Skip to Content

<

[#042 CEL] Boisgasson

A cache by capat Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 04/09/2017
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Les communes d'Eure-et-Loir [CEL]

Cette cache fait partie de la série "401 communes en Eure-et-Loir [CEL]".

Il s'agit d'une idée assez simple : vous faire découvrir toutes les communes que compte notre département.

Pour relever ce défi, un groupe de géocacheurs s'est créé afin d'organiser au mieux la pose des caches. Ces dernières peuvent être de différents types et de différentes tailles.

 

 

 

 

Nom des habitants : Boisgassonnais, Boisgassonnaises

Population : 112 (recensement de 2014)

Superficie : 750 hectares

Densité : 15 hab./km²

Un peu d’histoire :

Le village de Boisgasson appartient au canton de Cloyes et à l'arrondissement de Châteaudun et est l’une des 15 Communes de la Communauté de communes des Trois Rivières. Il se situe à une altitude comprise entre 148 et 161 mètres.

Mentionné sous les noms de : Boscus-Gartionis vers 1250 (pouillé), Boscus-Gassionis en 1280, Boscus-Gassonis en 1314 (charte de l'abbaye de Bonneval), Notre-Dame de Boisgazon, 1736 (pouillé).

La commune de Boisgasson n'aurait pas d'histoire si sur son territoire elle n'avait renfermé deux manoirs antiques, dont l'un la Ferté-Couverte-de-Fer a totalement disparu au XVème siècle, ou au XVIème siècle pendant les incursions des Anglais, et dont l'autre Villemesle a survécu jusqu'à nos jours, ayant été rebâti assez longtemps après sa destruction, probablement à la même époque.

En 1836, Boisgasson était une commune active. Deux charrons, deux tuileries, quatre maçons, trois tisserands pour l'artisanat, un marchand de bestiaux et un cabaretier, pour le commerce. L'agriculture était également très présente.

Le 1er janvier 2017, Boisgasson est intégrée à la commune nouvelle d'Arrou

La commune est composée de 13 hameaux :

- Andillou, mentionné sous le nom d'Andeglou en 1382 (aveu de Pierre Coupe), Andilhou en 1585, Andillou ou les Bouardz en 1599 (charte de la seigneurie de Courtalain) . Bouard venant du nom d'un habitant (Jean Bouard) qui y demeurait en 1566.

- Le Beau chêne, Beauchesne en 1382 (aveu de Boisgasson). Le petit parc au beau chesne, 1572 (charte de la fabrique de Boisgasson). Beauchêne (1861).Bel-Air, hameau de Boisgasson. Ferme en 1861.- Bellevue, hameau de Boisgasson, ferme en 1861.

- La Chavignerie.

- La Chesnaie.

- La Ferté, ferme isolée qui tire son nom de la Ferté-de-Fer, ou couverte de fer Firmitas-Nerberti en 1069 (charte du prieuré Saint-Martin de Chamars), Firmitas Ferrea en 1235 (charte de l'Abbaye de Bonneval). Le Fief de la Ferté-Couverte-de-Fer 1382, était vassal de Pierre-Coupe et ressortissait pour la justice à Alluyes. Ancienne forteresse qui fut détruite par les Anglais au XVIème siècle.

- La Freslonnière, mentionné sous le nom de la Frelonnière en 1511 (notaire de Courtalain), la Freslonnière en 1572 (charte de la fabrique de Boisgasson). Le Fief de la Freslonière était vassal de la Ferté-Couverte-de-Fer. La Freslonière en 1861.

- La Goispierre, ferme, ancien fief seigneurial de Boisgasson mentionné sous le nom de La Goueppière en 1532 (charte de l'abbaye de Saint-Avit), La Gouépière en 1574, La Gouespierre en 1586 et La Gouespière en 1633 (charte de la Fabrique de Boisgasson).

- Les Grandes-Haies et les Petites Haies, hameau de Boisgasson, gite d'étape, l'ancien fief des Haies relevait de la Ferté-Couverte-de-Fer.

- Le Journet, mentionné sous le nom Les Journects en 1513 (notaire de Courtalain) et Les Journets en 1586.

-  La Motte.

- Souancé.

- Les Tasses.

- La Tuilerie.

- La Vallée.

- Villemesle, antique manoir.

Deux hameaux, la Vallée et le Souancey, mentionnés en 1586 comme fief seigneurial de Boisgasson sont aujourd'hui compris dans la partie agglomérée du bourg.

Eglise Notre-Dame:

L'église Notre-Dame paraît remonter au XIème ou XIIè siècle. Elle fut donnée au XIe siècle aux religieux de Saint-Julien de Douy.

Elle fut construite en moellons de silex à l'exception des contreforts et des encadrements des fenêtres pour lesquelles on a utilisé le grison. L'église est bâtie sur un simple plan rectangulaire, avec son chevet inscrit dans un demi-cercle.

