Skip to Content

<

La batterie des Arros la bataille continu

A cache by Gringo 77 et Nounie Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 07/16/2017
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
3 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


 La batterie des Arros la bataille continu

 

Tout d'abord un peu d'histoire ....

Le Mur de l’Atlantique, le rempart de l’Europe Nazie. Le choix du Verdon comme élément stratégique de ce dispositif défensif s’impose au Haut commandement nazi.  

L'occupation de la pointe du Verdon Les Nazis contrôlent la façade Atlantique de la France mais aussi de toute l’Europe. Ils y construisent des bunkers, c'est le ‘mur de l'Atlantique’. Il s'étend de la Norvège à la frontière espagnol et vise à protéger les côtes d’un éventuel débarquement des Alliés anglo-américains. Il est composé de 12 000 bunkers, c'est-à- dire 13 millions de m3 de béton et 1 million de tonnes d'acier. Ces constructions, dirigées par Fritz Todt, débutent au Verdon en 1942, et durent jusqu'à la fin de l’année 1943 où en tout, deux cents hommes de l’organisation Todt encadrent les régiments spécialisés de l’armée allemande, les entreprises, et prés de 3000 ouvriers volontaires et réquisitionnés. Plus de 60 positions de combat y sont aménagées ainsi que 300 ouvrages de défense. c'est en partie le Service du Travail Obligatoire (STO) qui fournit la main d'œuvre. La poche du Verdon est effectivement un endroit hautement stratégique car elle bloque la route allant à Bordeaux. Avec les dispositifs de Royan, la Forteresse du Mé- doc, ou Gironde festung en Allemand, verrouille l'estuaire de la Gironde.  

Le bâtiment adopté: le poste de tir « Leitstand » M157 de la forteresse des Arros. C’est de cet impressionnant bunker que les Allemands surveillaient l’océan et calculaient les positions des navires alliés.  

Quelle est l’utilité du bâtiment ?

Le poste de tir permet aux Allemands de calculer les positions des bateaux ennemis. C'est le « cerveau » de la forteresse car il permet d'envoyer les informations aux batteries qui, elles, vont tirer sur les ennemis.

Description du bâtiment :

C’est un bunker, c'est-à-dire un bâtiment en béton armé dont tous les murs ont 2 mètres d'épaisseur. Un tel « bloc» de ciment permet ainsi de protéger les occupants du poste de tir. Ce bâtiment possède trois étages. Chacun à une fonction bien précise : le troisième étage sert de poste d'observation avec le télémètre. Le second est aussi un poste d'observation mais les soldats utilisent des jumelles. Enfin, le poste de calculs est situé en bas du bâtiment. Les soldats y déterminent les positions des navires ennemis et donnent les coordonnées aux batteries, d’autres bunkers qui possèdent de puissants canons. Actuellement le bâtiment est bien entretenu grâce à l'association « FORTERESSE NORD MEDOC ». On peut d'ailleurs encore y voir quelques objets datant de cette époque tel que des fils de fer, des gaines de réseau électrique et des « carcasses » de lits suspendus...  

La forteresse du Verdon sous le feu allié. L’opération « Indépendance » ordonnée par le général De Gaulle, chef du gouvernement provisoire français, vise à déloger les Allemands de la Poche du Verdon. 

Pourquoi attaquer cette Poche du Verdon?

La situation stratégique de la forteresse est l'une des raisons qui motive les Alliés à l'attaquer. Une autre raison est la volonté des Français de venger l'affront de Juin 1940. Pour le général de Gaulle, il est impératif d'obtenir une victoire sur les Allemands malgré la proximité de la fin de la guerre. L'attaque. L'attaque est déclenchée le 14 Avril 1945 et se termine le 20 du même mois. Une semaine de furieux combats est nécessaire aux Francais dirigés par le colonnel Milleret, surnommé Carnot, pour libérer la poche du Verdon. En vue du combat, les Allemands font évacuer tous les civils; la poche du Médoc se prépare. Composée de 3 300 hommes, la garnison Allemande va affronter l’assaut de 15 000 soldats français de la brigade Carnot. Ces hommes sont originaires du grand SudOuest et on trouve aussi un bataillon de volontaires basques venant d'Espagne, le bataillon Gernika. Durant l'assaut, 1445 tonnes de bombes sont larguées sur le fossé antichar et sur la forteresse par 485 forteresses volantes, sans compter l’appui des navires français croisant sur l’océan. Les hommes de la brigade Carnot, d'abord mal équipés, reçoivent du meilleur matériel et sont soutenus par des chars. Après une semaine de combats acharnés les Allemands capitulent.

La victoire arrachée.

La victoire désirée par le général De Gaulle est obtenue mais le bilan est lourd. Les Français déplorent environ 390 tués et 800 blessés alors que les Allemands ont environ 750 tués et 800 blessés. Le 22 avril, le général De Gaulle vient au Verdon féliciter les combattants français qui défilent quelques jours plus tard à Bordeaux alors que les nombreux prisonniers allemands déminent la côte. Le Médoc est ainsi l’une des dernières terres libérées de France, deux semaine avant la fin de la guerre.  

