Skip to content

<

Part-Dieu : 800 ans d'histoire

A cache by Jacquet38 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 12/28/2019
Difficulty:
2.5 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size:   other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Le plus ancien document faisant référence à la Part-Dieu date de 1203, et atteste de l'existence d'un lieu-dit. Il s'agissait d'un très grand domaine agricole qui approvisionnait Lyon via le pont de la Guillotière, en traversant la frontière matérialisée par le Rhône. Car à cette époque, la rive gauche faisait parti du Saint-Empire romain germanique, puis du Dauphiné à partir de 1349, puis du Rhône avec la commune de la Guillotière à la Révolution, puis à Lyon en 1852.


Initialement, les terres sont gérées par les moines de St Irénée avec présence d'une ferme. Puis à la fin du XVème siècle, les terres passent sous la propriété de la famille les Rousselet, échevin de Lyon qui par la même, devient Seigneur de la Part-Dieu. En 1571, Jean le Mort, secrétaire ordinaire de Catherine de Médicis, le rachète et transforme la ferme initiale en maison forte aux tailles impressionnantes : 10000 m2 : la plus importante de la région. Entourée d'une muraille et d'un fossé, les terrains attenants atteignent 14 ha, et sont composés de 9 terres et prés.

D'autres reventes suivent et on arrive en 1670 : Marc-Antoine Mazenod, ancien échevin de Lyon, acquiert le domaine et lègue à sa fille Catherine, qui deviendra Mme de Servient et donnera son nom à la rue Servient.


Le 11 octobre 1711, un tragique évènement a lieu sur le pont de la Guillotière, bondé de monde qui revient de la vogue de Bron. Et surtout, dont les portes d'accès à Lyon sont baissées en raison de l'heure tardive. Le carrosse de Mme de Servient, qui rentre sur son domaine, entre en collision avec un charroi et se renverse. Tout est bloqué. Les chevaux s'emballent. Les gens se marchent dessus, passent par-dessus le parapet du pont. Ce qui crée un carnage,avec 200 à 300 victimes ! Prise de remords, Mme de Servient décidera quelques années plus tard de vendre son domaine à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu. Ainsi, tout le domaine agricole servira à nourrir les malades en fruits, viande,lait, miel, céréales...

Au cours du XVIIIème siècle, la population de Lyon passe de 90000 à 150000 habitants, avec l'essor de l'industrie de la soie. On s'agrandit "en hauteur" sur la presqu'île, mais la maximum constructible a été atteint.


L'idée de construire sur la rive gauche une ville nouvelle fait son chemin et verra sa réalisation en 1775 avec le plan Morand (qui a donné son nom au pont bien connu) avec des rues parallèles et perpendiculaires, facilement contrôlables par l'armée en cas d'émeutes-Dieu .


En 1793, la Part-Dieu est occupée par les armées républicaines lors du terrible siège de Lyon (voir cache GC5PMC7 – 1793 : Boulets du siège de Lyon). Ici, en ces lieux d'exécutions, seront enterrées les nombreuses victimes de ce siège (voir cache GC5GX58 – La chapelle des crânes (jiffax)).


A partir de 1830, de nombreux ouvrages militaires sont construits (après rachat des parcelles aux hospices civils de Lyon), pour prévenir d'une invasion venue par l'est : c'est la ceinture Rohault de Fleury. Il y a les forts des Brotteaux, de Villeurbanne (Montluc), de la Tête d'Or, des Charpennes (lunette) et de la Part-Dieu qui sera élevé en 1831. De même il y aura celui du Fort Lamothe, de la Vitriolerie (Quartier Général-Frère, toujours en place).


Mais l'ouvrage qui va réellement marquer le quartier de la Part-Dieu moderne que l'on connait aujourd'hui, va être construit en 1844. Il sera dédié à l'artillerie, et devra accueillir 2 régiments d'artilleurs et une école d'artillerie. Il s'étend sur plus de 18 ha.


La place centrale fera 261,2 m x 208,6 m. En plus des logements pour les soldats, les bâtiments pour les canons et la poudre, il faut aussi prévoir les écuries pour les nombreux chevaux affectés au transport des batteries de tir. Ainsi, la nouvelle caserne est conçue pour accueillir 3048 hommes,1600 chevaux et 24 officiers. Sans oublier toute l'intendance : fourrages pour chevaux, services vétérinaires, salle de désinfection et buanderie. Il faudra 16 ans pour tout bâtir. En 1855, toutes les unités de cavalerie de Lyon sont rassemblées à la Part-Dieu, les artilleurs étant déplacés à la Doua ou ailleurs. La caserne accueille alors 2066 chevaux !


Les plus anciens et les plus prestigieux régiments français vont se succéder à la Part-Dieu : le "2ème dragon" est le plus ancien (crée en 1635) ,il était présent aux victoires révolutionnaires et de l'empire (Austerlitz, Iéna, Eylau, Friedland...) sous la conduite du maréchal Grouchy. Plus tard, et jusqu'en 1940, des régiments de cuirassiers, hussards, dragons...se succèderont.

