Skip to Content

<

SAVONNIERES ET JAUMONT, C'EST LA VIE DE CHATEAU !

A cache by necrolink Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/25/2017
Difficulty:
4 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


SAVONNIERES ET JAUMONT, C'EST LA VIE DE CHATEAU !

 



 

 

FRANCAIS

 

Sur le domaine du chateau de Mercy, nous pouvons retrouver plusieurs edifices construits sur des periodes bien différentes. Les choix des materiaux se sont portés bien évidemment sur des pierres de la région.

Le chateau de Mercy dont les travaux ont débuté en 1905 a été réalisé en pierre de Savonnières. Pour transporter les pierres de tai11e qui proviennent des carrières de Savonnières entre Commercy et Bar le Duc, on construit une voie ferrée qui part de la gare de Peltre.

La chapelle attenante au chateau est bien antérieure, fût édifiée en 1626 par JEAN BERTRAND DE SAINT JURE. Elle présente donc une grande valeur historique et architecturale. Depuis le XVIIème, cette chapelle n’a cessé d’être incendiée, pillée et saccagée sans toutefois jamais avoir été rasée. Il subsiste des elements en pierre de Jaumont

Enfin l'ancienne entrée principale du chateau de Mercy, qui date de la construction du chateau, moins accessible depuis la construction de l'hopital, fût quant à elle construite en pierre de Jaumont.

Les roches employées pour la construction sont des caclaires de la région aux caractéristiques spécifiques

 

L'oolithe vaculolaire: la pierre de Savonnières

C'est un oolithe vacuolaire exploitée sur ce site est une calcarénite poreuse, mal cimentée, bien classée, à ooïdes et bioclastes. A la loupe, les oolites, dont la taille ne dépasse pas le millimètre, montrent un nucléus parfois dissous. Il s'agit d'une roche non gélive, à la fois résistante, tendre et peu dense (1600 à 1800 kg/m3); des qualités qui en font un matériau facile à travailler et très apprécié pour la taille (construction et sculpture décorative ou monumentale). De couleur plus claire que la pierre de Jaumont en raison d'un teneur moindre en oxyde de fer.

Le calcaire à débris: la pierre de Jaumont

Il s'agit d'un calcaire oolithique à grain moyen (en réalité formé de pseudo-oolithes), déposé en mer peu profonde au début du Bajocien supérieur. Il contient aussi des bioclastes nombreux.
La couleur jaune qui lui donne sa spécificité est due à la présence d'oxydes de fer.

 

 

Alterations de la pierre de Savonnières

 

  • observation ponctuelle de coloration, sans doute assimilable à une patine.

  • Les traces macroscopiques de dissolution sont très rares.

  • Les desquamations ne se rencontrent qu’en milieu urbain.il s’agit soit de l’exfoliation d’une grande plaque, laissant une roche sous-jacente pulvérulente facilement désagrégeable, soit de desquamations pelliculaires liées à la cristallisation très intense de sels sur une surface légèrement abritée.

  • L’altération la plus marquée est une désagrégation alvéolaire, dont les alvéoles sont limitées par les litages. La décohésion granulaire de l’Oolithe vacuolaire apparaît sur des blocs exposés à la pluie depuis une très longue période : en milieu rural et parfois en milieu urbain. La forme des alvéoles est conditionnée par la taille et la disposition des litages obliques, mais à la différence du Calcaire à débris, les alvéoles deviennent rapidement coalescentes et toute la surface du bloc est dégradée (désagrégation généralisée).

  • Les altérations de type fragmentation sont très rares.

  • Les encroûtements sont nettement liés au microclimat d’exposition, mais les croûtes sont assez rares et ne seront présentes que dans les zones très abritées (et subissant une forte pollution atmosphérique).

 


center>

Alterations de la pierre de Jaumont

 

Desquamation

 Les desquamations sont fréquemment observées, elles peuvent présenter trois morphologies :

 - Une fine croûte noire (encroûtement sulfaté riche en cendres volantes), qui se desquame en cloques ou en larges feuillets d’une épaisseur millimétrique. Cette morphologie apparaît sur des blocs encroûtés, abrités de la pluie battante. La desquamation de l’encroûtement entraîne avec elle une fine couche de calcaire mais ne dégrade pas la roche en profondeur, elle correspond au décollement de l’encroûtement pelliculaire. L’ensemble desquamé (croûte + roche) est solide et cohérent ; une fois décollé, il cassera plutôt que de se désagréger.

