Skip to Content

<

[#291 CEL] Pré-Saint-Martin

A cache by capat Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 10/01/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Les communes d'Eure-et-Loir [CEL]

Cette cache fait partie de la série "401 communes en Eure-et-Loir [CEL]".

Il s'agit d'une idée assez simple : vous faire découvrir toutes les communes que compte notre département.

Pour relever ce défi, un groupe de géocacheurs s'est créé afin d'organiser au mieux la pose des caches. Ces dernières peuvent être de différents types et de différentes tailles.

Si vous souhaitez rejoindre le projet [CEL], contactez l'un des propriétaires de cache de la série : il se fera un plaisir de vous indiquer les communes disponibles et la marche à suivresmiley

[#291 CEL] Pré-Saint-Martin

Nom des habitants : Présiens, Présiennes

Population : 170 (recensement de 2013)

Superficie : 725 hectares

Densité : 23 hab./km²

Pré-Saint-Martin est une petite commune du canton de Voves, sa superficie de 725 Ha est une grande étendue de plaine, les terrains couverts d'arbres sont peu nombreux, mais restent présents pour préserver la faune.

L'altitude est de 133 mètres, le point culminant est de 150 mètres.

LA COMMUNE DE PRE-SAINT-MARTIN

A l’origine, la commune de Pré-Saint-Martin ne porte que le nom de Pré (Prata 1250).  Ce n’est que vers le XV° siècle qu’elle fut érigée en paroisse sous le vocable de Saint-Martin (Prata-Sancti-Martini) et au moment de la révolution, elle dut changer de nom et fut appelée Pré-les-Buis (1790-1794).

Pré-Saint-Martin était renommé, autrefois, pour la culture du buis. Jusqu'à la Révolution, au jour des Rameaux, on y venait chercher du buis à " 10 lieues " à la ronde.

Le territoire de la commune est traversé d’Est en Ouest par une ancienne voie romaine connue sous le nom de « chemin des vaches » où « chemin de Brou » (chemin de Sens au Mans passant par Allaines) et du Nord au Sud par une autre voie romaine connue sous le nom de « chemin de Chartres » (chemin de Chartres à Blois en passant par Dammarie et Verdes).

Outre le Bourg, cette commune renferme un hameau Aigneville et une habitation isolée et durant la période des chemins de fer et de ses passages à niveaux, deux maisons pour garde barrière, la Motte et Moisville.

PRE-SAINT-MARTIN

C’est là que l’on trouve l’église qui possédait, avant l’incendie de 1958, un clocher et où furent inhumé les seigneurs de Pré-Saint-Martin et certain curé. Le clocher primitif, charpenté et chevillé, planté au début de la nef a été remplacé par un clocher mur à deux arcades, épaulé de contreforts après l'incendie.

Vers 1875, en faisant des fouilles dans un champ, on mit à jour des ruines assez importantes. Ces ruines avaient probablement une origine gallo-romaine, car on y a découvert un grand nombre de pièces romaines, des poteries, des mosaïques bien conservées et des briques à rebord.

C’est à Pré-Saint-Martin que l’on trouvait l’école avant que ne fût faite celle d’Aigneville, aujourd’hui mairie et salle polyvalente

AIGNEVILLE

Situé a un kilomètre de Pré-Saint-Martin, on le site déjà en 978 (Agnéis-Villa). En 1621, le fief d’Aigneville relevait pour la justice du fief de Pierre Coupe, près d’Alluyes. Le hameau d’Aigneville a toujours été du point de vue population plus important que Pré-Saint-Martin.

BOIS-DE-PRE

Bois de Buis en 1656. C’est ici que ce trouvait le château des seigneurs de Pré-Saint-Martin. Il n’y reste plus qu’un bâtiment (ancienne écurie du château ?). On pouvait y voir aussi un puits; on devinait sous la terre un abreuvoir ou une mare dont le fond devait être (ou est toujours, s’il existe encore) pavé et par temps plus ou moins sec , on devine les emplacements de murs.

Un peu d’histoire :

Le Bois-de-Pré appartint d’abord aux DE CRAFFORT, puis par le mariage de Louis DE REVIERS avec Angélique DE CRAFFORT en 1647 passa dans la famille des DE REVIERS DE MAUNY et y resta jusqu’à la révolution. La généalogie de la famille DE REVIERS remonte à Richard Ier duc de Normandie qui est cité pour avoir pris part à la conquête de l’Angleterre.
Tous les descendants ont servi sous les armes comme chevaliers du Roi : croisades, bataille de Bouvines, Azincourt, guerre de Hollande (où trois frères furent tués), …..
La femme de Louis DE REVIERS, Angélique DE CRAFFORT aurait fait bâtir l’église de Pré-Saint-Martin où elle fut inhumée en 1693 ainsi que son mari en 1670.
Le dernier des DE REVIERS présent au Bois-de-Pré fut Jacques-Vincent-François DE REVIERS DE MAUNY. Arrêté à Paris le 3 avril 1793, barrière de Sèvres, jugé le 8 et 9 mai 1793 par le tribunal révolutionnaire (qui venait d’être créé le 10 mars 1793) pour avoir aidé des parents émigrés. Condamné à mort et exécuté le 10 mai 1793 sur la place de la révolution, aujourd’hui place de la Concorde. Ces biens furent confisqués et vendus comme biens nationaux.
- 1731 : Création de la première école par Claude Simonet, curé qui donna à cet effet maison, clos et vigne (où ?). Avant cette date, il existait déjà des maîtres d’école à Pré-Saint-Martin

- 7 octobre 1745 : Un tiers du village d’Aigneville détruit par incendie. Soixante corps de bâtiments détruits et au moins un enfant décédé.

