Skip to Content

<

Ballade depuis Ainay

A cache by Jacquet38 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 04/10/2017
Difficulty:
2.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:



Le site d’Ainay est christianisé à partir du IXème siècle avec la création du prieuré de Saint Benoît de Cessieu vers 859 par l’abbé Aurélien, futur archevêque de Lyon. Ce prieuré va rapidement prendre de l’ampleur et devenir une abbaye bénédictine influente.


Ce lieu était très particulier puisqu’à cette époque et jusqu’au milieu du XIXème siècle avec la construction de la gare de Perrache, le Rhône et la Saône se réunissaient en aval de l’actuelle basilique. Le quartier Confluences tel qu’on le connait aujourd’hui n’étant qu’ une île non habitée.


Le 29 janvier 1107, les écrits témoignent que l’église de l’abbaye est consacrée par le pape Pascal II et portera le nom de Saint Martin. Du XIIème au XIVème siècle, l’Abbaye d’Ainay devient une puissance spirituelle et temporelle. Ainsi, en 1250, elle possède 72 églises ou prieurés. Au début du XIVème siècle, un palais est construit dans le monastère. A la Renaissance, les rois viennent y séjourner, dont Henri IV en 1600, à l’occasion de son mariage avec Catherine de Médicis, à la Cathédrale St Jean.

En 1562, les huguenots envahissent les lieux et dévastent l’église, détruisent partiellement le cloître, brûlent les archives.

En 1685, l’Abbaye est sécularisée, c'est-à-dire que les moines doivent partir et sont remplacés par des chanoines et Ainay devient une paroisse. En 1780, l’église d’Ainay perd même le titre d’Abbaye et devient paroisse, tous ses biens revenant à l’archevêché.

A la révolution, le palais abbatial est rasé, l’église est fermée et devient un entrepôt. Ce n’est qu’en 1802 que le culte y sera de nouveau célébré. Classée monument historique en 1844, elle sera élevée au rang de Basilique en 1905 par le pape Pie X.

La multi démarre depuis la parvis de la basilique d’Ainay(Point R1). Si vous avez quelques minutes, n’hésitez pas à visiter l’intérieur, notamment le chœur.


D’après la tradition, les 4 gros piliers qui soutiennent la coupole proviendraient de l’autel de Rome et d’Auguste qui se situait à la Croix-Rousse. Voilà ce que l’on trouve sur Wikipédia :

« Il est placé en avant de la ville, au confluent même des deux cours d'eau, et se compose d'un autel considérable, où sont inscrits les noms de soixante peuples, d'un même nombre de statues, dont chacune représente un de ces peuples, enfin d'un grand naos ou sanctuaire »
L’autel monumental, dédié à Rome et Auguste en l’an -12, et son soubassement de 50m de long sont en marbre ; les deux victoires ailées qui se dressent à ses côtés, en bronze doré, tiennent de grandes palmes et des couronnes d’or. Elles sont posées sur des colonnes de granite gris jaune provenant d’Egypte, terminées par des chapiteaux sans doute doriques. Ces colonnes ont été récupérées au XIème siècle et sciées en deux : elles forment aujourd’hui les quatre piliers de la croisée du transept de la basilique Saint-Martin d’Ainay qui soutiennent la coupole. Les noms des 60 (ou 64) peuples de Gaule sont inscrits sur cet autel et chaque nation est représentée par une statue.
C’est aussi dans ce sanctuaire qu’étaient exposées les Tables Claudiennes, plaque de bronze (2,30 m x 1,93m) sur laquelle était gravé le discours de l’empereur Claude prononcé en 48, accordant aux chefs des nations gauloises l’éligibilité aux magistratures romaines et au sénat romain. »

Au même titre que l’Amphithéâtre des 3 Gaulles (voir cache GC5PMQW – Amphithéâtre des Trois Gaules), ces 4 colonnes rappellent la première Assemblée Nationale de Gaule. Ils est à noter que pour s’adapter aux dimensions de l’église, les 2 colonnes d’origine ont été sciées en deux pour en faire 4.

Première question de la multi (point R1) : sur le clocher porche qui vous fait face, au-dessus de la croix rouge, il y a une frise gravée avec des métopes qui représentent des animaux (lion, cerf, aigle…) mais aussi des animaux fantastiques (griffon, basilic…)

A = nombre de métopes

Emprunter ensuite sur la gauche la rue des remparts d’Ainay pour rejoindre le point R2. Cette rue se trouve à l’emplacement des remparts construits construits dès 1313 et qui protégeaient l’accès nord de l’Abbaye.


Vous longez la chapelle St Joseph, bien plus récente, puisque construite en 1831 sur l’emplacement du déambulatoire côté sud de  l’ancien cloître.


