Skip to content

<

Eglise Saint-Sépulcre et ses vitraux

A cache by laujikus Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 01/29/2017
Difficulty:
3.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Cette église d'Abbeville est connue (et reconnue) pour ses vitraux réalisés par Alfred Manessier. La cache se trouve à l'extérieur de l'église mais je vous recommande vivement de faire cette cache pendant la journée afin de pouvoir entrer dans l'édifice et y admirer ces vitraux.


Petit extrait de la page wikipédia pour ceux qui voudraient en apprendre un peu plus sur ce monument :

La fondation : 

À la fin du xie siècle, le comte Guy Ier de Ponthieu rassembla les chevaliers du Nord de la France, avant qu'il ne partent en croisade, à Abbeville où Godefroy de Bouillon les passa en revue. La tradition rapporte que l'église Saint-Sépulcre aurait été fondée sur les lieux mêmes du rassemblement des croisés.

De la fondation de cette église, on ne sait pratiquement rien, puisque aucun document ne mentionne la date de sa construction. On ne trouve aucune mention de l'église avant 1206. De plus, aucune trace des xie siècle ou xiie siècle n'est visible dans l'édifice. Ce n'est qu'en 1332 que l'église Saint-Sépulcre fut mentionnée dans le Livre rouge de l'Échevinage, sans en donner de description.

La reconstruction du XVe siècle :
L'église actuelle a été bâtie au xve siècle après la guerre de Cent Ans, à la faveur du renouveau économique, dans le style gothique flamboyant. En septembre 1792, c'est dans l'église Saint-Sépulcre que se déroula l'élection des députés du district d'Abbeville à la Convention nationale. En 1863, étant donné le très mauvais état de l'église, d'importants travaux de restauration furent entrepris. Le Clocher et le transept furent rebâtis en style néo-gothique en 1864. Elle fut classée Monument historique en 1907.

Les destructions de la Seconde Guerre mondiale :
Pendant la Première Guerre mondiale, Abbeville subit des bombardements, l'église Saint-Sépulcre n'est pas touchée, mais des impacts proches font éclater les vitraux. Le 31 mai 1924, la municipalité décide réparer les dégâts subis par les églises Saint-Jacques et Saint-Sépulcre, ce qui coûte au total 181 Francs à la commune2. En mai 1940, Abbeville subit un violent bombardement de la Luftwaffe, l'église Saint-Sépulcre fut durement touchée, les voûtes s'effondrèrent ainsi que certains murs. Les vitraux furent brisés par le souffle provoqué par la chute des bombes.

La restauration de la fin du XXe siècle :
La restauration du bâtiment ne fut entreprise que dans les années 1970. En 1982, l'inspecteur des Monuments historiques, François Enaud, proposa à Alfred Manessier, peintre ayant passé son enfance à Abbeville, la création de vitraux pour l'église.

Le dimanche 2 avril 1989, Alfred Manessier inaugura les trois premiers vitraux qui ornent le chœur de l'église3. L'ensemble quasi achevé des vitraux sera inauguré le 30 mai 1993. En 2012, le clocher fut doté d'une toiture remplaçant la toiture provisoire installée après 1945.

Vitraux :
Les verrières de l'église Saint-Sépulcre ont été réalisées à la fin du xxe siècle. Elles constituent, à elles seules, l'élément le plus notable de l'édifice.

Sur une commande de l'inspecteur général des monuments historiques, tous les cartons des vitraux ont été dessinés par Alfred Manessier (1911-1993), pendant cinq ans, de 1988 à 1993. L'artiste conçut son œuvre de trente-et-un vitraux à partir du thème de la victoire de la vie sur la mort, la Passion et la Résurrection.

Les verrières ont été réalisées par l'Atelier Lorin de Chartres. Les vitraux furent posés par Gérard Hermet et ses compagnons, en présence d'Alfred Manessier.

Ils sont constitués de milliers de formes dont les couleurs changent selon l'exposition de l'édifice. Ils attirent presque 11 000 visiteurs par an.

La cache :
Elle est toute bête : un (petit) contenant + un aimant + un peu d'adhésif pour lier les deux et voilà ! Malgré cette simplicité, ne doutons pas qu'elle puisse vous faire tourner un peu en bourrique...

 

Additional Hints (No hints available.)