- 1793 : Le dernier seigneur de Pré-Saint Martin meurt sur l’échafaud, place de la concorde à Paris.

- 1834 : On trouve toujours des vignes sur Pré Saint Martin.

- 1834 : Achat d’une maison et dépendance situé à Pré Saint Martin (ancien presbytère) en vue d’y faire la maison d’école et mairie.

- 1851,1 et 2 octobre : incendie considérable à Aigneville

- 1852 , 13 avril : incendie considérable à Aigneville (à la suite de cela, un arrêté fut fait pour ne plus puiser d’eau à la mare tant qu’elle ne serait pas remplie et un autre  pour interdire de construire aucune cheminée sur cadre de bois et pour ordonner la destruction, dans le délai de 6 mois, des cheminées existantes, construites de cette sorte)

- Jusqu’en 1860 : L’instituteur prenant part aux travaux de la moisson, les vacances duraient aussi longtemps que la moisson soit trois à quatre semaines.

 - 1863 : Projet d’une station (gare) pour la ligne de chemin de fer « Paris-Tours » ; la commune propose l’emplacement sur la route du Gault st Denis à Aigneville

- 1865 à 1867 : La ligne de chemin de fer « Paris-Tours » est mise en exploitation - La gare se situait sur le Gault St Denis, elle datait de 1870 et fut détruite pour le passage du TGV

- 1870-71 : le 20 octobre 1870, 3000 prussiens passaient à Pré-Saint-Martin – Du 27 novembre au 20 décembre, 300 hommes du 1° régiment de uhlans de Westphalie séjournèrent à Pré-Saint-Martin (pillages, vols et réquisitions) ; puis deux autres passages (22,23,24 décembre et13 et 14 mars).

- 1896 : Décision de construire une nouvelle école (à Aigneville) – les plans et devis sont soumis en juin 1898 à l’approbation supérieure et l’on n’attend plus que cette approbation pour commencer les travaux

- 1901 : L’école d’Aigneville est ouverte

- 1922 : Inauguration du monument aux mort dans le cimetière de Pré St Martin, devant l’église et qui sera transporté devant le cimetière actuel en 1951

- 1930 : Arrivée de l’électricité

- 1931 : Arrivée du 1er téléphone (première cabine téléphonique)

- 1937 : Un puits est foré pour l’adduction d’eau, il débite 36m³/heure  (la guerre retardera la suite des travaux)

- hiver 1945 : démolition du moulin (d’après Paul Glas, ancien meunier à Baignolet), mais il semblerait plutôt que cela fut fait entre 1946 et 1950. Ce moulin était celui de Villars (Chenonville). Il fut acheté suite à une annonce parue dans le journal de Chartres en 1878. Il fut démonté, transporté et remonté à Aigneville près de la ligne de chemin de fer. Il apparaît comme construction nouvelle en 1879.

- 13 juillet 1948 : Un incendie ravage 25 à 30 ha de blé sur pied et est arrêté à quelques mètres de l’agglomération d’Aigneville. Il aurait été provoqué par un conducteur de locomotive qui jetait des braises le long de la voie.

- 1949 : le cimetière de Pré St Martin devant l’église est déplacée dans le nouveau déjà ouvert depuis 1933

- 1950 : arrivée dans les cours et éviers de l’eau courante, le château d’eau qui vient d’être construit entre en service. Il possède un réservoir de 150 m3 mesure 27 m de haut et 7 de large

- 1954 : Traversée de la commune par l’oléoduc DMM Donges-Melun-Metz 627 Km

- 4 avril 1958 : Un incendie ravage l’église et l’ancien presbytère. Le clocher ne sera jamais reconstruit.

- 1967 : La mare où les animaux allaient s’abreuver autrefois est bouchée et devient une place.

 - 1970 : Fermeture de l’école, aujourd’hui salle polyvalente et mairie.

- 1978 : Dernières vaches à Aigneville chez Mr et Mme Allard, qui marque la fin d’une époque agricole.

sources :
Annuaire cantonal 1989, canton de Bonneval.
Centre de recherches généalogiques du Perche-Gouet
Site de la commune : http://aigneville.e-monsite.com/

Additional Hints (Decrypt)


Qnaf yr zhe

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

33 Logged Visits

Found it 31     Didn't find it 1     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 3 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.