B = sur l’image ci-dessus, qu’il y a-t-il à la place du carré bleu ?

Une croix (B=2)        Un cercle (B=4)         Une sculpture d’oiseau (B=6)   Une croix et un cercle (B=8)     

Rejoindre le point R3 en tournant à droite dans la rue Adélaïde Perrin où vous pourrez admirer le chevet de l’église, joyau de l’architecture romane à Lyon. Puis tourner à gauche dans la rue Bourgelat. Vous passerez au coin des rues A.Perrin / Bourgelat, devant une plaque de calcaire à gryphées imposante (voir earthcache GC705J1 – Lyon sort ses gryphes !) retrouvée en creusant les fondations de l’immeuble. Elle rappelle qu’ici, en 1717, avait été fondée l’académie d’Equitation.


Au point R3, vous vous trouvez devant l’ancien portail d’entrée de l’académie. Cet immeuble a abrité la première école vétérinaire du monde, fondée par Claude Bourgelat, écuyer du roi Louis XV. Plus tard, Mérieux, élève de Louis Pasteur, y transféra son laboratoire depuis l’Hôtel-Dieu et y poursuiva ses travaux sur les vaccins (établissement aujourd’hui transféré à Gerland, avec le fameux laboratoire P4).

C = nombre de lettres du mot manquant du nom de la rue en 1755 (rue du ……………. )

D = n° de la Cathédrale St Jean sur le plan scénographique de Lyon (datant de 1550)

Continuer sur la rue Bourgelat et déboucher sur la place Ampère (point R4) éminent scientifique qui est né à Lyon et qui a commencé à enseigner dans cette même ville. Un monument lui rend hommage, retraçant l’ensemble de ses recherches et découvertes.

E = Année de réalisation du piédestal (attention : à ne pas confondre avec l’année de réalisation de la statue…)(voir aide en fin de description si difficulté...)

Rejoindre enfin le point R5 en empruntant la rue d’Auvergne, puis en tournant à gauche dans la rue Saint-Hélène. Vous arrivez devant l’entrée du Lycée Saint-Marc, ancien externat Saint-Joseph fondé par les Jésuites en 1864. Ce lieu a eu dans les années 20 comme élève un abbé célèbre. Il y fut même ordonné dans les années 30.

F = Nombre de lettres de son prénom de naissance (et non de son surnom)

Ce lieu fut réquisitionné par la milice en juin 1944. Elle y pratiqua la torture et y emprisonna des détenus. (voir http://www.lyceesaintmarc.org/informations/histoire-du-lycee). Parmi les victimes, une plaque rappelle le sacrifice de Marguerite Buffard-Flavien, arrêtée par la milice française et non la gestapo, qui préféra se défenestrer plutôt que de parler sous la torture. Au bas de la plaque, il est marqué « Honneur aux ………. de la Résistance »

G = Nombre de lettres du mot manquant

Dernièrement, le lycée Saint-Marc a été honoré par la présence parmi ses enseignants du prix Goncourt 2011. Cet établissement (plus précisément le Collège) abrite les répétitions des Petits Chanteurs de Saint Marc, sous la direction de Nicolas Porte, ensemble qui s’est révélé pour la musique du célèbre film « Les choristes » . Avec l’inoubliable soliste Jean-Baptiste Maunier (« Caresses sur l’océan »…) qui était élève au collège Saint-Marc.

De l’autre côté de la rue, une autre plaque rappelle qu’ici, le 28 décembre 1622, s’est éteint Saint François de Salles. Théologien et Docteur de l’église, son apostolat, en plein période de la contre-Réforme fut marqué par une attitude courageuse : « Il faut tout faire par Amour, et rien par force, il faut plus aymer l'obéissance que craindre la désobéissance » . Ce qui contrastait avec les actes de destruction et d’intolérance constatées de part et d’autre…

H = St François est mort dans une demeure toute simple (aujourd’hui démolie). Quel était le métier de la personne qui y résidait d’habitude ? (nombre de lettres)

Maintenant vous pouvez vous rendre à la cache qui se trouve en

N45°45,Ax(D+F+G)-C | 4°49,E/2-2xBxH+1

Rappel : la multiplication et la division sont prioritaires sur l’addition et la soustraction

Aide (l'indice E étant difficilement accessible avec les travaux) : somme des indices = 1947

Pas de stylo dans la cache.

Additional Hints (Decrypt)

Crgvgf rg tenaq ybfnatrf - 1z

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

81 Logged Visits

Found it 72     Write note 6     Publish Listing 1     Owner Maintenance 2     

View Logbook | View the Image Gallery of 12 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.