Skip to Content

<

Jardins familiaux Lorient #4 : Kervénanec

A cache by lapin56100 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 02/03/2018
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


A travers une petite série de caches

(6 traditionnelles, 1 multi et 1 mystère),

je vous propose de découvrir à Lorient et dans les communes limitrophes de Lanester, Ploemeur et Quéven, un petit monde pétri de savoir-faire, de patience, de convivialité et de partage, aux limites de la ville et de la campagne.

Ce petit monde, c’est celui des jardins familiaux auxquels il convient d’ajouter les jardins partagés qui fleurissent au coeur de la ville, aux pieds de certains ensembles.


---oOo---


Les jardins familiaux


Les jardins ouvriers (ou jardins associatifs), apparus en France à la fin du XIXe siècle, sont des parcelles de terrain mises à la disposition des habitants par les municipalités. Ces parcelles, affectées le plus souvent à la culture potagère, furent initialement destinées à améliorer les conditions de vie des ouvriers en leur procurant un équilibre social et une autosubsistance alimentaire. Loué ou cédé, le terrain attachait l'ouvrier à son usine et le maintenait loin du cabaret. L'abbé Lemire, homme politique influent et prêtre du diocèse de Cambrai, député-maire chrétien de la ville d'Hazebrouck, crée les conditions de développement des jardins ouvriers, dans le but d'améliorer la situation des familles ouvrières. « Les jardins ouvriers professent une vocation sociale et défendent un certain ordre social : s'ils permettent aux ouvriers d'échapper à leur taudis en profitant d'un air plus respirable, ils les éloignent aussi des cabarets et encouragent les activités familiales au sein de ces espaces verts. » L'abbé Lemire fonde la Ligue française du Coin de Terre et du Foyer en 1896, afin de rendre l'accès aux parcelles plus aisé pour ses administrés. S'ils revêtaient un caractère paternaliste, les jardins ouvriers ont séduit parce qu'ils correspondaient à un besoin réel.

Après la Seconde Guerre mondiale, les jardins ouvriers prendront dans le langage officiel l'appellation de jardins familiaux selon les termes de la loi du 26 juillet 1952. Le cadre légal est défini par le code rural : les jardins familiaux sont des groupes de parcelles potagères gérés par une association loi 1901 et mis à disposition de jardiniers moyennant une cotisation annuelle versée à l’association. Les jardiniers peuvent cultiver ces parcelles pour les besoins de leur famille à l’exclusion de tout usage commercial.


Le 15 octobre 2003, une proposition de loi relative aux jardins collectifs est examinée par le Sénat. La proposition de loi propose de rédiger l'article L.561-1 du code rural ainsi : « L’appellation « jardins collectifs » fait référence aux jardins familiaux, aux jardins d’insertion et aux jardins partagés […]. On entend par jardins familiaux les terrains divisés en parcelles, affectées par les collectivités territoriales ou par les associations de jardins familiaux à des particuliers y pratiquant le jardinage pour leurs propres besoins et ceux de leur famille à l’exclusion de tout usage commercial. » Cette proposition de loi n'a pas abouti.

Les critères généralement retenus sont l'appartenance à la commune, la mixité sociale, la proximité géographique (le jardin demande un entretien régulier y compris en semaine). L'usage commercial est exclu. La demande étant largement supérieure à l'offre, les délais d'obtention d'un jardin peuvent atteindre plusieurs années. Peu à peu, et localement, des critères tels que la biodiversité au jardin, l'absence d'espèces invasives ou l'usage de pratiques issues de l'agriculture biologique ou raisonnée sont pris en compte dans ces jardins. Il est vrai que le jardinage amateur est devenu bien plus qu'un hobby. Pour des raisons économiques, le petit lopin de terre à cultiver soi-même est devenu une vraie source d'économie. Une façon aussi de consommer bio et sain.

Le jardin de Kervénanec


La ville de Lorient dispose de deux grands ensembles de jardins familiaux, l’un au nord de la ville, le second au sud. Chaque ensemble est géré par une association distincte. Le jardin familial de Kervénanec, situé au sud de Lorient, est le plus grand jardin associatif de la commune de Lorient. Situé sur un site boisé de la commune de Ploemeur et disposant d'un puits, il comprend 116 parcelles sur les coteaux de Kervénanec réparties sur deux terrains séparés par  la petite route montante au niveau du 22 rue Capitaine Marienne. Créée fin 1977, l’association qui gère ce jardin a fêté ces quarante ans de fonctionnement.

Lieu de mixité sociale, le jardin de Kervénanec est un également un lieu d’échange multiculturel. C’est ainsi que des parcelles ont été louées à des jardiniers originaires d’Afrique du Nord ou du Moyen Orient qui ont introduits des légumes et des plantes qu'on connaît peu ou très mal en France.

Coordonnées


Pour trouver la cache, il vous faudra répondre aux questions suivantes après :

- soit A la somme des chiffres du prénom de la personne à contacter;

- soit B la somme des chiffres de la fonction de la personne à contacter ;

- soit C la somme des chiffres du numéro de téléphone de la personne à contacter.

La cache est aux coordonnées suivantes :

N 47° 44.(A)(B/2)(2B)’

W 3° 23.(C-B/2)(C-B/2)(B)’


(Vérification N=2 et W=8)


Soyez discret !

Additional Hints (Decrypt)

Wr pbunovgr purm ha gêgneq !

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

8 Logged Visits

Found it 5     Write note 2     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.