L'ensemble de cet édifice est couvert d'une toiture à deux pans, en petites tuiles plates de pays et d'ardoises au droit du clocher de cet ouvrage. Une litre funéraire subsiste sur trois façades. Sur certaines baies, l'appareillage est en pierre blanche. La partie occidentale du mur sud de la nef a été reprise, sans doute au XVIIIème siècle. Comme ses voisines, l'église est couverte d'une voûte lambrissée avec entraits et poinçons apparents.

Le tonnerre tomba sur le clocher le 16/01/1739 à 5 heures du matin. Le clocher reconstruit suite à cet orage a été à nouveau modifié au XIXe siècle.

La charpente du XVIème siècle à chevrons formant fermes, fut remplacée sur les trois premières travées après l'incendie du XVIIIème siècle. La charpente est en ferme à arbalétriers et pannes. La voûte à l'intérieur est faite de bardeaux de châtaignier à couvre-joints moulurés, laissant apparaître les poinçons et les entraits des fermes de la charpente.

La tribune date de 1872 et l'enduit extérieur a été refait en 1890

Le lustre qui éclaire son cœur a été reconstitué avec des débris de l'incendie de la cathédrale de Chartres en 1836.

En 2004, le clocher a été entièrement restauré. Les fondations ont été également consolidées.

L'église abrite un aigle-lutrin du XVIIIe siècle et une cloche de 1783, tous deux classés Monuments historiques.

Dans l'ancien cimetière, à droite de l'église, une croix et son socle ont fait l'objet d'une inscription à l'Inventaire des Monuments Historiques à la date du 29 octobre 1971.

Voie Romaine :
Une ancienne voie romaine dite Chemin de César traversait la commune.

La Ferté-Couverte-de-Fer :

La Ferté-de-Fer, ou encore la Ferté-couverte-de-fer, est le nom donné à une ancienne seigneurie ayant justice haute, moyenne et basse, et située sur le territoire de la commune de Boisgasson.
Il existait là, au Moyen-âge, une forteresse, comme l'indique l'appellation sous laquelle on la désignait alors : « Firmitas Ferrea ». On a découvert, à la surface du sol, quelques hachettes polies en silex et en diorite, ce qui indique que le lieu de la Ferté a dû être habité dès l'époque la plus reculée de notre histoire. Un menhir connu sous le nom de la Bécasse, situé à la Ferté-Couverte-de-Fer, à 200 mètres de la voie romaine, et qui a été détruit vers 1895.

A partir de 1382, c'est la dénomination de Firmitas Ferrea, qui lui est exclusivement appliquée.
La forteresse de la ferté-de-Fer passe pour avoir été détruite par les Anglais au cours du XVème ou du XVIème siècle. La tradition rapporte que, pour s'en emparer, les assaillants avaient établi leur camp dans un endroit appelé La Motte, où pendant longtemps se virent des traces de retranchements.

Après la destruction du château-fort, on éleva sur son emplacement une maison seigneuriale pour servir de résidence aux propriétaires. C'est ce manoir, qui tombait de vétusté, fut rasé par Pierre-Marie Thioux, seigneur de Villemesle et de la Ferté, au cours du XVIIIème siècle.

Château de Villemesle :

Villamelli, 1258 (charte de l'Abbaye de la Madeleine de Châteaudun), Villemerle, 1382 (aveu de Pierre Coupe), Villemelle, 1511 (notaire de Courtalain).

C'est en 1222 que Jacques de Villemesle, premier seigneur de Villemesle, bâtit sur ce qui fut un site gallo-romain (et dont l'origine du nom vient de Villa Merula, la maison des merles en latin) ce qui est convenu d'appeler le premier Villemesle. Il est désigné dans un acte de 1403 comme « motte de Villemesle », possédant haute, moyenne et basse justice.[]

La guerre de Cent Ans provoqua sa destruction quasi complète. René des Loges, seigneur de Villemesle et capitaine et maréchal des Batailles aux armées du Roi, décida en 1665 de relever les murs. Au XVIIIe siècle, le château prend sa forme actuelle sur les plans de Le Nôtre qui dessina la grande allée qui va de Villemesle à Boisgasson. avec la suppression de certaines dépendances et la construction des communs dans l'avant-cour.

Résidence ordinaire des seigneurs de Boisgasson, érigé en châtellenie en 1720, par l'union des seigneuries de Boisgasson, Langey, Bouffry et la Ferté-de-Fer, ressortissait pour la justice à Montigny-le-Gannelon et au baillage de Châteaudun.Les seigneurs de Villemesle étaient aussi les seigneurs de Boisgasson, de Langey et de Bouffry.

Le château fait l'objet d'une inscription partielle (façades et toitures, douves et grilles) au titre des monuments historiques par arrêté du 2 mars 1992.

Sources :
Wikipédia
Cercle de recherches généalogiques du Perche-Gouet
Site de l’OT de Cloyes/Loir
Monuments et richesses artistiques de la France.
Eglises du canton de Cloyes (SAEL)

Additional Hints (Decrypt)

N y'noev qnaf yr cvyvre

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

25 Logged Visits

Found it 24     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 3 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.