Skip to Content

<

L'ABCDaire des lavoirs du 70 : K comme Karstique

A cache by deu-miniy-chat Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 03/28/2017
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


 

 

L'ABCDaire des lavoirs du 70

 

L’histoire des lavoirs remonte déjà à plusieurs siècles. Deux raisons expliquent les nombreuses constructions de ces petits édifices au XIXe siècle et au début du XXe : la première est l’arrivée de la notion d’hygiène qui est alors croissante au XVIIIe siècle ; puis, avec le projet de loi voté en 1851 par l’Assemblée nationale pour encourager la création de lavoirs et de bains publics, des subventions sont apportées en aide aux communes.

En plus d’être un lieu de commodité, ils sont aussi un vecteur de sociabilité chez les femmes. La taille de ces édifices varie selon les communes dans lesquelles ils sont établis ; ils peuvent également être classés sous plusieurs types. Directement placés au bord d’un cours d’eau, ou alimentés grâce à une pompe, le bassin placé à même le sol, ou relevé de plusieurs dizaines de centimètres, la typologie des lavoirs est vaste et dépend des moyens financiers, du terrain ou encore du cours d’eau.

Le département de la Haute-Saône compte environ 2500 fontaines et lavoirs. L'objectif de cet abécédaire n'est pas de tous vous les faire découvrir, mais de vous proposer un panel des différents types que l'on peut rencontrer dans ce département.

 

K comme KARSTIQUE

 

Une des raisons pour laquelle la Haute-Saône détient autant de lavoirs et fontaines, n’est autre que l’abondance de sources. La géologie particulière de cette région en est la raison.

Située entre les premiers contreforts des Vosges, le plateau de Langres et le massif du Jura, la Haute-Saône offre une variété de paysages qui l’ont fait surnommer l’île verte.

 

Géologie

 

La géologie haut-saônoise est le reflet de cette diversité : on passe en moins d’une centaine de kilomètres du socle cristallin des ballons d’Alsace et de Servance à la plaine alluviale de Gray. Si les plateaux calcaires sont essentiellement des formations secondaires (calcaires du Trias et du Jurassique moyen), on trouve par endroit des calcaires primaires (marbre du massif de Chagey) et des formations plus récentes. En quelques millions d’années, l’eau a érodé les calcaires haut-saônois et créé le karst que l’on connaît aujourd’hui.

Le mot «Karst » vient de Kras, région de Slovénie où ce relief est bien présent. Le mot « Kras » fut germanisé en Karst lors de l’intégration du pays à l’Empire Austro-hongrois. Ce relief particulier a été étudié par les géographes autrichiens au XIXème siècle.

Dans les reliefs karstiques, l’eau, plutôt que de couler en surface comme dans d’autres régions, s’infiltre dans le sous-sol.

Ces paysages sont caractérisés par des formes de corrosion de surface mais aussi par des formations souterraines étonnantes. Un certain nombre de mots de vocabulaire géologique sont à rapporter à ce type de relief : doline, stalagmite, stalactite, résurgence, lapiaz, aven, paysage ruiniforme…..

 

Eléments géomorphologiques d'un paysage karstique :

(1) terrains non karstiques

(2) canyon

(3) reculée

(4) vallée sèche

(5) résurgence de rivière

(6) perte

(7) doline

(8) ouvala

(9) lapiez

(10) aven

(11) grotte

(12) source vauclusienne

(13) rivière souterraine

 

Résurgence

 

Le sujet de cette earthcache nous centralisera sur le thème des résurgences, parfois à l’origine d’une construction de lavoir.

Les plateaux calcaires de Haute-Saône, ou figure la commune de Cugney par exemple, sont encadrés au Sud par la vallée de l’Ognon, et au Nord par la vallée de la Saône et de ses affluents. Ces deux vallées drainent les plateaux calcaires qui sont des formations typiquement karstiques avec de nombreuses pertes. 

 

Carte géologique

 

Les niveaux calcaires fracturés favorisent l’infiltration des eaux de surface qui circulent dans des réseaux souterrains souvent très complexes.  Les eaux souterraines réapparaissent le plus souvent aux contacts des niveaux calcaires et des niveaux marneux (imperméable) : c’est une résurgence.

 

Ce lavoir de la commune de Cugney est bien édifié sur une résurgence karstique. Il s’agit plus précisément d’une « source vauclusienne ». Elle est identifiée comme la source de la Tenise.

Une source est dite vauclusienne si son exutoire (la résurgence des eaux d'infiltration) est issu d'un conduit karstique ascendant subvertical. Autrement dit, si le conduit d’arrivée d’eau est vertical et provient du sol.

Ces sources sont généralement à forts débits et à grandes variations de régime. Elles sont temporaires ou intermittentes en fonction de l'amorçage et du désamorçage des siphons des réseaux souterrains.

 

 

QUESTIONS

 

1 : Expliquez, avec vos propres mots, la différence entre une source vauclusienne et une source « classique ».

