Skip to content

L'Abbaye de la Haye-aux-Bonshommes Traditional Geocache

Hidden : 05/20/2019
Difficulty:
1 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Petite histoire de l’abbaye et du prieuré
de la Haye-aux-Bonshommes

 

                                                                    
La chapelle de l’abbaye est classée Monuments Historiques; la façade de l'abbaye, les façades et les toitures du prieuré sont inscrits à l’inventaire.


Saint Étienne de Muret, fondateur de l’Ordre de Grandmont


IL ÉTAIT UNE FOIS UN ANACHORÈTE (moine solitaire) qui vivait dans la forêt de Muret près d’Ambazac (Limousin). Né vers 1046,
Étienne était le fils du vicomte de Thiers en Auvergne. Quelques disciples vinrent se grouper autour de lui, et bénéficièrent de son enseignement spirituel basé sur les Évangiles et les écrits des Pères de l’Église, notamment de saint Augustin. Étienne meurt le 8 février 1125 ; il est canonisé en 1189. Après sa mort, ses disciples se retirèrent sur la paroisse voisine de Saint-Sylvestre, dans le lieu-dit de « Grandmont », où ils entreprirent la construction d’une église. Cette érection n’avait été rendue possible que grâce au don de terres par l’impératrice Mathilde, épouse en secondes noces de Geoffroy Plantagenêt et mère du futur Henri II, roi d’Angleterre. Les moines suivaient une règle orale, transmise depuis saint Étienne mais vers le milieu du 12e siècle le quatrième prieur, Étienne de Liciac, la fixa par écrit. Elle était essentiellement fondée sur l’Évangile, refusait la possession de terres étendues et les responsabilités paroissiales. Les moines devaient vivre dans l’autarcie et la solitude communautaire, ils partageaient un dortoir commun. Le prieur de chaque maison était choisi parmi les frères lais ou convers. Ces convers, chargés de la vie matérielle, étaient sur le même pied que les moines clercs. A la fin du 13e siècle, l’Ordre comptait 160 maisons et 1200 moines.
 

Les grandmontains à la Haye-aux-Bonshommes


Le 29 décembre 1170, saint Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry, était assassiné par les partisans du roi Henri II d’Angleterre. Ce dernier voulut faire pénitence de son crime. Et comme il partageait l’amour de sa mère pour les Grandmontains, il voulut établir un monastère de cet Ordre en Anjou. Dans un domaine appelé « la Haye du Roi », près de la ville d’Angers, les seigneurs Raoul et Étienne de Veo (le second étant sénéchal d’Anjou) fondèrent une « celle » (nom donné aux petits monastères) de grandmontains grâce à de nombreuses donations du roi Henri II Plantagenêt. Elle ne tarda pas à s’appeler « la
Haye-aux-Bonshommes », car le peuple appelait volontiers « Bonshommes » les moines grandmontains si charitables.
Ce monastère avait la particularité d’accueillir les moines lépreux de l’Ordre. C’est peut-être la raison de la présence d’une petite chapelle voûtée, datant elle aussi du 12e siècle, appuyée contre le mur nord de l’église (elle aurait servi pour les moines lépreux).
En 1186, le pape Urbain III prend les frères lépreux de la Haye sous sa spéciale protection.
En 1317, lors de la réforme des grandmontains par le pape Jean XXII, la Haye devient prieuré.
En 1345, Pierre Roger de Beaufort obtient à l’âge de dix ans le titre de prieur titulaire de la Haye. Plus tard, il est nommé cardinal, puis élu pape en 1370 sous le nom de Grégoire XI. C’est le dernier pape d’Avignon, celui qui ramena la papauté à Rome sur les instances de sainte Catherine de Sienne, tertiaire dominicaine. On lui attribue les peintures murales de l’église de la Haye, que l’on date pour cette raison de la deuxième moitiédu 14e siècle.
Au 17e siècle, un prieur commendataire, Claude Ligier, aumônier du roi et du duc d’Orléans, fait reconstruire le prieuré. On lui doit la belle façade occidentale des bâtiments claustraux. C’est lui aussi qui fit aménager une belle demeure, à quelque 300 mètres du prieuré, pour sa propre résidence. Cette demeure est actuellement connue sous le nom de « prieuré de la Haye-aux-Bonshommes », tandis que l’ancien prieuré a été rebaptisé de façon populaire « abbaye », avant de devenir « couvent » depuis une trentaine d’années. En 1772, lorsque l’Ordre est supprimé par la « Commission des Réguliers», il ne reste que quatre moines à la Haye.
Le 4 octobre 1791, l’église et le couvent sont vendus comme biens nationaux. La ferme qui en dépend est attribuée au sieur Desvallois, président du Club révolutionnaire de l’Ouest, qui siège dans l’église de la Trinité, à Angers. C’est sur un terrain de cette ferme que sont fusillés les martyrs d’Avrillé en 1794. Desvallois avait dit aux bourreaux de la commission militaire : « Amenez-les dans mon champ ; plus vous en amènerez, mieux ça vaudra : ça fera du fumier ! » Depuis, on appelle ce lieu le Champ-des-Martyrs.


Le retour des religieux


C’est sans doute à l’époque de la Révolution que fut détruite une des quatre ailes de la Haye-aux-Bonshommes, celle qui se trouvait à l’est et contenait la salle du chapitre, le dortoir et le cellier. Plusieurs propriétaires se succédèrent. Au début du 20e siècle, les locaux furent rachetés par des religieuses dites « chut-chut » (religieuses en civil qui avaient été fondées durant la Révolution et ne portaient pas l’habit pour ne pas être repérées par le pouvoir persécuteur) ; ils servirent pendant près d’un demi-siècle à des colonies de vacances pour jeunes filles. Le 22 août 1974, les lieux furent rachetés par le Mouvement de la Jeunesse Catholique de France, avec l’intention de servir aux activités de ce mouvement apostolique auprès de la jeunesse. Toutefois il s’avéra rapidement que le site n’était pas adapté (notamment du fait des travaux importants qu’il fallait réaliser), et le M.J.C.F. envisagea de revendre les bâtiments, tandis que la Communauté urbaine d’Angers, de son côté, se proposait de l’exproprier.
Une communauté religieuse en formation, dont plusieurs membres étaient d’anciens animateurs du M.J.C.F., se proposa alors pour reprendre les lieux. C’est ainsi que le 14 août 1979, l’office religieux fut à nouveau célébré par cinq frères dominicains sous les voûtes de l’église, après deux siècles d’interruption.

 

Source : http://www.dominicainsavrille.fr/le-couvent-de-la-haye-aux-bonshommes/

 

                                                          smileybon geocachingsmiley

Additional Hints (Decrypt)

Qnaf yr gebh, zrepv qr yn erpnpure qreevèer y'neqbvfr .

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)