Skip to content

<

LA COLLINE DE SION X : le saut de la pucelle

A cache by geotrouvetou54 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 08/02/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
3 out of 5

Size: Size:   large (large)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Une petite grimpette facultative et accessible au plus grand nombre ainsi qu'une bonne grosse boîte comme on aime.

Ici, vous avez remarqué, c'est la jungle! Votre prochaine cache est celle de Bdupat2004, qui s'est glissée dans ma série...☻

Lieu de promenade familiale et dominicale pour de nombreux Lorrains et lieu traditionnel de recueillement, la colline de Sion-Vaudémont culmine à 545 mètres et s'étend en demi-cercle sur près de cinq kilomètres.

"Butte-témoin" de la côte de Moselle, elle surplombe de près de 200 mètres le pays du Saintois.

De la colline, on aperçoit à l'oeil nu plus de 85 villages.

Située à 37 Km au sud de Nancy, elle offre une vue panoramique exceptionnelle - des côtes de Moselle jusqu'à la crête des Vosges.

PREHISTOIRE :

La colline constitue l’un des rares sites en Europe qui accumulent une mémoire archéologique correspondant à plusieurs millénaires de peuplement.

Célèbre par ses étoiles, fragments d'animaux marins fossiles, appelées par les lorrains , elle constitue un élément emblématique du paysage local et régional et un formidable observatoire du paysage.

Dès l'âge du bronze final, soit 1000 avant J-C, Sion était un centre économique et politique important. Les données archéologiques révèlent l'existence d'une bourgade et témoignent de premiers échanges commerciaux avec des régions lointaines.

L'occupation du site se renforce au cours de l'âge du fer jusqu'à la période gallo-romaine. Cette situation perdure jusqu'au début du Moyen-Âge.

HISTOIRE :

A partir du XIe siècle, le centre économique et politique de la région se déplace à Vaudémont, tandis que le site de Sion s'affirme comme lieu de culte.

Sur le plateau de Sion, dès la période gauloise, les hommes venaient honorer Rosmertha, déesse de la fécondité. Les gallo-romains y ont plus tard édifié un temple dédié à Mercure, dieu du commerce. Un des premiers témoignages du christianisme en Lorraine, au Ve siècle, a aussi été découvert à Sion. 

Sion s'est révélé très tôt être un lieu de dévotion populaire. Il s'affirme comme un lieu consacré à la Vierge Marie à partir du Xesiècle. Une église paroissiale y est édifiée. On vient invoquer la Vierge pour se protéger des calamités (guerres, peste, choléra, famine...)

Plus tard, les pèlerinages se développent sous l'influence des comtes de Vaudémont, devenus ducs de Lorraine. Ils feront construire un couvent au XVIIe siècle pour y installer une communauté de Tiercelins qui quitteront les lieux à la Révolution.


Après l’épisode mouvementé des frères Baillard de 1835 à 1852 - une hérésie racontée dans l’ouvrage de Maurice Barrès "La colline inspirée" -, le sanctuaire est confié à la congrégation des pères Oblats de Marie Immaculée.

Depuis leur départ en 2006, l’animation du sanctuaire est confiée au recteur de la basilique, avec son équipe de laïcs et de bénévoles, en lien avec les Sœurs Clarisses.

Au Xe siècle, l'évêque saint Gérard de Toul construit l'église paroissiale de Sion et fait placer une statue de la Vierge derrière l'autel.

Vers 1306, le huitième comte de Vaudémont - Henri III - bâtit le choeur actuel où sera placée la nouvelle statue de Marie allaitant l'enfant Jésus. Elle sera détruite à la Révolution et remplacée par la statue actuelle.

En 1741, les religieux Tiercelins dotent la basilique d'une nef plus grande permettant d'accueillir la foule des pèlerins. 

La tour qui se dresse au dessus du porche de la basilique a été achevée vers 1870. Elle est surmontée d'une statue monumentale de la Vierge.

LE SIGNAL DE VAUDEMONT :

Le monument Barrès a été édifié au lieu dit le "signal de Vaudémont"  à une altitude de 541 mètres. C'est l'endroit le plus élevé du plateau lorrain (sauf les Vosges). Ce "signal" aurait été utilisé comme sémaphore dans la seconde moitié du XIX ème siècle pour communiquer par signaux optiques, avant que le télégraphe électrique ne se généralise.Un point géodésique IGN y a été matérialisé au sol par une borne en 1963.

 

Ce site domine largement la plaine environnante et offre un panorama à 180° sur les paysages ruraux du Saintois. On y découvre en particulier les vergers traditionnels de mirabelliers, encore très présents autour de la colline. Ce site paysager exceptionnel a été révélé dans l'oeuvre littéraire de Maurice Barrès, « La colline inspirée », en 1913. 

Les paysages remarquables de la colline ont été classés en 1936 parmi les « sites et monuments naturels à caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque.

VAUDEMONT :

Le village de Vaudémont, qui occupe l'extrémité Nord-Ouest de la colline de Sion, conserve aujourd'hui son allure traditionnelle avec ses fermes et maisons mitoyennes alignées.

Du 11ème au 17ème siècle, cette commune fut une véritable forteresse avec plus de douze tours espacées tout au long d'un épais mur d'enceinte.

 

La « Tour de Brunehaut », ancien donjon, construite avec des remplois gallo-romains et la

« Tour du Guet » sont les vestiges de l'ancien château en éperon barré des comtes de Vaudémont



 

LA LEGENDE DU SAUT DE LA PUCELLE :


Au sein de la colline se trouve un endroit escarpé et difficile d'accès, nommé le « Saut de la Pucelle ». Son apparence est celle d'une portion de forêt dont le sol serait incliné presque à la verticale absolue ; en fait, une haute falaise à pic, mais boisée.

Un mauvais chevalier se serait épris de l'une des filles du seigneur de Vaudémont et aurait décidé de s'emparer d'elle de force. Un soir, alors qu'elle revenait à cheval du sanctuaire de la Vierge, le chevalier passa à l'action. La jeune fille, réalisant le danger qui la guettait, se serait enfuie en direction du saut et, parvenue à cet endroit, aurait invoqué Marie. Celle-ci aurait alors saisi une poignée d'étoiles dans le ciel et les aurait lancées sur son poursuivant. Aveuglée, sa monture se précipita dans le vide, tandis que la jeune fille était miraculeusement déposée de l'autre côté de l'à-pic. Les résidents racontent qu'il y a encore quelques années, on pouvait voir la marque des sabots du cheval sur une pierre en contrebas.


 

Additional Hints (Decrypt)

Qrfpraqrm q'nobeq , chvf tevzcrm iref yn cynagr tevzcnagr.
[Ne décrochez rien , le logbook est accessible sans tout enlever; attention: refermez bien le couvercle et remettez correctement le camouflage svp.]

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)