Skip to content

<

Communes de Vendée: Saint Vincent-sur-Graon

A cache by teamdbs85 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 05/13/2019
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size:   small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


 

Les communes de Vendée est une série de cache particulière construite par la collaboration entre les géocacheurs. Le principe de la série est simple et est basé sur la participation volontaire.

Pour mettre à jour votre contribution sur cette carte et faire entrer votre cache dans la bookmark list, merci d'envoyer un mail à cette adresse dédiée à la série :communes85@gmail.com

SAINT VINCENT SUR GRAON

 

Présentation:

Le territoire municipal de Saint-Vincent-sur-Graon s’étend sur 4 880 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 44 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 79 mètres.

Le territoire communal est arrosé par le Graon. Ce cours d'eau nait au nord de Moutiers-les-Mauxfaits et coule vers le SE sur 18 km puis, il rejoint le Lay au sud-est de Champ-Saint-Père. Sur ce cours, un barrage réalisé selon la technique "terre et enrochement" a été édifié et mis en service en 1972. Il ennoie une surface de 68 hectares et retient un volume d'eau de 3 600 000 m3. Il présente un léger tassement de 140 mm et un recul vers l'aval de 50 m.

Histoire:

La fusion entre les communes de Saint-Vincent-sur-Graon et Saint-Sornin date du 20 décembre 1973 ; cette dernière porta, durant la Révolution, le nom de Les Bois

La commune devrait plutôt s'appeler "Saint-Vivent sur Graon. En effet Vivent, étranger au Poitou, serait venu au IV siècle, avec Benoît d'Aizenay. Tous deux auraient eu l'autorisation de Saint-Hilaire de Poitiers d'évangéliser une partie de son diocèse. Il aurait d'abord séjourné à Sigournay, puis Chaillés sous-les Ormeaux et à L'Ile d'Olonne, où il aurait rencontré Saint-Martin de Vertou. Plus tard, Saint-Hilaire lui aurait assigné comme résidence Gravion (St-Vincent-sur-Graon) où il serait mort solitaire, à la fin du IV siècle, à l'âge de 120 ans.
 
Moyen âge - XVIII éme siècle.
 
Deux prieurés sont connus, l'un dépendait du chapitre de Luçon, l'autre de Saint-Sauveur de Marigny, de l'abbaye de Saint-Jean d'Orbestier, jusqu'au XVII éme siècle, puis du séminaire de Luçon au XVIII éme siècle.
 
Le bourg est construit sur un ancien oppidum Gaulois, il est cité en 1007, faisant parti du Curzonnais, les premiers seigneurs du lieu étaient les "AUBERT" .On en trouve également au 16 et 17 éme siècles, André AUBERT seigneur de Rorthay et de Malescote, sénéchal de Talmont, ses descendants sont maintenus nobles par Colbert en 1667, Jonas AUBERT seigneur de Bois-Garnault, Louis AUBERT seigneur de Montigny.
 
Les rives du Graon furent habitées par les Celtes, comme elles le furent plus tard par les Romains. Leur souvenir est encore aujourd'hui conservé dans quelques noms échappés au marteau du temps qui a presque tout détruit. Nous mentionnerons la PIERRE BLANCHE, la FOLIE, le PRÉ DES FOLIES, le CHAMP DES DAMES. Aux CHAMPS DOULLENS, dont le nom rappelle l'existence, en ce lieu, d'une bourgade celtique. On a trouvé plusieurs vases gaulois remplis d'ossements calcinés. On y a trouvé aussi une aiguille en os et une monnaie d'or de petit module, concave d'un côté, sur laquelle se distinguait à peine la forme d'un cheval : cette pièce paraissait avoir été frappée 450 ans avant Jésus-Christ.
 
Le nom du tènement de PETIT FEU DE LA TUANDIERE; dont l'altitude est de 70 mètres et la distance de la mer de 15 km, évoque l'existence, sur ce point d'une sorte de phare destiné à guider les navigateurs gallo-romains.
 
L'ancien castel de Boiselou, dont il ne reste que quelques débris , avait ses salles de refuge dans l'intérieur du sol : on les disait hantées par les fadets, dont la principale occupation, dit la légende était de garder les troupeaux.
 
Les sorciers tenaient, autrefois, le sabbat à la Michelière, et les garaches visitent encore souvent les hameaux de Saint-Vincent. Une d'elles parut, pendant l'année 1862, sous la forme d'une chèvre, à la Bergerie ; personne n'osa la troubler dans ses pénitences nocturne.(Abbé Baudry, année 1863, p. 88).
 
La chapelle de Sainte-Catherine-des-Aires, située dans le village de ce nom, distant du bourg de 6 kilomètres et dont il ne restait plus qu'un mur démoli il y a quelques années, évoque aussi un passé lointain. Le village est divisé en huit ou neuf quartiers qui portent des noms différents : ceux de la Garde et du Rocher rappellent des souvenirs druidiques : ceux de Bourg-Neuf et des Aires indiquent des générations plus récentes.
 
Le prieuré, placé sur la lisière d'une forêt, est sans doute celui du Luc, Luco. parce qu'il y avait là un bois sacré, et, en second lieu parce que la maison est contiguë à la chapelle nommée le Garde. Or, on sait que le Garde et les Lucs se rencontrent presque toujours ensemble. Cette maison, qui faisait partie du prieuré, avec celle dite de la Chapelle, a conservé sa cheminée à corbelets du XVe siècle, surmontée d'une plate-bande et de sommiers d'un seul morceau, ayant pour couronnement une corniche ornée de moulures.
 
Non loin de l'ancien château féodal de Malescot, dont nous parlons plus loin, se trouve la Tonnelle, dont le nom évoque en ce lieu la présence d'un poste d'observation remontant au moins au IVe siècle de l'ère chrétienne.
 
Saint-Vincent-sur-Graon,construit sur un ancien oppidum gaulois, est cité par Besly das un document de l'an 1007 ; il faisait alors partie du Curzonnais. Une charte de l'abbaye de Bois-Grolland de 1247, mentionne également l'existence de cette localité qui, en 1472, possédait un prieuré donnant d'assez gros revenus au chapitre de la cathédrale de Luçon. Au XVIIe siècle, Saint-Vincent possédait encore le prieuré de Saint-Unissant-sur-Grois, annexé à la mense du chapitre de Luçon , et celui de Saint-Sauveur-de-Marigny, relevant de l'abbaye de Saint-Jean-d'Orbestier.

Lieux à visiter:

  • Le lac du Graon : sentier pédestre autour du lac, activités nautiques (canoë, pédalo, pêche...). Le lac est célèbre pour la fête qui s'y déroule tous les ans avant le week-end du 15 août (dîner champêtre, feu d'artifice suivi d'un bal en plein air).
  • Le château de la Gaudinière : résidence de la famille de Larocque-Latour.
  • La chapelle de Malcôte.
  • Le Menhir de la Chenillée, inscrit au titre des monuments historiques.
  • L'église Saint-Sornin.
  • L'église Saint-Vincen

Blasonnement:

D'azur à la croix de huit pointes d'or, cantonnée en chef à senestre d'une fleur de lys du même, à la plaine ondée d'argent chargée d'une rose de gueules.

Devise:

La devise de Saint-Vincent-sur-Graon : « Plus fort réunis ».

Sources: Wikipédia et site de la mairie

 


 

 


Additional Hints (Decrypt)

N y'noev nh perhk qh ebpure - ibve fcbvyre

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.