Skip to Content

<

MAT #09 Rock à Pommiers

A cache by jige34 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/26/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2.5 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:



Rock à Pommiers


Te voici à Pommiers. Depuis ce ressaut admire la vue sur la majestueuse Tessone, avec Cauvas, la ferme au-dessus de la vierge.
Peut-être repèreras-tu Aire Ventouse au nord/est, si tu es familier du Gr7 ?
Tu es ici sur le terrain de chasse des mineurs.
Ils ont cherché des minéraux de Anjeau à St Bresson, et de Montdardier à St Laurent le Minier. (Le bien nommé)
Tu es ici à proximité de la mine « Les Cèdres ». Je t’emmènerai tout à l’heure sur un autre de ces sites.

Lis bien la documentation jointe, Logue cette cache "Found it" et envoie-moi tes propositions de réponses soit via mon profil, soit via la messagerie geocaching.com (Message Center), et je te contacterai en cas de problème.

QUESTIONS
1 : Quelle ressource minérale principale a été exploitée à St Laurent le Minier ?
2 : Depuis quand ces gisements sont-ils exploités ?
3 : Quelle est la nature des roches autour de toi et des dalles sous tes pieds ?
4 : (Optionnel) Une photo de toi et ou de ton GPS devant avec la Tessone en fond.


I am a proud
Minéraux et fossiles témoins du passé (Cévennes)

Minéralogie :

Il n'est pas possible de parler de la minéralogie française sans citer les Cévennes. En effet, cette région a été le plus important centre d'extraction de minéraux en France, lui permettant ainsi de jouer un rôle extrêmement important dans l'économie du pays, du XIXème jusqu'au milieu du XXème siècle. A l'époque, la région a fourni de grandes quantités de plomb et de zinc qui étaient très demandés par l'industrie, notamment durant la première guerre mondiale.

Ces ressources minières se concentrent principalement sur trois districts différents détaillés dans le chapitre "minéralisations de basse température". En réalité, il est difficile de classer les gisements cévenols car la plupart sont issus d'une première phase minéralisatrice tardi-hercynienne de moyenne température (Stéphanien/Permien) parfois complétée par une seconde phase minéralisatrice de basse température (Trias/Lias inférieur).

1) Les minéralisations de haute température

Ce type de minéralisation habituellement associé aux intrusions granitiques est peu fréquent dans le sous-sol schisteux des Cévennes. Quelques petits gisements de haute température se trouvent pourtant en périphérie des granites cévenols, dans les schistes ou les calcaires cambriens. Ainsi, des petits filons de quartz disséminés dans les micaschistes ou certaines pegmatites contiennent parfois de la magnétite, de l'ilménite et des zircons accompagnés parfois d'or natif. Mais les plus importantes concentrations de minéraux associés à ces minéralisations se rencontrent dans des placers alluvionnaires suite à l'érosion du socle. L'or natif se trouve en compagnie d'autres minéraux dits "lourds" dans les placers de nombreux cours d'eau du massif cévenol. Il y prend l'aspect de paillettes ou de pépites de petite taille qui peuvent être récupérées après lavage du sable.

C1- Les mines de Saint-Laurent-le-Minier (Les Malines)

Le célèbre district de St Laurent le Minier se trouve 10 km à l'ouest de Ganges. Il est situé au sud d’une faille majeure E-W (horst de St Bresson) et est constitué de plusieurs corps minéralisés situés à proximité de la discordance Trias/Cambrien. Le gisement des Malines, sur le versant nord du Pic d'Anjeau, est le plus connu mais il en existe d'autres à St Laurent : la Sanguinède au nord-est de Montdardier et les Cèdres au sud-est de Pommiers.

Aux Malines, trois stades minéralisateurs ont été identifiés en fonction de la morphologie des gisements et de la nature des encaissants :

1. Le premier stade est stratifié dans les dolomies cambriennes et donc d’âge Cambrien. Ces minéralisations anciennes ont pu servir de source pour les suivantes.

2. Puis se développent un stade de karstification de ces dolomies suivi d'un stade filonien. Dans les sédiments triasiques (grès), seul le stade filonien est visible. Les minéralisations associées aux karsts et filons seraient liasiques.

