Skip to Content

<

Varus Flumen historia - L'hippodrome du Var

A cache by FlumenVarus Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 08/02/2019
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


De l'hippodrome du Var à l'aéroport International de Nice

l'hippodrome du Var

Parmi les loisirs proposés à Nice aux hivernants, les courses de chevaux sont les spectacles sportifs les plus fréquentés sur le champ de course créé à l’embouchure du Var dans le quartier de l'Arénas.

La genèse de l’hippodrome actuel remonte à l’hiver 1850, dix ans avant le rattachement du comté de Nice à la France, lorsqu’un groupe d’hivernants anglais fonde un club des courses à Nice, et improvise la première réunion hippique sur la Côte d’Azur, le 21 avril 1851, dans un champ de Sainte-Marguerite. La tentative des Anglais n’a pas eu de suite immédiate.

Mais, après le rattachement, l’idée est reprise à l’initiative du préfet des Alpes-Maritimes Gavini de Campille et du maire de Nice François Malausséna.


La société des Courses fut constituée en 1865, L’hippodrome du champ du Var est terminé en 1868 et la première course eut lieu que le 4 février 1869, elle fut gagnée par Astrobale, un cheval appartenant au Baron Finot.

En 1902, les Courses de Nice, grâce à la création d'un prix de cent mille francs, passèrent au premier plan du turf international.
Rapidement l'hippodrome fut connu de toute l'Europe. Par beau temps, on pouvait y passer la journée, on déjeunait sur place, on pariait, on assistait à la course et, dans les tribunes, on tenait salon.
Les courses de la Belle Epoque etaient un événement mondain tout autant que sportif. Dans le quartier de la Californie, chaque après-midi un magnifique train des équipages quittait la ville. Les Niçois des bords de la route de France, le long du parcours, admiraient les toilettes des dames et la magnificence de certains équipages.

De grandes réunions hivernales à la renommée grandissante s’en suivent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

  • En janvier pour le saut d’obstacle, neuf journées avec une moyenne de quatre courses par journée.
  • En février, courses de trot, six journées avec une moyenne de six courses par jour et le Grand prix de la ville de Nice doté de 100 000 francs de prix.
  • En mars, deux réunions de courses plates.

Pendant la seconde guerre mondiale l’hippodrome du Var est transformé par les Allemands en parking pour chars d’assaut et voitures. Il est détruit par l’explosion les munitions qui ont été entreposées à l’intérieur de ses tribunes.

Il disparait après la seconde guerre mondiale, lors de l'agrandissement de l'aérodrome et sa transformation en aéroport moderne.

En 1943, on peut encore obbsever la position de l’hyppodrome

En 1945, l’hyppodrome est en partie detruit par les bombardements


L'aéroport Internationnal de Nice

Non loin de là, en mars 1912 l'aviateur Maicon installe sur le terrain de la Californie un aéro-club resté en service jusqu'en 1939

  • 1910, l'aviation est à la mode, Nice veut organiser des meetings. On aménage une première piste rudimentaire en empiétant sur l'hippodrome et un terrain de tir militaire.
  • 1934, L’idée de l'édification d'un aérodrome conforme aux possibilités de la Ville de Nice prend corps, mais son assiette était alors soumise à la préservation de l'hippodrome et des terrains de cultures maraîchères. Une vaste emprise sur la mer est envisagée mais les études restent en sommeil.
  • 1937, on construit un nouveau terrain d'aviation, sur le même site, après d'importants travaux de remblaiement et d'assainissement. La longueur de la piste n'est de seulement 700 m.
  • 1944, le Génie américain trace sur ces terres une piste Nord-Est-Sud-Ouest, afin de permettre l'envol des avions de reconnaissance et des bombardiers légers. La piste est doublée par les alliés, nécessitant le remblaiement de plusieurs hectares sur l'embouchure du Var.
  • Après-guerre, le quartier de l'Arénas a été complètement rasé par les bombardements qui ont détruit le pont sur le Var. Le champ de courses n'existe plus, les cultures maraîchères ont disparu.
  • En 1945, le Conseil général décide donc la construction d'un aéroport dont la piste aura 2 100 m, acceptant le déplacement de l'hippodrome vers Cagnes-sur-Mer.
  • 1946, ouverture au fret commercial, on remblaie à nouveau le Var pour allonger la piste à 2 200 m.
  • 1954, nouveaux remblaiements, nouvelle piste.
  • 1969, allongement à 3 000 m.
  • 1975, les structures étant devenues insuffisantes, un gigantesque programme d'extension fut lancé, construction d'une seconde piste et création d'un nouveau port. Pour cela, il faut avancer encore sur la mer. Le projet du port sera abandonné, suite à l'effondrement catastrophique d'une digue en 1979.
  • La seconde piste sera inaugurée 1983.

Le nombre annuel de passager de 1946 est devenu le chiffre journalier de l'année 2000. Aujourd'hui, Aéroport International Nice-Côte-d ‘Azur joue dans la cour des grands, derrière Paris.

Évolution de l’aéroport

1958

1972

1990

 

Additional Hints (No hints available.)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.