 - Une desquamation en mille-feuilles qui se forme sur des blocs de Calcaire à débris exposés à la pluie (ou légèrement abrités) avec des angles marqués. Il peut aussi s’agir de l’altération de sculptures ou de rebords.La roche est alors friable et pulvérulente, sa résistance à l’écrasement est faible et les parties en relief peuvent se détacher du bloc. Ce type de desquamation est lié à la position architecturale occupée (sculpture, bandeau,saillie, soubassement…) qui ne correspond pas aux aptitudes d’emploi du Calcaire à débris. Le processus à l’origine de la desquamation est physique (gel) ou physico-chimique (action des sels).Dans ce type de desquamation,la zone dégradée est assez épaisse (plusieurs centimètres) et a parfois tendance à se détacher dureste du bloc, ce qui correspond alors à une forme de fragmentation

 -De fines desquamations allongées selon les litages obliques du calcaire et dont le développement en profondeur est faible, qui apparaissent sur les blocs d’élévation exposés à la pluie. Le processus à l’origine de ce type de desquamations est lié à la cristallisation de sels qui s’accumulent dans certains litages du Calcaire à débris, plus favorables aux circulations de fluides que le reste de la roche. L’impact de ces petites desquamations sur la roche est léger mais elles apparaissent très importantes si on les replace dans l’évolution générale du Calcaire à débris en oeuvre . En effet, dans un premier temps, de petits bombements allongés apparaissent à divers endroits des blocs. Puis les renflements se fissurent et se fracturent, la desquamation se développe sous la forme de gerçures finement feuilletées : ces cloques ne s’étendent pas verticalement mais latéralement, suivant la stratification de la roche. Les feuillets desquamés sont peu cohérents et la roche sous-jacente est pulvérulente. Enfin, les desquamations se fragmentent et une désagrégation de la zone pulvérulente s’amorce.

Désagrégation généralisée et progressive :

Dans les anciennes carrières de Dom-le-Mesnil, la roche abritée de la pluie est très friable et la surface du front de taille est constituée des croûtes « sableuses » très peu cohérente. Ces croûtes peuvent mesurer jusqu'à 30 centimètres d’épaisseur et s’effondrer sous leur propre poids en se détachant du front de taille.

Désagrégation localisée :

La désagrégation granulaire entraîne la formation d’alvéoles localisées dont le développement est lié à la stratification. La décohésion est limitée à certains litages obliques et elle n’affecte pas les autres litages de la roche, elle est donc en relation étroite avec la nature du microfaciès sédimento-diagénétique des différents litages. Ce type de désagrégation s’observe en milieu urbain très pollué, en milieu urbain moins agressif et en milieu rural, mais aussi in-situ quand l’affleurement est nettement dégagé et soumis à l’action de la pluie (entrée de la carrière souterraine de Dom-le-Mesnil). Le surcreusement de certains litages par décohésion granulaire s’observe ainsi dans tous les milieux et pour toutes les conditions de mise en oeuvre, il est donc privilégié par la nature du Calcaire à débris.

Microfissuration :

La désagrégation granulaire du Calcaire à débris et la desquamation sont en partie provoquées par une microfissuration parallèle à la surface du bloc. La désagrégation du Calcaire à débris par microfissuration produit finalement une poudre résiduelle qui se répand au fond des alvéoles et sur le sol. Ce calcaire totalement dégradé est composé de fragments de roche avec des éléments encore cimentés et d’éléments totalement individualisés.

Encroûtements :

Le développement des encroûtements sulfatés et/ou biologiques est conditionné par le microclimat de mise en oeuvre, mais quelques particularités liées à la nature de la roche peuvent être signalées. Le Calcaire à débris est peu cimenté, les éléments ne sont liés les uns aux autres que par un ciment syntaxial, le taux de cohésion de la roche est faible et elle tend à se désagréger (aspect sablonneux). Cette particularité, qui s’exprime par ailleurs par une nette tendance à développer des désagrégations alvéolaires, limite le développement des encroûtements. En effet, les éléments superficiels sont facilement érodés, entraînant avec eux, les croûtes faiblement cohérentes.

Les encroûtements seront donc soit très cohérents et résistants à la désagrégation, soit peu épais et discontinus car périodiquement disloqués. Les croûtes dures se comporteront comme des barrières moins perméables que la roche sous-jacente et auront tendance à se desquamer.


 


center>

QUESTIONS

 

Question 1: definissez en ce qu'est la pierre de Savonnières et la pierre de Jaumont.

 

Question 2: Nommez les alterations possibles de la pierre de Savonnières.