3. Enfin, les gisements lités "stratiformes" encaissés dans le calcaire Bathonien seraient eocènes

Ces données suggèrent l’existence de trois phases métallogéniques dont une serait liasique. Cette phase comprend un stade karstique, puis un stade fissural. Ce dernier est associé à un minerai rubané à dolomite, calcite, sphalérite, barytine et quartz qui constitue la masse principale du gisement. La barytine tardive serait rattachée à un événement spécifique du Jurassique Supérieur en lien avec une activité volcanique. Les parties supérieures des différents gisements de St Laurent sont très riches en minéraux d'altération du zinc (smithsonite et hémimorphite surnommés "calamine" par les mineurs) qui ont constitué la principale source de minerai au début de l'exploitation.
Ce gisement extrêmement important est connu et exploité depuis l'antiquité. Sa "redécouverte" à la fin du XIXème siècle a donné lieu à une anecdote célèbre : des pharmaciens de Ganges reprirent une galerie qu’un facteur avait creusée pendant la "ruée vers le zinc" puis abandonnée après plus de 25 mètres de creusement sans avoir trouvé de trace de minerai. Contre toute attente, leurs travaux sont rapidement arrivés 4 mètres plus loin dans un formidable amas évalué à plus de 200 000 tonnes de minerai. Malgré quelques courtes interruptions, ce gisement fut intensément exploité de 1885 à 1993, d'abord par la Société Minière des Malines (1885-1940) puis par la SMMP, filiale du groupe Metalleurop, qui en est le dernier concessionnaire. Au plus fort de son activité (1890-1912), cette mine employa près de 600 ouvriers, contre seulement 125 en 1970. Les travaux miniers réalisés en un siècle d'exploitation sont d'une ampleur considérable puisqu'ils totalisent environ 300 km de galeries réparties sur de nombreux niveaux superposés ! Ainsi, plus de 1.000.000 de tonnes de minerai ont été extraites de ce gisement ce qui fait de lui le plus important de France, devant celui de Largentière (700.000 tonnes extraites). Aujourd'hui, le site a été réaménagé et les travaux souterrains ont été bouchés. Malgré cela, les eaux d'exhaure chargées de plomb et d'acide sulfurique qui sortent des anciennes galeries continuent de polluer les sols du village.
En minéralogie, ce gisement était très réputé pour la diversité des cristallisations de barytine qu'on y trouvait, pour ses beaux cristaux de sphalérite rouge, pour ses fameuses galènes réticulées et surtout pour sa bournonite (un sulfosel de plomb) dont certains cristaux étaient d'une taille (jusqu'à 10 cm !) et d'une qualité exceptionnelle !

J’ai exploité quelques passages de ce passionnant document :
link text
Pour en savoir plus sur la géologie en Cévennes et les minéraux cités ici :
link text
link text
Le Geowiki de la mine des Malines :
link text
Le rapport du Bureau De Recherches Géologiques Et Minières (BRGM) de 2008 :
link text

English

Rock in Pommiers

Here you are in ‘Pommiers’. Since this projection admires the view on the majestic Tessone, with the farm of Cauvas

Maybe you will see ‘Aire ventouse’ in the nord/est, if you are a regular visitor to the Gr7?

You are here on the hunting ground of the miners.

They looked for minerals of Anjeau to St Bresson, and for Montdardier to St Laurent le Minier.

You are here near the mine " Les Cèdres ". I shall take you later on other one of these sites.

Read, please, the joined documentation, Log this Geocache " Found it " and send me your proposals of answers either via my profile, is via the messaging geocaching.com (Center message), and I shall contact you in case of problem.

QUESTIONS

1: what main mineral resource was exploited to St Laurent the Mining?
2: since when these deposits are exploited?
3: what is the nature of rocks around you and paving stones under your feet?
4: (optional) A photo of you and or your GPS in front of with Tessone in bottom.

Mineral and fossil witnesses of the Cévennes

Mineralogy:


It is not possible to speak about the French mineralogy without quoting the Cévennes. Indeed, this region was the most important center of extraction of minerals in France, so allowing him to play a role extremely mattering in the economy of the country, the XIXth until the environment of the XXth century. At that time, the region supplied big zinc and lead quantities which were in great demand by the industry, in particular during the World War I.