Un peu de Géologie 

Le site de Arros ce trouvant sur une Dune de sable, elle doit sa survis aux retenues de sable mise en place sur la plage. Ces retenues ont pour but d'empécher le déplacement du sable lors des grandes marée.Si ce système n'avais pas été mis, le bunker sur lequel vous vous trouvé, aurait les pieds voir la tête dans l'eau aujourd'hui.

Pourquoi et comment le sable est mis en mouvement, voici les réponses : 

 Mise en mouvement des sédiments

La mise en mouvement d'une particule sur le fond peut être largement expliquée par le théorème de Bernoulli. Brièvement, il établit que la somme des énergies cinétiques (de vitesse) et piézométriques (de pression) d'un fluide sur un objet doit être constante. En d'autres termes, cela signifie que quand la vitesse d'un courant s'accélère autour d'un objet, la pression diminue. L'illustration classique de ce principe est l'écoulement de l'air autour d'une aile d'avion: l'air passant au-dessus de l'aile parcourt un chemin plus grand et accélère; sa pression diminue donc par rapport à l'air circulant en dessous de l'aile et est responsable de l'apparition d'une force ascensionnelle. Ce phénomène est le même pour un grain au fond d'un chenal et est responsable de sa mise en suspension. Dès que le grain est en suspension, le trajet des lignes de courant devient symétrique et d'autres forces prennent le relais pour rendre compte de son transport.

Transport des sédiments

Plusieurs modes de transport ont été observés : il s'agit du roulement et de la traction le long du fond ou du substrat, de la saltation (transport par bonds, suite à des chocs successifs) et du transport en suspension. Les particules en mouvement par roulement, traction et saltation constituent la charge de fond ("bedload"), généralement formée de galets et de sable. La charge en suspension est surtout constituée d'argile et de silt (ceci étant vrai à la fois pour les écoulements d'air et d'eau). La charge en suspension des écoulements turbulents est beaucoup plus importante que celle des écoulements laminaires.

 

La granulométrie des particules sédimentaires a donc une influence majeure sur leur transport (et sur leur vitesse de sédimentation). Ces relations sont synthétisées par le diagramme de Hjulström. Ce graphe (essentiellement basé sur des expériences en laboratoire) montre la vitesse minimale d'un courant nécessaire pour mobiliser, transporter et déposer des grains de quartz de granulométrie variable. Si l'on examine d'abord la partie supérieure de ce graphe (érosion des particules), la portion de la courbe représentant l'érosion des particules moyennes à grossières (sable fin à galets) semble logique: la vitesse du courant nécessaire pour mobiliser des grains augmente avec leur granulométrie. Pour les particules fines, par contre, la courbe montre une augmentation de la vitesse du courant avec la diminution de la granulométrie. Ce comportement paradoxal est la conséquence de la cohésion élevée des particules fines, surtout liée à un effet électrostatique. La partie inférieure du graphe montre la relation entre la granulométrie des particules et la vitesse du courant lors de leur dépôt.

Question : 

1. Selon vos observation, quelle est la nature du sol sur laquelle repose le bunker ? Quelle est cette formation géologique ??

2. Toujours selon vos observation, Avec une vitesse du courant de 100 Cm/s que ce passe t-il ici ??  

3. Pour lutté contre ce phénomène, qu'a mis l'homme en place et combien en observé vous d'ici ?? 

Loguez cette cache "Found it" et envoyez-moi vos propositions de réponses soit via mon profil, soit via la messagerie geocaching.com (Message Center), et je vous contacterai en cas de problème.

 

Speleothems of the Arros battery

First of all a little history ....


The Wall of the Atlantic, the rampart of Nazi Europe. The choice of the Verdon as strategic element of this defensive device is imposed on the Nazi High Command.

The occupation of the Pointe du Verdon The Nazis control the Atlantic coast of France but also of all Europe. They build bunkers there, it's the 'Atlantic wall'. It extends from Norway to the Spanish border and aims to protect the coasts of a possible landing of the Anglo-American Allies. It is composed of 12,000 bunkers, ie 13 million m3 of concrete and 1 million tons of steel. These buildings, led by Fritz Todt, began in the Verdon in 1942 and lasted until the end of 1943 when a total of two hundred men from the Todt organization supervised the specialized regiments of the German army, , And nearly 3,000 volunteer and requisitioned workers. There are over 60 combat positions and 300 defense structures. It is partly the Obligatory Labor Service (STO) that provides labor. The pocket of the Verdon is indeed a highly strategic place because it blocks the road going to Bordeaux. With the devices of Royan, the fortress of Medoc, or Gironde festung in German, locks the estuary of the Gironde.

The adopted building: the "Leitstand" fire station M157 of the Arros fortress. It was from this impressive bunker that the Germans monitored the ocean and calculated the positions of the allied ships.


What is the purpose of the building?

