Skip to content

Oratoire de la Sainte Vierge de Biot Traditional Geocache

Hidden : 01/16/2019
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Une petite série sur les oratoires et autre lieux de culte.

« Oratoire », mot d’origine latine, signifiant « salle de prières ». Ce nom est apparu au XIIème siècle, ayant été emprunté au latin ecclésiastique.

Souvent situés le long des entiers ou au bord des routes, les oratoires étaient élevés en remerciement d’un vœu exaucé, pour protéger les voyageurs, les campagnes, les troupeaux, ou éloigner maladies ou autres fléaux, ou plus simplement pour honorer la Vierge Marie ou les Saints auxquels ils sont dédiés. Les oratoires font partie de nos pays et de notre patrimoine religieux et artistique. Dans certaines régions, ils sont aussi appelés « Pilons » ou « Pilouns ». Ils font tous partie de notre Mémoire.

Leur emplacement et leur environnement ne sont pas fortuits. Placés en évidence à un carrefour, à un col, à un passage périlleux, ils invitent au recueillement sur les sentiers de la foi. Rustiques, ils étaient réalisés avec des matériaux trouvés sur place : pierres liées à la chaux, bois, ardoises ou lauzes.

Simples niches creusées dans un mur ou aménagées dans l’élévation d’un édicule, édifices de petite taille, ce sont de véritables constructions en pierre possédant une ouverture surmontée d’un tympan, sommé d’une boule ou d’une croix. En montagne ils ressemblent parfois à des petites chapelles pouvant abriter deux à trois personnes.

Ils ont pu être construits par des communautés sur le domaine public mais, le plus souvent, ils sont l’œuvre d’un particulier. Ils ne sont pas soumis à l’autorisation épiscopale.

Leurs origines remontent à des temps anciens, mais de nouveaux oratoires voient le jour encore actuellement.

 

Les renseignements ci-dessus et ceux concernant les oratoires sont issus principalement du livre « Oratoires dans les Alpes-Maritimes » édité par Les Amis des oratoires.

Merci à Tontonlou qui m’a prêté son livre afin que je puisse mettre en place ce projet.

 

 

Attention : Aucune cache ne se trouve dans l’oratoire lui-même. Voir indice ou spoiler si besoin.

Cet oratoire se trouve sur le chemin de Saint Julien, juste  devant la propriété du Mas Artémis.
C’est un pilier crépi sous un toit de tuiles à deux pentes surmonté d’une croix en fer . Sa niche qui aurait précédemment été dédiée à Saint Pierre abrite une statue de la Sainte Vierge.

 

Saint-Pierre :

Pierre (saint Pierre pour les catholiques et les orthodoxes), de son vrai nom Simon ou Simon Barjona (« le révolutionnaire » en araméen) ou Bar-Jona (« fils de Jonas ») selon la tradition chrétienne, aussi appelé Kephas (« le roc » en araméen) ou Simon-Pierre, est un Juif de Galilée ou de Gaulanitide connu pour avoir été l'un des disciples de Jésus de Nazareth. Il est répertorié parmi les apôtres, au sein desquels il semble avoir tenu une position privilégiée du vivant même de Jésus avant de devenir, après la mort de ce dernier, l’un des dirigeants majeurs des premières communautés paléochrétiennes. Il est né vraisemblablement au tournant du Ier siècle av. J.-C. et serait mort selon la tradition chrétienne vers 64-68 à Rome. La plupart des historiens soulignent le caractère très incertain de la date et des circonstances de sa mort et doutent de la pertinence du lieu traditionnellement retenu pour son exécution.

La tradition chrétienne en fait le premier évêque de Rome et l'Église catholique revendique sa succession apostolique pour affirmer une primauté pontificale — que lui contestent les autres confessions au sein de la chrétienté — et dont l'actuel pape est le représentant.

La cache :

Elle se trouve sur une route passante, soyez vigilants et faites attention aux moldus !

Additional Hints (No hints available.)