Skip to Content

<

Château des Bois

A cache by ozone68 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 09/26/2018
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Cette cache fait partie d'une petite balade pour vous faire découvrir les environs du château des Bois à Satigny. Il n'y a pas de parking à proprement parler sur le parcours. Respectez les autres usagers et riverains.
Elle peut être commencée par n'importe laquelle, mais avec une préférence pour la première dans la liste ci-dessous :

L’histoire de la République de Genève s’entrecroise au cours des cinq derniers siècles avec celle de la famille Turrettin dont le château des Bois constitue le fief patrimonial.
Dans l’Europe de la Renaissance déchirée par les luttes religieuses entre catholiques et réformés, Genève -surnommée la Rome protestante- attire de nombreux adeptes de la nouvelle doctrine, déclarés persona non grata par leurs patries d’origine. Tous ces immigrés ne manquent pas de ressources et plusieurs d’entre eux marqueront la vie politique ou économique de la cité lémanique avant de fonder de véritables dynasties. Parmi celles-ci, on peut citer plusieurs familles venues d’Italie comme les Micheli, propriétaires du château du Crest, les Calandrini ou les Turettini.
En l’an de grâce 1572, un noble marchand de soieries, Francesco Turrettini, esquive les foudres de l’Inquisition en abandonnant son château de Nozzano, voisin de la ville de Lucques. Dans sa fuite, il parcourt l’Europe, vit quelques années à Lyon, Antwerp et Bâle et finit par s’établir à Zurich. Au cours des ses pérégrinations, il ne cesse d’investir dans le fructueux commerce de la soie. A son arrivée à Genève, sa fortune atteint des proportions colossales. L’implantation de la famille, dont le nom se francise en Turrettin, se déroule sans anicroches, d’autant plus que Francesco lègue dans son testament une grosse somme à la cité.
Deux de ses fils jouent un rôle important dans la bourgade calviniste. Bénédict, tout d’abord, devient un théologien reconnu à qui on confie d’importantes missions diplomatiques auprès des Etats-Généraux réformés de Hollande. Son frère, Jean, reçoit en 1631 un important domaine situé près du village de Satigny. Ce fief comprend plusieurs forêts –les Bois de Merdisel, les Grands Bois, les Bois du Château- qui donneront son nom au domaine. Aux terres reçues s’adjoignent d’importants privilèges seigneuriaux. Le nouveau suzerain peut construire à sa guise auberge et castel. Il reçoit droit de basse, moyenne et haute justice. Ceci signifie qu’il peut juger tout type de délit, y compris ceux passibles de la peine de mort, châtiment dont l’application a lieu sur ses terres. Les données concernant l’édifice et sa construction manquent, mais on sait qu’il s’agit d’une demeure de plaisance qui n’a pas vocation guerrière. Son propriétaire, immensément riche lorsqu’il reçoit le domaine, s’associe à un projet pharaonique de Guillaume II d’Orange. Ce prince néerlandais caressait l’idée de créer une voie navigable européenne reliant les régions méditerranéennes aux Pays-Bas. L’entreprise se révèle un désastre commercial qui engloutit une grande partie de la fortune du seigneur du château des Bois.
Malgré les revers financiers, le manoir comme les terres environnantes se transmettent de père en fils. Petit à petit la famille, dont presque tous les membres deviennent des membres influents de la cité, va reconstituer sa fortune et retrouver son opulence passée. A la Révolution, le domaine demeure aux mains des Turrettin. Il appartient alors à Jean-Daniel, le dernier seigneur du château des Bois qui, comme tous les nobles du canton, vend ses droits féodaux à la République de Genève.
D’importants travaux de rénovation sont entrepris au XIXème. Au siècle suivant, la modernisation de l’édifice se poursuit, mais la gentilhommière sert surtout de résidence secondaire aux propriétaires.
L’entrée dans le 21ème siècle a été fracassante pour cette vieille maison. L’ouragan Lothar du 28 décembre 1999 après avoir renversé 300 arbres dans la forêt a emporté en pleine nuit le toit du grand rural qui, avec ses énormes poutres, est venu s’abattre sur un bâtiment habité de l’autre côté de la cour défonçant la toiture et les fenêtres. A peine reconstruit, le grand rural fut complètement détruit par un incendie le 7 avril 2000. De très nombreux pompiers ont lutté toute la nuit contre le feu qui a failli s’étendre à tous les bâtiments.
La récente cave d’un domaine centenaire
Le domaine du château des Bois s’étend sur plus de 110 hectares. Diverses forêts occupent un peu moins de la moitié des terres. Le reste se divise entre les cultures agricoles -presque 50 hectares- les pâturages et la vigne. Cette dernière se cultive sur près de 4 hectares. Au vu des surfaces dévolues à chaque activité, on comprend que le château n’ait pas une vocation essentiellement viticole. De fait, le raisin était, jusqu’à une époque récente, considéré comme un produit parmi d’autres que les métayers livraient à la Cave de Genève une fois la vendange effectuée.
De même que dans la plupart des parcelles du canton du bout du lac, l’encépagement se limitait aux trois grandes variétés classiques: Chasselas, Gamay et Pinot Noir. A l’instar des autres exploitations viticoles, le château a été durement touché par la crise qui a marqué les années quatre-vingts et nonante : ces difficultés ont amené les propriétaires à changer radicalement de stratégie. Ils ont cessé de livrer la récolte à des coopératives pour se mettre à la vendre sous leur propre étiquette. En outre, ils ont élargi leur gamme en proposant à la clientèle de nouvelles spécialités ou des assemblages.
Le domaine a ainsi effectué sa mutation en 1996, année où, sous l’impulsion de Guy van Berchem, les premières bouteilles arborant l’appellation Château des Bois ont vu le jour. Dix ans plus tard, le Chasselas a perdu sa prépondérance et voisine avec du Chardonnay, du Pinot Gris et du Sauvignon.
Du côté des rouges, les changements se révèlent moins marqués. Le Pinot Noir et, surtout, le Gamay forment l’essentiel de l’offre. Du Gamaret, du Garanoir et du Cabernet Sauvignon ont également fait leur apparition et se mélangent dans Le Bois des Chiens, l’assemblage élevé en fût de chêne qui fait figure de carte de visite.

Ne pas pénétrer dans la propriété privée

Flag Counter

Avec l'aimable autorisation de la commune de Satigny

D'autres boucles dans la région:

Vernier:

Additional Hints (Decrypt)

Ra unhgrhe

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

54 Logged Visits

Found it 52     Write note 1     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 5 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.