Skip to content

<

🌼 Noyal sur Vilaine, Hacinthe Touchais 🌼

A cache by Niko Rigan Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 11/11/2018
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Noyal sur Vilaine, Hacinthe Touchais

🌼🌼🌼

Voyageurs et pèlerins vous qui passez dans nos contrées, arrêtez vous un instant et recueillez-vous.

🌼🌼🌼

Le 11 novembre 2018, nous commémorons en france le centenaire de l’armistice de la guerre 14-18.

Pour cette occasion, j’ai souhaité vous parler du récit qui retrace la vie du sergent Hyacinthe Touchais, du 41e régiment d'infanterie, durant la guerre 1914-1918.

🌼🌼🌼

Hyacinthe Touchais avait consigné sur un carnet, au jour le jour, ce qu'il a vécu au front. Par crainte que ce récit ne tombe entre les mains de l'ennemi, il le détruira avant de réécrire, plusieurs dizaines d'années plus tard, les feuillets que sa fille Marie-Thérèse Gilbert confiera à l'Association historique du pays de Châteaugiron.

L’Association historique du pays de Châteaugiron éditera son huitième livret en 2016 qui s'intitule : “Ma vie pendant la guerre 14-18, récit du sergent Hyacinthe Touchais du 41e régiment d'infanterie.” Vous pourrez vous renseigner sur cet ouvrage, réalisé par Jean-Claude Martiniaux et Georges Compoint, à l’office de tourisme de Châteaugiron.

🌼🌼🌼

Je vous ai amené ici, car Hyacinthe Touchais est né le 19 février 1893, à la ferme du Haut Villiers, à quelques pas de la cache. Voici un petit résumé de son histoire repris du magazine de la Com’com N°30 de novembre 2016.

Hyacinthe est incorporé en octobre 1913 et sera démobilisé le 1er septembre 1919, après six années sous les drapeaux dont quatre en temps de guerre, avec des permissions plutôt rares à l’époque.

Il rejoint le 41e régiment d’infanterie à la caserne Saint-Georges de Rennes avant de monter au front. Arras, Argonne,Verdun... Blessé, il est évacué vers l’arrière.

"Cette blessure m’a sauvé de la retraite de Belgique. C’était ma première chance", écrit l’ancien soldat qui retrouve ensuite le 41° pour creuser les tranchées : "1,40 m de profondeur,60 cm de large au fond et 1,60 m en haut". Promu sergent, il remonte ensuite dans le secteur d’Arras "Toute la nuit, j’allais ramasser les blessés et les morts". Avant qu’un éclat d’obus ne lui passe entre les jambes ! Le 41° se déplace ensuite en Champagne où le jeune sous-officier échappe à une rafale de mitrailleuse en se jetant dans un trou. Son supérieur a moins de chance. « Le lieutenant venait de recevoir une balle en plein front. Il m’avait répété que c’était notre dernier jour ».

La grande faucheuse hante le quotidien de la section qui se retrouve ensuite en Argonne oĂą "les Boches se servirent du lance-flammes". En 1916 il suit un stage de transmission avant de monter Ă  Verdun.

Les camions empruntent la Voie Sacrée mais les fantassins du 41° doivent effectuer les cinq derniers kilomètres à pied pour rejoindre de nuit le front, près de Douaumont. En portant un pli au capitaine d’une compagnie il évite une rafale de mitrailleuse à un mètre près...

Après Verdun, son régiment se retrouve à Arras pour contrer la violente contre-attaque allemande dans le secteur de Vimy "On reçut un peu de gaz...". Puis c’est le 11 novembre "L’armistice est signé ! Tous heureux nous vidions nos bidons de pinard".

Hyacinthe Touchais attendra pratiquement un an avant d’être démobilisé. Il retrouve la ferme du Haut Villiers avant d’épouser Jeanne-Marie Martin en 1923. Titulaire de la croix de guerre avec quatre citations, Hyacinthe Touchais est promu Chevalier de la Légion d’Honneur en 1971.

🌼🌼🌼

Un dernier petit mot pour conclure à propos de la fleur gravée sur la cache, ce n’est évidemment pas une hyacinthe, mais un bleuet.

Cette fleur, est devenu en France la fleur-symbole du sacrifice des soldats lors du premier conflit mondial. Les poilus français avaient eux-mêmes choisi cette fleur comme symbole de leur guerre. En 1915, les soldats vétérans de la mobilisation, vêtus de l'uniforme bleu et rouge, ont donné le surnom de « bleuets » aux jeunes recrues qui arrivaient au front, habillées du nouvel uniforme bleu horizon de l’armée française. Ce n’est pas un hasard car les bleuets, ainsi que les coquelicots, continuaient à pousser dans la terre retournée par les milliers d’obus qui labouraient quotidiennement les champs de bataille pendant la Grande Guerre. Ces fleurs étaient le seul témoignage de la vie qui continuait et la seule note colorée dans la boue des tranchées.

🌼🌼🌼

J'espère que cette petite page d’histoire vous a intéressé, à bientôt.

Notes :

Le poseur a pris plaisir Ă  concevoir cette cache

Pensez-y !

Ce n’est pas une cache premium pour permettre au plus grand nombre de prendre plaisir à trouver de chouettes boîtes. Alors, s’il vous plaît, prenez en soin, et n’hésitez pas à m’envoyer un message en cas problème.

La cotation D/T est volontairement mis à 1.5/1.5 pour permettre aux débutants de voir la cache sous l'application officielle.

Additional Hints (Decrypt)

Nhceèf qr zba neoer,
Wr ivinvf urherhk,
W'nhenvf wnznvf qĂ» z'Ă©ybvtare qr zba neoer...
Nhceèf qr zba neoer,
Wr ivinvf urherhk,
W'nhenvf wnznvf qĂ» yr dhvggre qrf lrhk...

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)