Skip to content

<

LE GARDIJOL

A cache by Rissou31 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 08/04/2019
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Un ruisseau doté d'un pouvoir magique : "Le Garde-Jol"

Jadis les populations rurales vénéraient les éléments naturels, sources de richesse et d'abondance : l'eau vive, la terre nourricière et la forêt prodigue en fruits sauvages, en gibier, en bois d'oeuvre et de chauffage. En Lauragais, pays de sécheresse, l'eau était particulièrement respectée. Pour nos ancêtres, elle était source de vie et un don de Dieu.

Bienfaits de ce ruisseau producteur de la force motrice

Le Gardijol arrose Gardouch. Il prend sa source dans la Piège, au-delà de Mézerville, à 330 mètres d'altitude. C'était un "torrent de plaine". Tout au long de son parcours évalué à une dizaine de kilomètres, il distribuait son flot abondant qui fertilisait la terre par ses limons (les boulbènes). Il abreuvait le bétail et apportait sa contribution liquide à toutes sortes d'opérations (lavage du linge et des tonneaux, ravitaillement en eau des métairies, rouissage du lin et du chanvre, plantes textiles) avant de se jeter dans l'Hers mort. Il mettait en mouvement "six moulins hydrauliques ayant chacun deux paires de meules mues par un rouet" (Dictionnaire topographique A.D.H.G.). Il baignait les bas-fonds de Mézerville, de Marquein où l'on recevait le "ruisseau du château"

Après avoir abordé le Ribigou, il faisait tourner le moulin à eau de l'ancienne Commanderie de Caignac. Au bas de Lagarde, le ruisseau d'En Garric venait augmenter son débit.

A la saison des pluies, alimenté par les fossés descendants des "cambals" (versants des côteaux), il actionnait les meules d'En Jacou.

Un peu plus bas, près du hameau des Amiel, le Gaffarel le rejoignait pour produire la force hydraulique nécessaire au fonctionnement du moulin de Seyre.

Au pont de la Pierre (la Peïro) où l'on ramassait ses galets pour consolider les murs des maisons, le Gardijol, grossi du ruisseau du Salvatgé et du Caransou, déclenchait le mécanisme du moulin de Gardouch (lé moli de l'aygo : moulin hydraulique très ancien). La tuilerie située tout près, utilisait l'eau de la "Gourge" (trou d'eau ou déversoir du moulin).

La légende du "Garde-jol"

Il y a bien longtemps, les riverains ou "vilains serfs", peu instruits et superstitieux, croyaient que les eaux bienfaisantes de ce ruisseau possédaient un pouvoir surnaturel : celui de détruire l'ivraie (le jol), plante maudite par la Bible, envahissante et nuisible en ces époques où l'on n'utilisait pas les désherbants.

Le "jol" était une graminée néfaste, créée par le diable. On l'accusait de "manger le blé", la céréale de base. De plus, celle-ci portait malheur (porta pérel) à celui qui la touchait. Les paysans s'aperçurent que cette plante enivrante, maléfique et tant décriée, avait disparu du bassin de ce ruisseau. Dès lors, cette constatation collective valut à ce cours d'eau l'appellation de "Garde-jol", nom déformé en "Gardijol".

Les voûtes du Gardijol

Vers 1668, époque du creusement du Canal Royal de jonction des Deux Mers à Gardouch, près du cimetière Saint Valentin, il fallut détourner le lit du Gardijol et construire un bâti en brique foraine pour faire passer sur ce ruisseau la nouvelle voie d'eau.

Le principe ingénieux de la construction des Voûtes a été copié sur les aqueducs des Romains. C'était une arche soutenant le canal. En Lauragais toulousain, pays de l'argile, l'ouvrage concernant l'enjambement d'un ruisseau était réalisé en maçonnerie, à l'aide de briques fabriquées dans les tuileries locales.

Citons les Voûtes du Gardijol et les Voûtes de l'Hers (secteurs de Villefranche). En Lauragais audois, au-delà du seuil de Naurouze, ligne de partage des eaux, on utilisait la pierre grise de Carcassonne.

La vengeance du Gardijol

Lorsque l'ingénieur Riquet creusa le canal au niveau de Gardouch, il fallut faire passer ce ruisseau sous le Canal Royal.
Abaissé au rang de vassal soumis au canal, son suzerain, le Gardijol dont on avait oublié les bienfaits au profit d'une voie d'eau moderne, décida beaucoup plus tard de se venger des hommes si ingrats.

En août 1939, à la suite de violents orages, ses eaux grossirent à tel point que le modeste ruisseau devint un fleuve déchaîné. Ses eaux envahirent le bas de Gardouch et s'étalèrent jusqu'à l'écluse. La route de communication Gardouch-Villefranche fut coupée. Marius Armengaud, meunier au Moli de l'Aygo et son cheval de trait, enfermé dans son écurie inondée, en ont gardé longtemps le souvenir. De mémoire d'homme, on n'avait jamais été confronté à une telle fureur.

Contribution : Odette Bedos - Couleur Lauragais N°17 - Novembre 1999

 

La crue du Lundi 16 juillet 2018

Lundi 16 juillet, vers 13 heures, le village de Gardouch a été envahi par une vague de boue totalement imprévisible et à ce jour inexpliquée qui a pris le village à contre-pied.

Le passage de la vague de boue a endommagé une trentaine de maisons, fait soixante-quinze sinistrés et détruit une quarantaine de voitures dans les deux lotissements de l'Écluse et des Floralies. Les violents orages nocturnes avaient cessé vers 4 heures. Le Gardijol qui traverse la commune du sud au nord était très gros et s'évacuait avec difficulté vers l'Hers qui débordait sur les communes voisines d'Avignonet, Montesquieu Lauragais, Renneville, Salle-sur- l'Hers et Saint-Rome. Depuis la grande crue de 1927, lors des orages, la surveillance de la confluence de l'Hers et de son affluent au nord de Gardouch fait partie de la routine des élus. Et jusqu'à 13 h 12 la situation était sous contrôle quand soudain l'inondation boueuse est arrivée par le sud d'où personne ne l'attendait. « Ça a duré à peine un quart d'heure. La vague a d'abord envahi le vallon du Gardijol, suivi le cours de la départementale 16 au sud du village avant de prendre de la puissance lorsqu'elle a été contrariée par les premières constructions du bourg », raconte Roger Dufour, 1er adjoint. Pour le moment, les élus qui ont déclaré le village en état de catastrophe naturelle dès le lendemain en sont réduits aux hypothèses pour tenter d'expliquer l'origine de cette vague destructrice qui a pris le village à revers.

La crue de l'Hers a certes contrarié l'évacuation des eaux du Gardijol et fait monter ses eaux. Mais elle n'est pas la cause de la formation de la vague. Pour les élus, comme pour les habitants de Gardouch, l'origine de ce phénomène totalement imprévisible est à chercher, en amont du village en remontant le cours du Gardijol.

Additional Hints (Decrypt)

Zntaégvdhr

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.