Skip to Content

<

Les Grandes Affaires Criminelles "Le Magistrat"

A cache by ZastaRocket Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 03/17/2019
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Louis R. venait du Sud, il était engager comme adjudant au 11e dragons, et se maria avec une Belfortaine qui lui donna deux enfants, nous sommes en 1910.

La guerre éclata. Inquiet d'une possible invasion, Louis R. envoya sa femme et ses enfants dans sa famille, en Rousillon, tandis que lui partit servir le front.

En 1915, le poilu apprit que se femme était morte d'une typhoïde à l'hopital de Perpignan. Nanti d'une permission exceptionnelle, il n'arriva pourtant là-bas que bien après l'enterrement. Boulversé, il eclata de colère et de chagrin, accusa des parents et son frère de l'avoir mal soignée, voire empoisonnée. Louis R. quitta sa famille pour le restant de ses jours. Il confia ses enfants à sa belle soeur, à Belfort.

L'adjudant R. fit brillamment son devoir... en 1916, sur le front des Vosges, un obus l'ensevelit plusieurs heures. Et c'est à partir de ce moment là que sont comportement devint de plus en plus étrange. Au point que son chef de corps, le fit évacuer pour "troubles mentaux". Après l'armistice, il fut démobiliser à Belfort, il épousa sa belle-soeur que la guerre avait également rendue veuve.

Louis R. n'avit toujours pas digéré sa mise à l'écart di régiment pour "troubles mentaux", il accablait sa hiérarchie... son caractère orgueilleux et irritable rendait responsable le monde entier.

Il travailla d'abord à la ville de Belfort, puis à la Société alsacienne de constructions mecaniques, aujourd'hui Alsthom. Mais là, son caractère irascible et coléreux le brouilla avec tous ses collègues. Louis R. y vit une fois de plus la preuve, que tous s'étaient ligués contre lui. Il dut quitter l'usine.

Il trouva un emploi à Wattman. Sur son tramway aussi, il multiplia les querelles et incidents... Ne pouvant donc s'accorder à personne, il décida  d'être son propre patron. Il s'acheta, avec ses economie, une sablière à Eloie, en 1926, qu'il exploita lui-même.

En 1927; il tira des chevrotines sur un ouvrier qui ramasait du bois le long de sa sablière. La victime avait passé plusieurs semaines à l'hopital, blessé à la tête. Devant le tribunal correctionnel de Belfort, une amende de 100 frans lui fut infligée pour blessure volontaire.

"Cette canaille me volait. Moi je n'ai fait que défendre mon bien! Et on me condamne! Si c'est cela la Republique... A croire que je suis le dernier honnête homme en France!"

Et on trouva le coléreux justiciable porteur d'un revolver chargé ainsi que d'un rasoir qu'il voulait utiliser contre les juges et l'ouvrier avant de s'ouvrir la gorge. Incroyablement, il ne fut pas poursuivi pour sa tentative. Les magistrats autorisèrent néanmoins l'ouvrier à demander, au civil, des dommages et intérets à l'irascible propriétaire.

Quatre mois plus tard, Me Perrin, huissier de justice, remis une lettre à Louis R.. A l'ouverture, il poussa un rugissement de rage: 4800 francs de dommage et intérêts. Quand il vit que le lettre était signée "Claude F., président du tribunal" il décida de lui donner une bonne leçon.

Le lendemain à 8 heures, il se posta à l'angle de la rue Heim et du Faubourg de Montbéliard. Quand le magistrat sortit, Louis R. écrasa sa cigarette et vint à se rencontre (juste à l'endroit où vous vous trouvez). Il tira une première fois, la balle se perdit. Une seconde fois, dans la cuisse. Une troisième à la poitrine, fort heureusement, sa montre à gousset dévia le projectile. Le tireur appuya encore plusieurs fois sur la détente, mais le pistolet s'était enraillé. Il laisa le magistrat se tordre de douleur, alluma une cigarette et s'éloigna. Il alla se constuer prisonnier au commissariat central de Belfort.

Le magistrat, hospitalisé, survivra de ses blessures.

Le 11 février 1929, Louis R. s'en tira avec huit ans de travaux forcés, et la relégation une fois sa peine purgée. Trois mois après, c'était le voyage sans retour pour la Guyane.

 

 

Additional Hints (Decrypt)

Qreevèer yn qrfpragr qr puéarnh, ra onf.

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

67 Logged Visits

Found it 54     Didn't find it 5     Write note 2     Temporarily Disable Listing 1     Enable Listing 1     Publish Listing 1     Owner Maintenance 1     Update Coordinates 2     

View Logbook | View the Image Gallery of 3 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.