2 : Sur place, identifiez le pavillon de la source grâce au panneau explicatif ; une fois à l’intérieur, comment voyez-vous qu’il s’agit bien d’une source vauclusienne ?

3 : Comme il est expliqué dans le descriptif, le débit d’une source vauclusienne est variable. Décrire le débit lors de votre visite.

4 : D'après vos recherches ou connaissances, citez une autre source vauclusienne haut-saônoise pourvue d’un lavoir.

OPTIONNELLE :

5 : Postez une photo de la source montrant le débit de celle-ci dans votre log.

 

VALIDATION

 

Loguez cette cache "Found it" et envoyez-nous vos propositions de réponses soit via notre profil, soit via la messagerie geocaching.com (Message Center), et nous vous contacteront en cas de problème.

 

 

 

 

Alphabet washhouse of Haute-Saône

 

The history of washhouse goes back many centuries. Two reasons account for the many constructions of these small buildings in the nineteenth century and the beginning of the twentieth: the first is the arrival of the notion of hygiene which is then increasing in the eighteenth century; then, with the bill passed in 1851 by the National Assembly to encourage the creation of washhouses and public baths, subsidies were provided to the municipalities.

In addition to being a place of convenience, they are also a vector of sociability among women. The size of these buildings varies according to the municipalities in which they are established; they can also be classified into several types. Directly placed at the edge of a watercourse, or fed by a pump, the basin placed on the ground or taken several tens of centimeters, the typology of the washhouse is vast and depends on the financial means, the ground or of the watercourse.

The department of the Haute-Saône counts about 2500 fountains and washhouses. The objective of this alphabet is not to all of you discover them, but to offer you a panel of the different types that one can meet in this department.

 

K from KARSTIC

 

One of the reasons why Haute-Saône holds so many washhouses and fountains is none other than the abundance of springs. The particular geology of this region is the reason.

Situated between the foothills of the Vosges, the plateau of Langres and the Jura massif, the Haute-Saône offers a variety of landscapes that have made it nicknamed the green island.

 

Geology

 

Haute-Saône geology is a reflection of this diversity: one passes in less than a hundred kilometers from the crystalline basement of the balloons of Alsace and Servance to the alluvial plain of Gray. If the limestone plateau are mainly secondary formations (limestones of Triassic and Middle Jurassic), local limestones (marble of Chagey massif) and more recent formations are found in some places. In a few million years, water has eroded the Haute-Saône limestones and created the karst that we know today.

The word "Karst" comes from Kras, region of Slovenia where this relief is well present. The word "Kras" was germanized in Karst when the country was integrated into the Austro-Hungarian Empire. This particular relief was studied by Austrian geographers in the 19th century.

In the karstic reliefs, water, rather than sinking on the surface as in other regions, infiltrates into the subsoil.

These landscapes are characterized by forms of surface corrosion but also by astonishing underground formations. A number of geological vocabulary are to relate to this type of relief: doline, stalagmite, stalactite, resurgence, lapiaz, aven, ruiniform landscape ...

 

 


Geomorphological elements of a karstic landscape:

(1) non-karst lands

(2) canyon

(3) remote

(4) dry valley

(5) river resurgence

(6) loss

(7) doline

(8) ouvala

(9) lapiez

(10) aven

(11) cave

(12)  vauclusienne spring

(13) underground river

 


Resurgence

 

The subject of this earthcache will centralize us on the resurgences' theme, sometimes at the origin of a construction of washhouse.

The limestone plateau of Haute-Saône, or the town of Cugney, for example, are bordered on the south by the Ognon valley, and on the north by the Saône valley and its tributaries. These two valleys drain the limestone plateau which are typically karstic formations with numerous losses.

 

Geological map

Fractured limestone levels favor the infiltration of surface waters that circulate in often very complex underground networks. Groundwater reappears most often at the contacts of limestone levels and marly levels (impermeable): it is a resurgence.

This washhouse of Cugney is well built on a karstic resurgence. It is more precisely a "Vauclusienne spring". It is identified as the spring of Tenise.
A spring is called Vauclusienne if its outlet (the resurgence of infiltration water) is derived from a subvertical ascending karstic conduit. In other words, if the water supply pipe is vertical and comes from the ground.
These sources are generally at high flows and large variations in diet. They are temporary or intermittent depending on the initiation and the defusing of the siphons of the underground networks.

 

QUESTIONS


 
1: Explain, with your own words, the difference between a Vauclusienne spring and a "classic" spring.

2: On the spot, identify the building of the spring thanks to the explanatory panel; Once inside, how do you see that it is indeed a Vauclusienne spring?

3: As explained in the description, the flow rate of a Vauclusienne spring is variable. Describe the flow during your visit.

4: According to your research or knowledge, quote another Vauclusienne spring in the department of the Haut-Saône equipped with a washhouse.

OPTIONAL:

5: Post a photo of the spring showing the flow of it in your log.

 

VALIDATION

 

Log in this cache " Found it " and send me your answers proposals or via my profile or via geocaching.com messaging (Message Center ) , and I will contact you in case of problems .

 

 

Additional Hints (No hints available.)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.