The firing station allows the Germans to calculate the positions of enemy ships. It is the "brain" of the fortress because it allows to send the information to the batteries which, they, will shoot the enemies.

t is a bunker, that is to say a reinforced concrete building whose walls are 2 meters thick. Such a "block" of cement thus protects the occupants of the firing station. This building has three floors. Each one has a precise function: the third stage serves as observation post with the rangefinder. The second is also an observation post but the soldiers use binoculars. Finally, the calculating station is located at the bottom of the building. The soldiers there determine the positions of the enemy ships and give the coordinates to the batteries, other bunkers that possess powerful guns. Currently the building is well maintained thanks to the association "FORTERESSE NORD MEDOC". It is also possible to see some objects dating from this period such as wires, grids of electricity network and "carcasses" of suspended beds ...


A fortress of the Verdon under the allied fire. The operation "Independence" ordered by General De Gaulle, head of the French provisional government, aims to dislodge the Germans from the Poche du Verdon.

Why attack this Poche du Verdon?


The strategic location of the fortress is one of the reasons that motivates the Allies to attack it. Another reason is the desire of the French to avenge the affront of June 1940. For General de Gaulle, it is imperative to obtain a victory over the Germans despite the proximity of the end of the war. The attack. The attack is triggered on April 14, 1945 and ends on the 20th of the same month. A week of furious fighting was necessary for the French led by Colonel Milleret, surnamed Carnot, to free the pocket of the Verdon. With a view to combat, the Germans evacuate all civilians; The pocket of the Medoc is preparing. Composed of 3,300 men, the German garrison will face the assault of 15,000 French soldiers of the Carnot Brigade. These men are from the great southwest and there is also a battalion of Basque volunteers from Spain, the Gernika battalion. During the assault, 1445 tons of bombs were dropped on the anti-tank ditch and on the fortress by 485 flying fortresses, not to mention the support of the French ships cruising over the ocean. The men of the Carnot brigade, at first ill-equipped, received the best equipment and were supported by tanks. After a week of fierce fighting the Germans capitulate.

La victoire arrachée.

La victoire désirée par le général De Gaulle est obtenue mais le bilan est lourd. Les Français déplorent environ 390 tués et 800 blessés alors que les Allemands ont environ 750 tués et 800 blessés. Le 22 avril, le général De Gaulle vient au Verdon féliciter les combattants français qui défilent quelques jours plus tard à Bordeaux alors que les nombreux prisonniers allemands déminent la côte. Le Médoc est ainsi l’une des dernières terres libérées de France, deux semaine avant la fin de la guerre.  


A little geology

The site of Arros this finding on a Sand Dune, it owes its survis to the sand restraints set up on the beach. These reservoirs are intended to prevent the movement of sand during high tides. If this system had not been put, the bunker on which you are located would have feet seeing the head in the water today.

Why and how the sand is set in motion, here are the answers:

 Sediment movement

The movement of a particle on the background can be largely explained by the Bernoulli theorem. Briefly, it establishes that the sum of the kinetic (velocity) and piezometric (pressure) energies of a fluid on an object must be constant. In other words, this means that when the velocity of a current accelerates around an object, the pressure decreases. The classic illustration of this principle is the flow of air around an aircraft wing: the air passing over the wing runs a greater path and accelerates; Its pressure thus decreases with respect to the air circulating below the wing and is responsible for the appearance of a climbing force. This phenomenon is the same for a grain at the bottom of a channel and is responsible for its suspension. As soon as the grain is suspended, the path of the current lines becomes symmetrical and other forces take over to account for its transport.

Sediment transport

Several modes of transport have been observed: rolling and traction along the bottom or the substrate, saltation (transport by leaps, following successive shocks) and transport in suspension. The moving particles by rolling, traction and saltation constitute the bedload, generally consisting of pebbles and sand. The suspended load consists mainly of clay and silt (this is true for both air and water flows). The suspended charge of turbulent flows is much higher than that of laminar flows.

 

The size of the sedimentary particles thus has a major influence on their transport (and on their rate of sedimentation). These relationships are synthesized by the Hjulström diagram. This graph (mainly based on laboratory experiments) shows the minimum velocity of a current required to mobilize, transport and deposit quartz grains of varying particle size. If we first examine the upper part of this graph (particle erosion), the portion of the curve representing the erosion of medium to coarse particles (fine sand with rollers) seems logical: the velocity of the current required to mobilize Of the grains increases with their granulometry. For fine particles, on the other hand, the curve shows an increase in the speed of the current with the reduction in the particle size. This paradoxical behavior is the consequence of the high cohesion of the fine particles, especially linked to an electrostatic effect. The lower part of the graph shows the relationship between the particle size distribution and the current velocity when deposited.

 

Question:

1. According to your observations, what is the nature of the ground on which the bunker rests? What is this geological formation ??

2. Always according to your observation, With a current speed of 100 Cm / s what happens here ??

3. To fight against this phenomenon, what put the man in place and how much in observed you from here ??

Log in this cache "Found it" and send me your answers proposals either via my profile or via geocaching.com messaging (Message Center), and I will contact you in case of problems.

 

Additional Hints (Decrypt)

Ynvffr ibhf cbegé fhe pr fvgr ;)

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

35 Logged Visits

Found it 34     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 41 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.