vague française, aux côtés de François Truffaut et Jacques Rivette, ses collègues aux Cahiers du cinéma. De 1953 à 1957, dans la revue à couverture jaune, fondée par André Bazin et Jacques Doniol-Valcroze, il participe à la défense de la politique des auteurs et publie, en 1957 avec Éric Rohmer, un livre sur Alfred Hitchcock, le maître du suspense et celui qui a su imposer son style au système hollywoodien. Une autre rencontre est, pour la suite, également déterminante : celle du romancier Paul Gégauff, son futur scénariste, dont l'univers l'éloigne de l'éducation bourgeoise reçue, bien qu'il s'en avoue toujours encore marqué de traces profondes, indélébiles.



 Il épouse, le 26 juin 1952, Agnès Goute, fille d'un haut fonctionnaire et petite fille du banquier et caricaturiste Paul Goute. Agnès reçoit en 1957 une donation de son père de (35 millions d'anciens francs), ce qui permet au nouveau cinéaste de financer leur maison de production, AJYM (1956-1961) : un sigle formé des initiales du prénom de son épouse Agnès et de leurs deux fils, Jean-Yves (né en 1954 et futur architecte) et Matthieu (né en 1956 et futur compositeur de sa musique de films). L'entreprise AJYM démarre sur un court métrage de Jacques Rivette, Le Coup du berger (1956), avec Jean-Claude Brialy. Et, dès la fin de 1957, Claude Chabrol tourne avec ce dernier son premier film, Le Beau Serge à Sardent, puis Les Cousins, sortis en 1959, qui deviennent les premiers longs métrages — « le manifeste inaugural » — de la Nouvelle Vague.

 Il divorce en 1964 et convole en secondes noces le 4 décembre 1964 avec l'actrice Stéphane Audran (née Colette Dacheville), qu'il connaît depuis 195817 et qui est la mère de son troisième fils, Thomas (né en 1963, futur acteur). Avec elle, il poursuit une fructueuse coopération, jusque très au-delà de leur séparation en 1980. Durant cette période, il se fait spécialiste de l'analyse féroce de la bourgeoisie française. dont l'apparent conformisme sert de couvercle à un bouillonnement de vices et de haines. Que ce soit sur le registre de la comédie grinçante ou du polar, souvent de concert avec le romancier scénariste Paul Gégauff, il ne cesse d'en traquer l'hypocrisie, les coups bas et la bêtise, avec une délectation rare et jubilatoire, à laquelle participent activement ses acteurs fétiches : Stéphane Audran, Michel Bouquet, Jean Yanne. Il dresse ainsi le portrait de la France des années 1970 dans La Femme infidèle, Le Boucher, Juste avant la nuit, Les Biches.

 En 1983, il se marie en troisièmes noces, avec Aurore Pajot (aussi dite « Aurore Paquiss » ou « Maistre », puis Chabrol5), qui est sa scripte sur pratiquement tous ses films depuis Les Biches (1968). La fille de celle-ci et de l'acteur François Maistre, Cécile Maistre (née en 1967), est son assistante sur de nombreux films. Il donne régulièrement des rôles à son fils cadet Thomas, tandis qu'un autre fils, Matthieu, est compositeur de la musique de ses films à partir du milieu des années 1980. Des quatre enfants de la famille recomposée, Claude Chabrol n'a donc que son fils aîné, architecte, qui ne travaille pas à ses films.


Wikipedia

L'espace Culturel

espace

L’espace Culturel Claude Chabrol voit le jour à Sardent, la commune où Claude Chabrol a vécu et a tourné son premier film « Le Beau Serge ».

Après des années de travail, ce projet d’équipement culturel intercommunal porté par la CIATE Creuse Thaurion Gartempe avec l’aide de la mairie de Sardent, de la famille de Claude Chabrol et des associations est maintenant finalisé.

C’est une victoire, une réussite, car ce nouvel équipement est original et particulièrement bien adapté aux besoins des habitants en milieu rural. Cet espace public est dédié aux pratiques artistiques et culturelles amateurs et accueille également les grandes manifestations festives.

Ce devra être un outil de développement pour les initiatives des associations et des habitants de tout le territoire intercommunal.




Mais aussi un foire aux huitres qui à partir de 2015 aura lieu dans cet espace

Elle existe depuis 1981. C'est une histoire de copains qui s'est transformée en manifestation très importante. Elle a lieu sur deux jours autour 11 novembre. Elle attire chaque année jusqu'à 12 000 visiteurs, des amateurs de produits de la mer venant de toute la France pour déguster des huîtres, et des mets du terroir, dans ce petit village de la Creuse.

la foire aux huitres
Et pour rire

Additional Hints (Decrypt)

Yn Ebapr...nu aba MMM…..

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.