Skip to Content

<

Jadis en Eure-et-Loir : le moulin de Clévilliers

A cache by Johnny28 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 01/14/2018
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Cette cache fait partie d'une série coopérative intitulée : Jadis en Eure et Loir"

Il s'agit de faire (re)découvrir le patrimoine eurélien tombé dans l'oubli. 

Si vous souhaitez apporter votre culture ou contribuer, n'hésitez pas, les propriétaires de ces caches vous aideront.

 

Jadis en Eure-et-Loir : le moulin de pierres de Clévilliers

Jadis en Eure-et-Loir, nous pouvions observer de nombreux moulins qui animaient le paysage de leur grandes voiles... Cette cache vous invite à découvrir les vestiges de l'un de ces moulins, qui faisait la fierté du secteur au XVIIe siècle.

Attention : cette cache n'est pas accessible une partie de l'année ! En effet, il est déconseillé, voire interdit, de traverser le champs si les cultures sont hautes... soit entre mars et août (après les moissons). Merci de respecter cette consigne.

La tour

Sur la route qui conduit de Clévilliers au Boullay d'Achères, le regard du curieux fixera forcément cette tour isolée au milieu d'un champs... nous vous invitons à garer proprement votre voiture sur le bas côté et à aller voir cette bâtisse d'un peu plus près. wink

Vous remarquerez très vite les deux larges portes du rez-de-chaussée, diamétralement opposées, encadrées de briques, surmontées d'un arc surbaissé.

Juste au-dessus de chaque porte, une fenêtre, avec le même type d'encadrement de briques, mais avec un arc bombé. Puis, encore au-dessus, des ouvertures, plus petites mais toujours agrémentées de briques.

La tour est construite en pierres liées par un mortier ocre qui s'effrite par endroits, laissant apparaitre les silex, plus sombres à droite de la porte, plus clairs à gauche.

A la base, trois étages de grès taillés assurent une assise solide à l'ensemble de la construction.

Cette tour se dresse au sommet d'un petit monticule de terre... mais au pied, à gauche de la porte, vous pouvez observer une voute.

Cette voute mène à une cave, mais l'accès semble bouché... rassurez-vous, la cache ne s'y trouve pas ! laugh

Nous vous invitons maintenant à l'intérieur de cette tour...

A l'intérieur, le sol est bombé... très poussiéreux. Au dessus de la porte, à gauche, un morceau de poutre dépasse, visiblement scié. A droite, l'extrémité d'une autre poutre est noircie, vermoulue dans la cavité où elle s'appuyait...

Sur la droit, la présence de deux étages de cheminées est à noter.

Les tabliers sont incomplets... mais regardons un peu les conduits de fumée :

Celui du bas est très court et débouche assez rapidement à l'extérieur de la tour.

Le conduit du 2e étage est plus long et aboutir également sur le côté de la tour. Un peu de jour seulement y pénètre.

Si vous vous retournez, vous pourrez suivre des creux dans la maçonnerie... ce sont les "empruntes" des rampes d'escaliers qui mènent aux étages.

Intérèssons nous maintenant aux ouvertures des étages...

Au 1er niveau, vous pouvez remarquer deux grandes fenêtres, qui se font face, juste au dessus des portes.

Au 2e niveau, il y a 4 ouvertures plus petites. Une fenêtre du 2e niveau est dotée de deux supports pour un axe horizontal.

Le moulin

Tout au sommet, on devine une pièce de bois qui suit la maçonnerie... mais nous n'arrivons pas à voir si elle réalise le tour complet du mur.

Cette pièce de bois est très importante : c'est elle qui servait de rail sur lequel roulaient les galets supportant le toit, les ailes et leur axe.

C'est le même système que l'on retrouve au moulin de Frouville-Pensier, commune d'Ozoir-le-Breuil, à l'est de Châteaudun :

Moulin de Frouville-Pensier.

Comme à Frouville-Pensier, les ailes ressemblaient à de longues échelles qui offraient au vent la surface de leurs toiles que le meunier déployait en fonction de la force du vent.

Il effectuait ce travail au sol... les ailes devenaient dangereuses si elles passaient juste devant la porte ! C'est pourquoi ces moulins-tours possèdent deux entrées. Il est cenpendant rare d'en voir des aussi larges !

Les traces laissées dans le mur par les marches de l'escalier indiquent les niveaux des étages. Le permier étage contenait la farine qui provenait du deuxième étage avec tout le mécanisme de meules.

Les éléments métalliques, qui se trouvent de part et d'autre d'une des fenêtres du 2e niveau, étaient probablement employés pour maintenir le treuil qui hissait les sacs à grain à cet étage.

Un peu d'Histoire...

Estienne LE TONNELIER de CONTY, dont les ancêtres étaient seigneurs du Boullay avant 1562, aurait commencé la construction du château du Boullay d'Achères et du moulin de pierre en 1584. Les travaux se seraient achevés en 1615.

Le moulin apparait sur la carte de Cassini établie au milieu du XVIIIe siècle :

Carte de Cassini (vers 1750).

Le premier bail dont il reste trace date du 11 novembre 1763. Maitre Filiette, notaire à Achères, l'a établi au profit de Charles Mithouard, meunier et laboureur, et son épouse Marie Jeanne Varabour.

S'en suit une série de "locataires" du moulin tout au long des XVIIIe et XIXe siècles.

Le moulin apparait sur le cadastre napoléonien de 1809. A cette époque, c'est Jacques Guillon, laboureur, qui se charge de l'activité du moulin.

Cadastre napoléonien de 1809

En 1860, Jean-Baptiste Félix Bellamy, époux de Marie Marguerite Geoffroy, achète le moulin. Le prix de l'acquisition (moulin, bâtiments de fermette et terres) est fixé à 10000 francs payables 2000 francs comptant... le solde dans un délai de 4 ans avec intérêts à 5%.

Les recensements reconnaissent Jean-Baptiste Félix Bellamy comme meunier en 1866... mais cultivateur en 1872. Le moulin a donc cessé de moudre.

 

Nous ne connaissons pas la date de démolition des parties supérieures en bois... il nous reste simplement notre imagination pour rêver à ces grandes ailes animant le paysage qui en serait, du coup, un peu moins monotone.

 

Sources :

* Etienne BATUT et Paul MOLLÉ - "le moulin de pierres de Clévilliers" - Bulletin de la Société Archéologique d'Eure-et-Loir - n° 58, 1998.

* Géoportail - IGN pour la carte de Cassini

* www.archives28.fr pour le cadastre napoléonien

 

Additional Hints (Decrypt)

Qnaf yr zbhyva...[Merci de bien replacer la cache avec son camouflage... elle doit rester discrète].

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.