 

Question 3: Au WP1 Observez les colonnes de part et d'autre de la grille. Quelles alterations observez vous ? Les altérations sont elles toutes identiques en fonction de leur orientation cardinale ? Comment ont évolué Les motifs sculptés dans la roche au sommet de ceux ci ?

 

Question 4: Au WP 2, devant ce grand porche vous pouvez determiner de nombreuses altérations de la roche. Evoquez les alterations visibles les plus flagrantes au sol et sur les piliers qui encadrent l'entrée

 

Question 5: Au WP3 au coin SE du chateau , nous observons un gros bloc de pierre de Savonnière marqué “7504“, observez ce bloc de près et touchez . Qu'avez vous découvert confirmant l'origine sédimentaire de cette roche?

 

Question 6: Au WP4, Observez le mur attentivement. Quel type d'alteration n'est visible que sur ce mur ? Observez aussi les impacts de balle datant de 60 ans environ, quelles alterations ont elle provoqué en plus ?

 

Question 7: Au WP5, à la chapelle. Observez les alterations visibles sur cette pierre de Jaumont. Observez attentivement les 4 colonnes avec les ornements à leur sommet ainsi que l'arriere des colonnes? Quelles autres dégrations voyez vous ?

 

Question 8. Optionnel, une photo de vous devant le chateau serait appréciée (non optionnel)

 

 

Loguez cette cache en found it et envoyez moi vos réponses via mon profil ou via le centre de messagerie geocaching.com et je vous contacterai en cas de problème .

 

 

 

ANGLAIS

 



On the domain of the castle of Mercy, we can find several buildings built on very different periods. The choice of materials obviously focused on stones from the region.
The castle of Mercy whose work began in 1905 was made of stone Savonnières. To transport the stones from the quarries of Savonnières between Commercy and Bar le Duc, a railway was built from Peltre station.

The chapel adjoining the castle is much earlier, was built in 1626 by JEAN BERTRAND DE SAINT JURE. It is therefore of great historical and architectural value. Since the 17th century, this chapel has been burned, pillaged and ransacked without ever being razed. There are still stone elements of Jaumont

Finally the old main entrance of the castle of Mercy, which dates from the construction of the castle, less accessible since the construction of the hospital, was built in stone Jaumont.

 
The rocks used for construction are caclaires of the region with specific characteristics

The vaculolary oolite: the stone of Savonnières

It is a vacuolar oolite exploited on this site is a porous, poorly cemented, well classified calcarenite, with ooids and bioclasts. With a magnifying glass, the oolites, whose size does not exceed a millimeter, show a nucleus sometimes dissolved. It is a non-frost-resistant rock, at the same time resistant, soft and not very dense (1600 to 1800 kg / m3); qualities that make it easy to work with and appreciated for the size (construction and decorative or monumental sculpture). Lighter in color than Jaumont because of a lower iron oxide content.
Debris limestone: the Jaumont stone
It is a medium-grained oolitic limestone (actually formed of pseudo-oolites) deposited in the shallow sea at the beginning of the upper Bajocian. It also contains many bioclasts.
The yellow color that gives it its specificity is due to the presence of iron oxides.


- Alterations of Savonnières stone

occasional observation of coloration, probably comparable to a patina.
Macroscopic traces of dissolution are very rare.
Flaking is only found in urban areas. It is either the exfoliation of a large plate, leaving a powdery underlying rock easily disintegrable, or peeling desquamations linked to the very intense crystallization of salts on a single surface. slightly sheltered surface.
The most marked alteration is alveolar disintegration, the alveoli of which are limited by bedding. The granular decohesion of the vacuolar Oolite appears on blocks exposed to rain for a very long time: in rural and sometimes in urban areas. The shape of the cells is conditioned by the size and layout of the oblique beds, but unlike the debris limestone, the cells quickly become coalescent and the entire surface of the block is degraded (generalized disaggregation).
Fragmentation type alterations are very rare.
Encrustations are clearly related to the exposure microclimate, but crusts are quite rare and will only be present in highly sheltered areas (and subject to high atmospheric pollution).




