Skip to content

<

Le sentier des bières belges #11 - Le lambic

A cache by Jym63 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 02/16/2020
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Le sentier des bières belges.

Cette balade a pour objectif de vous faire découvrir une partie importante du patrimoine belge.

En effet, fin 2016, La Belgique a obtenu que la culture de la bière en Belgique rentre au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Au Moyen-âge, l’eau était souvent contaminée. Les moines ont donc commencé à utiliser leurs connaissances en agriculture pour produire du vin. Le climat belge étant peu propice à la culture du raisin, les moines du plat pays, se sont naturellement orientés vers la production de bière.

Aujourd’hui, les bières belges demeurent reconnues dans le monde entier pour leur diversité impressionnante: fortes, fines, typiques, d’abbaye, trappistes, aromatisées, lagers… On a presque du mal à s’y retrouver ! Pas très étonnant lorsque l’on sait que le Belgique compte près de 1100 marques de bières pour environ 160 brasseries !

Mais s’il y a une chose importante à retenir c’est que la Belgique demeure le pays où la tradition des bières monastiques s’est perpétuée à travers les siècles. Il existe d’ailleurs différentes sortes de bières monastiques : les plus connues sont les bières d’abbaye et les bières trappistes.

Bière trappiste et bière d’Abbaye mais quelle est la différence ?

Les bières d’Abbaye

 

Les bières d’Abbaye sont des bières ayant un lien avec une Abbaye existante ou ayant existé. Grimbergen, par exemple, est une bière d’Abbaye. Elle est développée en collaboration avec les pères Prémontrés. Ces derniers vivent toujours dans l’Abbaye de Grimbergen située dans une petite ville des Flandres en Belgique. 

Les bières trappistes

 

Les bières trappistes sont des bières d’abbaye spécifiques. Ces dernières sont en effet brassées au sein des abbayes dites « trappistes » (c’est-à-dire appartenant à l’ordre cistercien de la stricte observance) par ou sous le contrôle des moines trappistes. Cette appellation est très contrôlée et seules 10 brasseries dans le monde (dont 6 belges) peuvent produire de la bière trappiste. Pour découvrir davantage ces bières d’exception, partez sur la piste des bières trappistes !

Les lambics

Les lambics sont brassés à partir d'environ 50-70 % de malt d'orge et 30-50 % de froment.

Au cours de la cuisson, on ajoute du houblon suranné (âgé de 2 à 3 ans).

Le moût est ensuite versé dans un bac refroidisseur très large et peu profond, en général installé sous le toit. Là, il refroidit à l'air libre durant une nuit, où il est ensemencé par des bactéries et des levures sauvages dont Brettanomyces bruxellensis et Brettanomyces lambicus, caractéristiques de la vallée de la Senne et du Pajottenland. Il n'y a pas d'ajout de levure contrairement aux ales ou aux pils. On parle de fermentation spontanée. Le procédé n'est utilisé que d'octobre à mai suivant l'adage : « En hiver, brasse qui veut ; en été, brasse qui peut. » Le reste de l'année il fait trop chaud, la bière ne refroidit pas assez vite et l'air est trop riche en bactéries nuisibles.

Le moût ensemencé est ensuite transféré en barriques de chêne ou châtaignier où il fermente et devient lambic. Ces barriques sont généralement achetées d'occasion à des producteurs de vin ou de porto en raison du prix élevé des barriques neuves. Elles sont entretenues et conservées le plus longtemps possible. La maturation du lambic peut durer plus de trois ans. Le processus est complexe ; certaines levures et bactéries sont rapidement très actives, d'autres se manifestent plus tard. Ceci est le procédé pour la méthode traditionnelle. Pour la méthode industrielle on emploie des fûts en métal.

Différents Lambic

  •     le lambic

Il s'agit d'une bière vieille de six à douze mois (lambic jeune) ou même jusqu'à trois ans (lambic vieux) environ, trouble, avec peu de pétillant. Elle n'est pas conditionnée en bouteille et on n'en trouve que dans certains cafés.

  •     la gueuze

La gueuze est produite par un assemblage de lambics jeunes et vieux qui provoque une refermentation secondaire en bouteille produisant le pétillant. Elle titre de 5 à 8 % vol.6 Elle est souvent qualifiée de « champagne de la bière ». Ses points communs avec le vin de Champagne sont l'utilisation de bouteilles de champagne et le fait qu'il s'agisse d'un assemblage de différents millésimes. Par contre on n'ajoute pas de liqueur de tirage. La gueuze n'est donc pas produite par une méthode champenoise.

  •     le faro

Le faro est un lambic adouci par l'ajout de sucre candi brun qui lui confère un goût caramélisé. C'est sous cette forme que le lambic était autrefois majoritairement consommé. Le succès de la pils et le développement de la gueuze et la kriek, permis par l'amélioration de la solidité des bouteilles et l'emploi de bouteilles à champagne, l'ont presque fait disparaître. Le faro doit être consommé assez rapidement car le sucre candi relance la fermentation. Malgré cette DLUO courte, quelques brasseurs proposent aujourd'hui du faro en bouteille.

  •     la kriek et autres lambics aux fruits

Les lambics fruités, notamment à la cerise (kriek), à la pêche (Pêcheresse) ou à la framboise, sont produites par le mélange de lambic jeune avec des fruits, sous forme de fruits entiers, de pulpe, ou de jus. S'ils sont présents, la peau, le noyau ainsi que les levures présentes sur le fruit participent à l'élaboration du goût. Les cerises utilisées pour la kriek ont un goût suret et le sucre qu'elles apportent se transforme en alcool. Les vraies krieks ont un goût très peu sucré. On trouve aussi des lambics au cassis, au citron, à la pèche… Pour des raisons autant pratiques qu'économiques (la saison des fruits est courte et les fruits sont souvent importés de l'étranger), on utilise parfois des fruits congelés avec un résultat convenable. Par contre, l'utilisation de jus ou de sirop pour les productions industrielles de certains brasseurs produit des bières fort sucrées plus apparentées à de la limonade qu'à de la bière-lambic.

Additional Hints (Decrypt)

Purepurm y'neoer ra sbezr qr yn 8 rzr yrgger qr y'nycunorg wr fhvf à fba cvrq.

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.