Skip to content

<

PCT S1 "Safari terrifiant" - les 20 ans

A cache by Loan13 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 09/16/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size:   small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Il y a exactement 20 ans, le 16 septembre 1996, s'arrêtait l'alerte opérationnelle de la base des missiles stratégiques du plateau d'Albion, mettant fin à 25 ans de service ininterrompu. C'était l'occasion idéale pour faire un clin d'oeil à l'excellente série "Terrific Safari GPS" de Serge Robert, en la complétant par une nouvelle cache près de la sortie de secours S1 du PCT de Rustrel (Poste de Conduite de Tir).

Même 20 ans après, la visite de ces vestiges militaires peu connus vaut le détour : on vous recommande la découverte de cette série, autant pour son intérêt historique que pour les extraordinaires paysages traversés. Et si vous en avez la possibilité, ne manquez pas la visite de l'observatoire astronomique SIRENE installé sur la ZL 1-2, seule zone de lancement restée intacte, ou encore l'ancien PCT de Rustrel reconverti en laboratoire de recherche scientifique (parfois ouvert au public lors des journées du Patrimoine).

PCT S1 : comptez environ 2,5 km de marche pour faire l'aller-retour depuis le parking indiqué. La cache ne contient pas de stylo. Bon safari... et encore merci à Serge de nous avoir fait découvrir tous ces lieux !


Les caches situées sur l'ancienne base stratégique du plateau d'Albion


1971 - 1996 : 25 ans de dissuasion nucléaire au plateau d'Albion


Depuis 1971, la base est en alerte opérationnelle permanente : 7J/7 et 24H/24, si l'ordre en est donné par le Président de la République, 18 missiles S3 SSBS (Sol-Sol Balistique Stratégique) peuvent décoller en moins de 30 secondes - voir historique sur la cache PCT C1.


Missile S3 dans son silo: masse 25800 kg - longueur 13,8 m - diamètre 1,5 m - portée 3500 km
(ECPA/SIPA)

En février 1996, le Président de la République Jacques Chirac annonce la fermeture des installations d'Albion. Plusieurs raisons expliquent cette décision :
  • évolution du contexte géopolitique => fin de la guerre froide après la chute du Mur en 1989,
  • vulnérabilité du site => la précision et la puissance des nouveaux missiles balistiques aurait permis à l'ennemi de détruire d'un coup les 18 silos de lancement du plateau !
  • les progrès de la défense anti-missiles diminuaient les garanties de pénétration des ogives des missiles aux trajectoires très prévisibles,
  • coût du maintien opérationnel, la dissuasion nucléaire restant assurée par les Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins et les Forces Aériennes Stratégiques (avions Mirage 2000N et Rafale).
L'alerte opérationnelle prend fin officiellement le 16 septembre 1996. Les travaux de démantèlement durent deux ans : les derniers étages propulsifs quittent le plateau d’Albion en décembre 1997, la dernière tête nucléaire en février 1998. Durant l’été 1999, les installations de Saint Christol sont transmises à la Légion étrangère, tournant ainsi définitivement une page d'Histoire.


ZL 2-7 : opération de désarmement du premier des dix-huit missiles le 30 septembre 1996
(© Alex Paringaux - www.francetnp.gouv.fr)

En juillet 2013, trois éléments caractéristiques des anciennes installations du plateau d’Albion ont reçu le label Patrimoine du XXe siècle du Ministère de la Culture. Ces éléments (poste de conduite de tir n° 1, antenne verticale associée et zone de lancement 1.2) sont les derniers témoins de la chaîne protocolaire de lancement des missiles. Le site militaire du plateau d’Albion est unique en France, et on compte moins de cinq sites similaires dans le monde.

Pourquoi terrifiant ?


Parce que chaque missile S3 avait une ogive nucléaire d'une puissance de 1,2 Mt (mégatonne d'équivalent TNT), soit 80 fois la bombe atomique d'Hiroshima. Pour s'en convaincre, il suffit de voir le résultat sur une ville comme Aix-en-Provence (on n'a rien contre Aix hein, c'est juste un exemple) :


Aix-en-Provence atomisé par un missile S3 (source NUKEMAP)

- la zone de déflagration (cercle jaune) atteindrait un rayon de 1.04 km, réduisant en poussière tout le centre-ville,
- le souffle de l'explosion (cercle gris) balayerait la plupart des bâtiments dans un rayon d'environ 7.4 km jusqu'à Meyreuil et Venelles,
- les radiations thermiques (cercle orange) s'étendraient sur une zone de 13,6 km de rayon. Les habitants de Fuveau, Ventabren ou Meyrargues n'échapperaient pas à des brûlures au 3ème degré, sans compter les retombées radioactives emportées par le vent.

A titre de comparaison, le cercle orange d'Hiroshima ne faisait "que" 1,91 km de rayon, tandis que celui de la bombe la plus puissante actuellement en service (20 Mt dans l'ogive du missile russe SS-18) atteindrait Marseille, La Ciotat et Cavaillon avec un rayon de 45 km, soit 1300 fois Hiroshima On n'arrête pas le progrès.

Sortie de secours du PCT de Rustrel


La base stratégique du plateau d'Albion avait deux PCT souterrains, l'un au nord près de Reilhanette, l'autre au sud à Rustrel, contrôlant chacun 9 zones de lancement. Chaque PCT possède une sortie de secours, située à environ 2 km de l'entrée (voir la cache PCT S2 pour celle de Reilhanette).
Après la capsule de tir, un long tunnel de 1800 m mène au puits de secours, fonctionnant sur le principe de la "galerie égyptienne" : sur deux niveaux, des tonnes de sable obstruent le passage vers l'extérieur. Pour se sauver, les officiers devaient monter à une échelle, ouvrir la trappe libérant un premier bouchon de sable avant de continuer leur montée à travers un autre étage identique. Ce dispositif était conçu pour interdire toute intrusion et résister à une explosion nucléaire... mais l'histoire ne dit pas ce qu'auraient fait les survivants une fois dehors.
Le site, dépendant aujourd'hui du Laboratoire Souterrain à Bas Bruit de Rustrel, est équipé d'une station météo.


Plan du PCT souterrain de Rustrel (source capcomespace.net)


Flag Counter

Additional Hints (Decrypt)

Nh cvrq q'ha obhdhrg qr puêarf, fbhf dhrydhrf cvreerf

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.