Skip to Content

<

La tour de Billot

A cache by BertrAnduze Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/25/2016
Difficulty:
1 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

La tour de Billot n'existe plus. Vous trouverez à son emplacement, 45 chemin des camisards, une maison, avec une plaque commémorative. L'histoire de la tour de Billot vous est racontée ci-après.

Elle tient son nom de la famille consulaire d'Alès Bilhot, qui en avait la seigneurie au XIVe siècle. Elle appartient aux héritiers de Gervais Estienne, et au seigneur de Périés, Françoise de Bilhot et Jacques de Bilhot. La veuve de ce dernier, Eléonore d' Auriac donne au couvent des frères prêcheurs d'Alès, par acte de 1519, sa part du mas ou Tour de Bilhot à condition de n'en rien aliéner et de célébrer une messe de réquiem tous les mercredis, à perpétuité.

Gervais des Estienne fait hommage au comte d'Alès le 9 avril 1546 pour la métairie appelée le mas ou tour de Bilhot. Ses successeurs Robert de Faucon, mari d'Anne des Estienne, en janvier 1566, André des Pierres, fils et donataire d'Antoine,
seigneur de Bilhot et petit-fils d'Anne des Estienne renouvellent le 19 avril 1618 son hommage, à genoux, tête découverte, sans ceinture, ni épée, ni éperons et tenant ses mains jointes entre celles de son suzerain. Le prieur des frères prêcheurs fit aussi un aveu le 12 mai 1760.

En 1703, une troupe de camisards commandée par Cavalier s'était repliée sur la tour de Bilhot, dont la situation lui avait parue avantageuse. Monsieur de Planque, inspecteur général des troupes du roi, l'attaque le 30 avril, avec le renfort de la milice d'Alès, au lever du jour. Cavalier, surpris à l'extérieur est complètement défait et s'enfuit dans les bois de Saint-Bénézet.

Des grenades, lancées à propos, mettent le feu à la tour de Billot et aux bâtiments voisins. Les défenseurs luttèrent en désespoir de cause. La plupart périrent par le fer ou dans les flammes. « Ils ne cédèrent, écrit la Baume, qu'après une résistance aussi vigoureuse qu'on l'eut pu attendre de bonnes troupes mal placées». Leurs pertes sont évaluées à trois cents victimes restées sur place ou davantage suivant certaines estimations. Les troupes royales eurent huit officiers et douze soldats tués et de nombreux blessés.

Le syndic des frères prêcheurs fera plus tard une demande d'indemnité à l'intendant «pour que la métairie fût reconstruite aux frais des habitants de Bagard comme ayant donné asile aux fanatiques». Henri Bosc consacre plusieurs pages au récit de la prise de la tour de Bilhot, dans la Guerre des Cévennes

(Archives du Gard H 832 à 835 ).

LA TOUR DE BILHOT 
(Histoire des Camisards Eugène BONNEMERE)

Désireux de redescendre dans la plaine, CAVALIER avait convoqué une Assemblée dans la vallée de Malle-Bruisse, où il fit trois prédications dans la journée. Le soir venu, épuisé de fatigue et de faim, ils se retirèrent à La Tour de Billot entre Alais (Alès) et Anduze.


Le secret de leur retraite fut livré par un meunier du nom sinistre de Guignon. Ce misérable qui avait su tromper le jeune chef cévenol par des démonstrations de piété exaltée s'était jusque là utilement employé à la subsistance des Camisards. Mais il se laissa séduire par l'appât de cent louis qui lui furent comptés par BAVILLE et Montrevel arrivés à la ville d'Alais. De Planque divisa sa petite armée en trois corps de troupes. Le premier commandé par de TARNAUD se rendit auprès de La Tour de Billot en passant par le haut chemin d'Anduze, le deuxième sur la conduite de FOIX attendait les fuyards le long du Gardon; De PLANQUE à la tête du 3ème se rendit à La Tour par un autre chemin. Cette triple attaque était bien plus que suffisante pour détruire une poignée d'hommes surpris dans leur sommeil et harassés de lassitude.


Les sentinelles se replièrent en désordre sur le Camp des Enfants de Dieu, poursuivies de près par les catholiques et l'égorgement commença. Il ne fallait pas songer à une défense impossible. Cavalier rallia de son mieux ses compagnons et ne pensa qu'à la retraite. Quelques uns sortent de La Tour et tentent de repousser les nuées des assaillants. D'autres ne pouvant sortir assez vite tirent par les fenêtres , percent les murailles et dans les ténèbres, chacun fait feu au hasard, tirant indifféremment amis ou ennemis. Ce fut une scène de désordre impossible à décrire. Le jour commençait à paraître. CAVALIER, la rage et la douleur dans l'âme se retira laissant dans la Tour trois cents des siens qui se défendirent jusqu'au dernier. Désespérant de les réduire, de Planque avait envoyé chercher de l'artillerie laissée à ALAIS. La grêle des grenades qu'en attendant on ne cessait de faire pleuvoir sur les assiégés, finit par y mettre le feu, sans mettre encore un terme à cette lutte désespérée. Ils savaient que la roue ou le bûcher les attendaient s'ils tombaient vivants entre les mains des vainqueurs. Ils préférèrent se laisser brûler en se défendant, puisque du moins cette mort affreuse n'était pas sans vengeance, et que les affres en étaient voilées par l'ardeur du combat.


29 Avril 1703 Eugène BONNEMERE
(Histoire des Camisards



Additional Hints (Decrypt)

yn gbhe qr Ovyybg

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.