Skip to content

Oratoire Frederic Mistral Traditional Geocache

Hidden : 01/16/2019
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Une petite série sur les oratoires et autre lieux de culte.

« Oratoire », mot d’origine latine, signifiant « salle de prières ». Ce nom est apparu au XIIème siècle, ayant été emprunté au latin ecclésiastique.

Souvent situés le long des entiers ou au bord des routes, les oratoires étaient élevés en remerciement d’un vœu exaucé, pour protéger les voyageurs, les campagnes, les troupeaux, ou éloigner maladies ou autres fléaux, ou plus simplement pour honorer la Vierge Marie ou les Saints auxquels ils sont dédiés. Les oratoires font partie de nos pays et de notre patrimoine religieux et artistique. Dans certaines régions, ils sont aussi appelés « Pilons » ou « Pilouns ». Ils font tous partie de notre Mémoire.

Leur emplacement et leur environnement ne sont pas fortuits. Placés en évidence à un carrefour, à un col, à un passage périlleux, ils invitent au recueillement sur les sentiers de la foi. Rustiques, ils étaient réalisés avec des matériaux trouvés sur place : pierres liées à la chaux, bois, ardoises ou lauzes.

Simples niches creusées dans un mur ou aménagées dans l’élévation d’un édicule, édifices de petite taille, ce sont de véritables constructions en pierre possédant une ouverture surmontée d’un tympan, sommé d’une boule ou d’une croix. En montagne ils ressemblent parfois à des petites chapelles pouvant abriter deux à trois personnes.

Ils ont pu être construits par des communautés sur le domaine public mais, le plus souvent, ils sont l’œuvre d’un particulier. Ils ne sont pas soumis à l’autorisation épiscopale.

Leurs origines remontent à des temps anciens, mais de nouveaux oratoires voient le jour encore actuellement.

Petite niche en l'honneur du poète Frédéric Mistral.

Frédéric Mistral est un écrivain et lexicographe français de langue d'oc, né le 8 septembre 1830 à Maillane (Bouches-du-Rhône), où il est mort le 25 mars 1914, et où il est inhumé.

Mistral fut membre fondateur du Félibrige, membre de l'Académie de Marseille, maître ès-jeux de l'Académie des Jeux floraux de Toulouse et, en 1904, prix Nobel de littérature pour son œuvre Mirèio (Mireille). Il s'agit d'un des rares prix Nobel de littérature en langue non reconnue officiellement dans l'État auquel il appartient administrativement parlant (avec Isaac Bashevis Singer).

Comme bon nombre de ses prédécesseurs et ceux de son temps, Mistral nommait quasi-exclusivement la langue du Midi en "langue provençale" et plus rarement en "langue d'oc" par rapport à la classification de Dante. Pour Mistral, l'ancienne langue des troubadours, qu'il appelle aussi le "vieux provençal" était également nommé le roman". De même, l'appellation moderne de la langue (Occitane/occitanienne qui fût mise en avant vers 1930 par les languedociens pour remplacer le terme de "provençale" qu'ils jugeaient "ambiguë" et "impropre") est décrit par Frédéric Mistral pour le mot "Oucitan" de son dictionnaire comme signifiant en premier lieu un synonyme de languedocien et plus rarement celui d'habitant du Midi. En effet, il explique dans son dictionnaire qu'Occitan vient de Linguae Occitanae, terme latin de Languedoc qui remplaça celui de Comté de Toulouse.

Son nom en provençal est Frederi Mistral.

Merci de faire attention aux moldus!

Additional Hints (Decrypt)

Nh pbva fbhf qh yvreer.

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)