Skip to Content

<

ITTEVILLE Dans le temps - Le Bouchet

A cache by Keloderider Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 02/14/2016
Difficulty:
1 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Voici quelques caches posées dans le village où j'ai grandi afin de vous le faire découvrir quelque peu.

Ces caches sont souvent en ville (of course) alors soyez discrets.

 


​Le Bouchet

Origine du nom 

Pour les spécialistes contemporains en en toponymie, Bouchet viendrait du germain "Bosk", signifiant : buisson.

Les moulins du Bouchet 

Aux XIIIe et XIVe siècles, dans les archives de l'Hotel-Dieu de Paris, il est fait mention de deux moulins à farine, l'un à la pointe de l'île de Brémaille, l'autre à coté du pont de Gommiers. Dès lors, le site a une vocation économique.

Dans la deuxième moitié du XVIe siècle et au début du XVIIe, le Bouchet devient peu à peu la propriété de la famille Tambonneau.

Vers 1645, le moulin du Bouchet est transféré à coté du moulin de Gommiers. Celui ci s'apellera : " le petit moulin de Gommiers", pour le distinguer de son nouveau voisin : "le grand moulin de Gommiers".

La papeterie du Bouchet

Au début du XVIIIe siècle, le grand moulin de Gommiers est transformé en papeterie. Celle-ci ne fonctionnera que quelques années, puis ses batîments se dégraderont lentement jusqu'en 1767.

La manufacture de cuivre

En 1767, le grand moulin de Gommiers va renaître et être transformé en manufacture de cuivre brut, sous la direction de deux associés ; Jean Lherme, d'origine alsacienne et transfuge de la manufacture de cuivre de Moulin-Galant (à Villabé) et Jean Simon, charpentier à Essonnes. Ils louent l'emplacement de l'ancien moulin à papier à Monseigneur le comte de Noailles, propriétaire du Bouchet à l'époque.

Cette manufacture connut de frosse difficultés financières pendant la quinzainne d'année de fonctionnememnt, jusqu'en 1784, date de son acquisition par Joseph Guilpin (homme de loi à Paris).

La manufacture de fer 

Le nouveau propriétaire en fera un atelier de transformation qui fonctionnera correctement jusqu'aux premieres années de la Révolution.

La manufacture d'armes blanches

En 1793, le veuve de Joseph Guilpin vend la manufacture de fer à Sophie Hennocque qui en fait une manufacture d'armes blanches travaillant pour le compte du gouvernement de la République. Elle ne fonctionnera qu'un année mais, pendant ce temps, fera preuve d'un activité débordante.

La forerie de Gommiers

A la même époque, la famille de Noailles étant émigrée, le gouvernement de la Convention séquestre le petit moulin de Gommiers, en expluse le meunier et transforme les bâtiments en forerie et émoulerie d'armes rattachées à l'agence des armes portatives.

Il y a donc, en l'an II (1793-1794), au Bouchet, deux manufactures d'armes côte à côte, une entreprise privée qui fabrique des armes blanches et une entreprise nationale qui fabrique des canons de fusils.

Fin fructidor an II (août 1794), Sophie Hennocque vend ce qui lui appartient à Mathurin Compadre.

Fin nivôse an III ( janvier 1795), le gouvernement décide de réunir dans une même main (celle de Mathurin Compadre) la partie nationale : forerie de Gommiers, issue du moulin à farine de Gommiers et les forges du Bouchet, issues de l'ancienne manufacture de cuivre. Ce sera une très mauvaise idée !

Le 21 thermidor an VII (8 août 1798) l'inspecteur envoyé en mission par le Directoire, constate que l'i=usine ne foncitonne pas : M. Compadre est en faillite.

La manufacture d'armes du Bouchet

Le mois suivant, Nicolas Noêl Boutet, directeur de la célèbre manufacture d'armes de Versailles est autorisé à utiliser la partie nationale de l'établissement (forerie de Gommiers). Mais, il faudra attendre 1803, après de nombreuses péripéties judiciaires pour que les lieux soient disponibles. C'est seulement à partir de cette date et jusqu'au 22 septembre 1818 que la manufacture d'armes du Bouchet, annexe de celle de Versailles, produira normalement. On y fabriquerait des canons de fusils.

Après cette courte période de vacance, les forges du Bouchet sont redevenues, en 1812, un moulin à farine.

La pouderie du Bouchet

Après la fermeture de la manufacture d'armes du Bouchet, ses bâtiments ne restèrent pas vacants très longtemps puisqu'en 1820, après l'exploison de la poudrerie d'Essonnes, le gouvernement du roi Louis XVIII décida le transfert de celle-ci au Bouchet.

Le nouvel établissement, occupant les locaux de l'ancienne manufacutre d'armes et ceux du moulin à farine rétabli en 1812 sur les terrains occupés par l'ancien  château du Bouchet, il resta en service jusqu'en 1825

Le centre d'études du Bouchet (C.E.B)

Franchissons donc le temps pour nous retrouver fin mars 1945. Par arrêté, la poudrerie du Bouchet est rattachée à la sous-direction de l'arme chimique. L'établissement prend le nom de : Centre d'Etudes du Bouchet. L'année suivante, le C.E.B est rattaché à la direction des poudres.

C'est une période de grante mutation qui va voir se créer l'usine atomique du C.E.A et la P.I (production industrielle) qui, en 1957 deviendra l'I.R.C.H.A. (Institut de Recherches Chimiques Appliquées).

Le C.E.B. proprement dit, qui occupe la plus grande parti du site de l'ancienne pourdrerie a deux vocations distinctes, hétières de l'activité de l'établissement entre 1918 et 1940.

L'usine C.E.A. du Bouchet

En juillet 1946, sur l'ile Brémaille (commune d'Itteville), fût construit l'usine C.E.A. du Bouchet. Elle fonctionnera de cette date jusqu'en 1971. Sa principale activité fut, de 1952 à 1969, la fabrication de lingôts d'uranium pour le fonctionnement des centrales nucléaires de la première génération : unranium naturel, graphite, gaz.

Après le passage à la fillière R.E.P (réacteur à eau préssurissée), utilisant de l'uranium enrichi, la fermeture fut programmée en effectuve en 1971.


J'ai placé la cache sur l'autre entrée du Bouchet (il y a déjà une cache), mais le site reste le même.

Additional Hints (Decrypt)

"nggragvba nhk ratvaf"
zntaégvdhr

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.