Skip to content

<

Kermoysan, 500ans d'histoire - 1960/70

A cache by legouesfamily Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/02/2015
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Le quartier de Kermoysan fait partie de l'ancienne commune de Penhars, rattachée à Quimper en 1960. Longtemps constitué principalement de champs et de quelques fermes, il a une histoire riche qui s'étend sur plusieurs centaines d'années.

Cette série de caches - non numérotées, à vous de voir dans quel ordre vous voulez faire les choses, mais un parking peut vous être utile près d'un lieu datant du 19ème - a pour but de vous faire découvrir un quartier riche en batiments de toutes époques, mais vous serez aussi en pleine terre moldus ... la discrétion sera certainement votre meilleure alliée, certains horaires seront à éviter, par exemple 8h30 ou 16h30, les écoles étant nombreuses sur la zone.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

The Kermoysan neighbourghood used to belong to the village of Penhars. The latter was attached to Quimper in 1960. The area was, for a long time, mainly made of fields and a few farms, and its history spreads over several centuries.

This set of caches - they don't have numbers, you can look for them in the order you choose, keeping in mind that there is a carpark next to the 19th century building - aims at discovering a neighbourhood rich in buildings from different periods ... You will also be travelling right in the middle of muggle-land : discretion will help you and some time slots will have to be avoided, for example 8:30am or 4:30pm as the schools are abundant in the area.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Crise du logement à Quimper dans l'après-guerre

Le projet de création d'une Zone à Urbaniser en Priorité (ZUP) à Kermoysan, dans le quartier de Penhars, est né en 1962 dans l'objectif de répondre à la crise du logement à Quimper.

Le logement en milieu urbain était d'ailleurs à l'époque une priorité nationale, en raison :

- des destructions de la guerre - mais cela concerne peu Quimper et les alentours,

- du Baby boom (forte croissance démographique),

- de l'exode rural : la modernisation des campagnes (engrais, machines agricoles) prive de travail des milliers de personnes, qui sont attirées par les emplois que les villes offrent alors dans l'industrie.

En 1958, une loi sur les ZUP donne aux communes des facilités pour acquérir des terrains agricoles et y construire rapidement un grand nombre de logements. Dans les villes françaises, on va assister un peu partout au développement de « cités » composées de grands immeubles.

A Quimper précisément, plusieurs problèmes de logement se posent. L'habitat est souvent insalubre : en 1956, un tiers des logements n'a pas l'eau courante et deux sur dix n'ont pas accès à l'électricité. La Ville de Quimper dispose de peu d'espace et beaucoup de familles s'entassent dans de petits logements ; les loyers sont élevés. Ce problème est partiellement résolu avec la création du Grand Quimper en 1960 : les espaces ruraux situés sur les communes de Penhars, Kerfeunteun et Ergué-Armel vont être progressivement transformés en zones résidentielles.

Mais on prévoit encore un accroissement de la population, lié aux transformations économiques de la société : les ruraux vont, de plus en plus, venir s'installer dans les villes pour travailler dans les industries.

Le projet de la ZUP de Kermoysan

Dans ce contexte, la municipalité quimpéroise menée par le socialiste Yves Thépot décide en 1962 la création d'une ZUP à Kermoysan. Ce site est retenu parce qu'il constitue une zone relativement déserte de la banlieue quimpéroise. C'est un bel endroit, boisé, ensoleillé, offrant une vue panoramique sur l'Odet et le centre-ville.

La zone dans laquelle s'élèvera la ZUP a une superficie d'une cinquantaine d'hectares. Elle est bordée au Nord par le bourg de Penhars, au Sud par le lotissement du Merdy, à l'Ouest par le bois de Kerjestin, et à l'Est par les quartiers d'habitation longeant la route de Pont-l'Abbé. Le dossier définitif sera présenté en 1965 par l'architecte Henry Auffret, et les travaux débuteront cette même année.

Il s'agit de construire, le plus rapidement possible, un ensemble de logements à loyers modérés. Certains logements seront gérés par l'Office HLM, d'autres feront partie du parc privé. Mais il ne suffit pas de construire des logements : on veut créer un quartier relativement autonome, satellite de Quimper. Le projet intègre donc la création de divers équipements : routes (notamment toute une portion de rocade), groupes scolaires, un centre commercial, différents services publics (PTT , EDF, etc.), un centre social, des équipements sportifs et de loisirs et des équipements cultuels.

A terme, la ZUP doit pouvoir accueillir environ 10.000 habitants. Les premiers habitants arrivent dès la fin des années soixante.

Le choix de l'habitat collectif

Certaines voix expriment leurs réticences face au choix architectural de l'habitat collectif. Mais c'est bien ce type de construction qui sera majoritairement représenté dans la ZUP. Ce choix est imposé par le caractère restreint des surfaces constructibles et la volonté de conserver des espaces verts. Par ailleurs, l'on souhaite respecter la topographie du lieu en construisant des immeubles de taille décroissante, qui offriront tous une vue dégagée.

A la lecture d'articles de presse parus durant les années 60, on s'aperçoit de ce que devait être la ZUP de Kermoysan dans l'esprit de ses promoteurs. Les journaux parlent d'une « cité dans la cité », de « Quimper bis », ou encore de « ville nouvelle ». En 1968, le maire Léon Goraguer estime que la ZUP deviendra « un joyau de la Ville de Quimper ». Les travaux sont spectaculaires « les immeubles poussent comme des champignons », dit le maire, et l'on s'imagine une cité ultra-moderne, dotée de tout le confort possible, offrant à la vue une « ligne claire d'élégants buildings »...

Contrairement à d'autres villes françaises, de nombreux aménagements sont prévus pour les habitants du quartier, mais aussi pour les autres Quimpérois : des établissements scolaires (écoles primaires, collège, lycée... et crèche), une galerie commerciale, la piscine municipale, puis une Maison Pour Tous. L'automobile doit avoir une place centrale dans le quartier, traversé par un axe rapide à 2 fois 2 voies : le boulevard de France.

Plus de détails ici : http://www.quimper.bzh/1090-histoire-de-la-zup-de-kermoysan.htm

Suite aux nombreuses disparitions du contenant mais pour garder la série complète (et elle ne le serait pas sans un passage ici), la cache évolue. Bien lire le "hint" pour pouvoir valider la trouvaille.

Additional Hints (Decrypt)

Cyhf qr obvgr culfvdhr.
Cbhe ybthre ha "sbhaq vg", abhf raiblre yr pbqr gebhié nhk pbbeqbaaérf : 5 pnenpgèerf nh znedhrhe

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)