- Alterations of the Jaumont stone

peeling
The desquamations are frequently observed, they can present three morphologies:
- A fine black crust (sulphated encrustation rich in fly ash), which disquakes itself in blisters or in large leaflets of millimeter thickness. This morphology appears on encrusted blocks, sheltered from driving rain. The desquamation of the encrustation entails with it a thin layer of limestone but does not degrade the rock in depth, it corresponds to the detachment of the pellicle encrustation. The whole desquamated (crust + rock) is solid and coherent; once taken off, it will break rather than disintegrate.
- A desquamation in mille-feuilles which forms on blocks of limestone with debris exposed to the rain (or slightly sheltered) with marked angles. It can also be the alteration of sculptures or edges. The rock is then friable and pulverulent, its resistance to crushing is weak and the parts in relief can be detached from the block. This type of desquamation is related to the occupied architectural position (sculpture, headband, projection, bedrock ...) that does not correspond to the employment skills of Limestone debris. The process causing desquamation is physical (gel) or physicochemical (action of salts). In this type of desquamation, the degraded area is quite thick (several centimeters) and sometimes has a tendency to come off the block , which then corresponds to a form of fragmentation
-Fine thin desquamations lengthened according to the oblique bedding of the limestone and whose development in depth is weak, which appear on the elevation blocks exposed to the rain. The process at the origin of this type of desquamation is related to the crystallization of salts that accumulate in some debris limestone beds, more favorable to the circulation of fluids than the rest of the rock. The impact of these small peeling on the rock is slight but they appear very important if we replace them in the general evolution of the debris limestone used. Indeed, at first, small elongated bulges appear at various places of the blocks. Then the bulges are cracked and fractured, the desquamation develops in the form of chapped laminations: these blisters do not extend vertically but laterally, following the stratification of the rock. The desquamated leaflets are inconsistent and the underlying rock is powdery. Finally, the desquamations fragment and a disintegration of the powdery zone begins.
Generalized and progressive disintegration:
In the old quarries of Dom-le-Mesnil, the rock sheltered from the rain is very friable and the surface of the face is made up of the "sandy" crusts very little coherent. These crusts can measure up to 30 centimeters thick and collapse under their own weight by breaking away from the face.
Localized disaggregation:
Granular disintegration leads to the formation of localized cells whose development is linked to stratification. The decohesion is limited to some oblique bedding and it does not affect the other bedding of the rock, so it is closely related to the nature of the sedimento-diagenetic microfacies of the different bedding. This type of disintegration is observed in a highly polluted urban environment, in a less aggressive urban environment and in rural areas, but also in-situ when the outcrop is clearly cleared and subjected to the action of rain (entry to the underground quarry from Dom-le-Mesnil). The overcrowding of some bedding by granular decohesion is thus observed in all environments and for all conditions of implementation, it is therefore preferred by the nature of limestone debris.
Microfissuration:
The granular disintegration of the debris limestone and the desquamation are partly caused by a parallel microcracking at the surface of the block. Disintegration of the limestone with debris by microcracking finally produces a residual powder that spreads to the bottom of the cells and on the ground. This totally degraded limestone is composed of rock fragments with elements still cemented and totally individualized elements.
Crusts:
The development of sulphated and / or biological crusts is conditioned by the microclimate of implementation, but some peculiarities related to the nature of the rock can be reported. Debris limestone is poorly cemented, the elements are linked to each other only by a syntactic cement, the rate of cohesion of the rock is low and it tends to disintegrate (sandy aspect). This characteristic, which is also expressed by a clear tendency to develop alveolar disintegrations, limits the development of crusts. In fact, the superficial elements are easily eroded, dragging with them the weakly coherent crusts.
The crusts will be either very consistent and resistant to disintegration, or thin and discontinuous because periodically dislocated. Hard crusts will behave as less permeable barriers than the underlying rock and will tend to flake off.

 

Question 1: Define what is Savonnières Stone and Jaumont Stone.

Question 2: Name the possible alterations of the Savonnières stone.

Question 3: At WP1 Look at the columns on both sides of the grid. What alterations do you observe? Are the alterations all identical according to their cardinal orientation? How have evolved the carved patterns in the rock at the top of these?

Question 4: At WP 2, in front of this large porch you can determine many alterations of the rock. Evoke the most obvious visible alterations on the ground and on the pillars that frame the entrance

Question 5: At WP3 at the SE corner of the castle, we observe a large block of Savonnière stone marked "7504", observe this block closely and touch. What did you discover confirming the sedimentary origin of this rock?

Question 6: At WP4, watch the wall carefully. What type of alteration is visible only on this wall? Also observe the bullet impacts dating back around 60 years, what alterations have it caused in addition?

Question 7: At WP5, in the chapel. Observe the visible alterations on this Jaumont stone. Observe carefully the 4 columns with the ornaments at their top and the back of the columns? What other degradations do you see?

Question 8. Optional, a photo of you in front of the castle would be nice (not optional)


Log this cache in found it and send me your answers via my profile or via the geocaching.com messaging center and I will contact you in case of problems.

 

 

 

 

Additional Hints (No hints available.)



 

Find...

16 Logged Visits

Found it 15     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 13 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.