Au niveau urbanisation, la présence de 2000 militaires en permanence a profondément modifié le quartier : la population autour du fort a fortement grandi et les espaces agricoles ont petit à petit disparu.

D'autres faits marqueront le quartier : la fondation de la cité Rambaud en 1856, de la Préfecture (1890), l'arrivée du train (PLM) en 1859 qui suit la ligne des fort, la gare des Brotteaux...


Et aussi une toute petite gare de la Part-Dieu, qui servait essentiellement à l'armée, et plus tard pour le fret.

Après la 2nde guerre mondiale, les besoins militaires ne sont plus les mêmes, notamment en terme de cavalerie !...L'armée va partir et laisser à la ville des emprises immenses et prometteuses en terme d'urbanisation.


Ce sera la naissance du quartier moderne de la Part-Dieu que l'on connait, menée par les équipes du maire Louis Pradel à partir de la fin des années 1950.

Cette multi se propose de découvrir les rares vestiges laissés par cette longue histoire, les travaux de destruction des années 50-60 n'ayant pas laissé grand chose.

Pour démarrer cette multi, se rendre aux coordonnées de la page de présentation de la cache (point R1)

Vous êtes à un carrefour qui semble assez anodun. C'est pourtant là que les documents historiques (1203) attestent la présence d'un lieu-dit la Part-Dieu et surtout de l'implantation d'une maison forte et ferme ici même. On a peine à s'imaginer que l'on trouve ici au milieu d'un domaine agricole de plusieurs dizaines d'hectares qui nourrissait Lyon ! J'aurais aimé vous faire compter les moutons ou les arbres fruitiers, mais je n'en ai pas vu. Donc on se contentera de relever 2 chiffres sur un panneau lumineux pour piétons (voir photo ci-dessous)


Sous le cercle rouge, il y a plusieurs inscriptions. Celle qui est la plus basse est sous la forme XAB,où A et B sont 2 chiffres. Relever A et B.

Rejoindre ensuite le point R2, qui se trouve au niveau de la porte Deruelle, qui donne sur le boulevard Deruelle, qui jadis s'appelait le boulevard des casernes. Entrer par cette porte Deruelle dans un passage où sur la gauche, vous trouverez une grande fresque historique et chronologique sur l'histoire du quartier de la Part-Dieu.

C=Nombre de paysans représentés (ancienne ferme de la Part-Dieu)
D=couleur du pompon sur le casque du cuirassier : bleu (D=1) vert (D=2) rouge (D=3) jaune (D=4)

Rejoindre maintenant le point R3 en vous aidant du plan ci-dessous. Il faut rester au niveau 0 et tourner à droite dans le passage Servient (direction Tour Crayon).


Tout en déambulant dans le niveau 0, vous trouverez des plans similaires à la photo ci-dessus, avec les différents niveaux superposés.
Sous le rectangle rouge, il y a un mot au pluriel en lien avec l'histoire de la Part-Dieu.
E=nombre de lettres du mot sous le rectangle rouge

Arrivé dans le passage Servient, vous découvrez de nouvelles fresques sur la part-dieu, certaines assez avant-gardistes. Tout à gauche, au fond, il y a 6 personnages lyonnais historiques célèbres (ovale rouge).


F=nombre de lettres du prénom+nom du 1er personnage à gauche

Sortir du passage Servient puis rejoindre et monter l'escalier en R4. Sur votre droite, vous avez la tour crayon, construite entre 1972 et 1977. Son sommet (164,5 m) est à la même altitude que la basilique de Fourvière. Rejoindre le point R5 où vous apercevrez un regroupement de platanes qui semblent anoduns. Et pourtant...Ils sont très anciens. Il s'agit des derniers rescapés, avec ceux du point R6, des allées de platane qui bordaient la cour intérieure carré de la caserne. Avec une photo aérienne récente (voir ci-dessous), on devine l'alignement ancien des platanes autour de la cour centrale.


Et voici une vue aérienne ancienne des mêmes lieux, avec tous les platanes en place.


Au point R5, comptez le nombre de platanes (G)

Pour terminer, rejoindre le point R6, qui est un petit parc fait avec des anciens platanes de la caserne (voir photos ci-dessus). Un monument commémoratif datant de 1939 y a été implanté pour se souvenir du passé militaire du quartier. La stèle est non loin de l'ancienne entrée de la caserne. Plusieurs années sont mentionnées sur le monument.
H = année la plus récente - année la plus ancienne

La cache se trouve en :
N45°45,4xH + A + C + D + E +F – 1 | E4°51,(B)(AxG + C + D + 1)

Attention : l'accès à la cache peut se faire à toute heure. Cependant, certains indices ne sont accessibles que de 8h30 à 20h.

Additional Hints (Decrypt)

Qnaf yr purpxre

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.