These mining resources concentrate mainly on three different districts detailed in the chapter "mineralizations of low temperature". In reality, it is difficult to classify the from Cévennes deposits because most arise from a first phase minéralisatrice tardi-Hercynian of medium temperature (Stéphanien/Permian Era) sometimes completed by a second phase minéralisatrice of low temperature (Sorted Out/bound inferior).

1) The mineralizations of high temperature

This type of mineralization usually associated with the granitic intrusions is infrequent in the slaty basement of the Cévennes. Some small deposits of high temperature are nevertheless in periphery of from Cévennes pebbleweaves, in schists or Cambrian limestones. So, small veins of quartz spread in the mica-schists or some pegmatites sometimes contain some magnetite, the ilménite and the zircons accompanied sometimes with native gold. But the most important concentrations of minerals associated to these mineralizations meet in placers alluvionnaires further to the erosion of the base. The native gold is together with other "heavy" said minerals in the placers of numerous streams of the from Cévennes massif. He takes the aspect of glitter or small-sized nuggets there which can be got back after wash of the sand.

C1-Les mines of Saint-Laurent-le-Minier (Les Malines)

St Laurent's famous district the Mining is 10 km on the West of Ganges. He is situated in the South of a major fault E-W (horst of St Bresson) and is established by several mineralized bodies situated near the conflict Trias/Cambrien. The deposit of Malines, on the north hillside of the Peak of Anjeau, is the most known but there are others to St Laurent there: Sanguinède in the northeast of Montdardier and Les Cèdres in the southeast of Pommiers.

In Les Malines, three minéralisateurs stages were identified according to the morphology of deposits and nature of encaissants:

1. The first stage is stratified in the Cambrian dolomites and thus of Cambrian age. These old mineralizations were able to serve as source for the following ones.

2. Then develop a stage of karstification of these dolomites follow-up of a filonien stage. In sediments triasiques, only the filonien stage is visible. The mineralizations associated with karsts and veins would be liasiques.

3. Finally, lités deposits "stratiform" taken(collected) in the limestone Bathonien would be Eocene

These data suggest the existence of three métallogéniques phases among what(which,whom) one would be liasique. This phase includes a karstic stage, then a fissural stage. The latter is associated with a rubané ore in dolomite, calcite, sphalerite, barytine and quartz which constitutes the main mass of the deposit. The late barytine would be connected with a specific event of the Upper Jurassic in connection with a volcanic activity. The tops of St Laurent's various deposits are very rich in minerals of change of the zinc (smithsonite and hémimorphite nicknamed "scale" by the miners) which constituted the main source of ore at the beginning of the exploitation.

This extremely important deposit is known and exploited since Antiquity. Its "rediscovery" at the end of the XIXth century gave rise to a famous anecdote: pharmacists of the Ganges resumed a gallery which a mailman had dug during the " rush towards the zinc " then abandoned after more than 25 meters of digging without having found of track of ore. Contrary to all expectations, their works quickly arrived 4 meters farther in a great heap estimated at more than 200 000 tons of ore. In spite of some short interruptions, this deposit was intensely run from 1885 till 1993, at first by the Mining Company Les Malines ( 1885-1940 ) then by the SMMP, the subsidiary of the group Metalleurop, which is the last dealer. At the height of its activity ( 1890-1912 ), this mine employed about 600 workers, against only 125 in 1970. The mining works realized in a century of exploitation are on a considerable scale because they add up approximately 300 km of galleries distributed on numerous superimposed levels! So, more than 1.000.000 of tons of ore were extracted from this deposit what makes of him the most mattering of France, in front of that of Largentière ( extracted 700.000 tons). Today, the site was reorganized and the underground workings were filled. Nevertheless, waters of exhaure in charge of lead and sulphuric acid which bring out old galleries continue to pollute the grounds of the village.

In mineralogy, this deposit was very renowned for the diversity of the crystallizations of barytine which we found, for its beautiful crystals of red sphalerite, for its famous galènes réticulées and especially for his bournonite (a sulfosel of lead) there certain crystals of which were of a size (up to 10 cms!) and of an exceptional quality!

I exploited some passages of this fascinating document:
link text

To know more about the geology in the Cévennes and the minerals quoted here:
link text

link text

Geowiki of the appearance Les Malines :
link text

The report of the Office De Geologic and mining Researches (BRGM) of 2008:
link text

Additional Hints (No hints available.)



 

Find...

19 Logged Visits

Found it 18     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 13 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.