Skip to content

<

VV #020 Voie Verte Crémieu-Arandon

A cache by G.N.I.A Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 06/08/2020
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


La communauté de communes des Balcons du Dauphiné a procédé à l’aménagement d’une Voie Verte sur un tronçon de l’ancien chemin de fer de l’Est Lyonnais  afin de le rendre praticable à l’usage du vélo ou de la randonnée pédestre. La Voie verte est reliée à la ViaRhôna au niveau du secteur d’Arandon-Passins pour en devenir une boucle secondaire. De Crémieu à Arandon, 18 kilomètres aménagés sont proposés à tous.

Le tracé traverse, d’Ouest en Est, les communes suivantes : Crémieu, Dizimieu, Villemoirieu, Saint-Hilaire-de-Brens, Trept, Soleymieu, Courtenay et Arandon-Passins, en suivant une partie du tracé de l’ancien Chemin de Fer de L’Est Lyonnais.

C’est l’histoire de cette vieille ligne au service de l’économie locale que nous allons vous raconter au fil des descriptions des caches. Vous trouverez au gré du parcours, soit un petit bout de l'histoire soit des images d’un passé pas si lointain que cela.

Profitez des boites placées le long du parcours, vous trouverez majoritairement des tubes PET, mais aussi quelques autres boites, dont certaines sont un peu plus…. ʺsournoisesʺ, eh oui on a pas pu s'en empêcher, mais vous aimerez, ou pas...

L'extension vers Jallieu

Le réseau de l'Est de Lyon avait atteint en 1885 sa structure quasi-définitive, et les différentes lignes qui le composaient allaient connaître un important trafic qui irait en s'accroissant au fil des ans, en particulier pour les marchandises.

Les premiers embranchements particuliers, presque contemporains de l'ouverture des lignes, drainèrent d'abord le trafic des carrières, fours à chaux et fabriques de ciment situés dans la campagne. Cette situation conduisit l'exploitant à augmenter régulièrement la composition de son parc de matériel roulant (locomotives, voitures et wagons), à procéder très tôt à l'extension des bâtiments et des voies des gares les plus imposantes, ainsi que des installations du dépôt de Villeurbanne.

On poursuivit aussi la mise en place de nouveaux embranchements particuliers. On établit enfin un point d'échange pour les voyageurs à St.Didier-d'Aoste et un transit de marchandises à Aoste-P.L.M.

Au début de 1893, la société de l'Est de Lyon sollicita l'octroi de la concession d'un nouvel embranchement joignant St.Hilaire-de-Brens à St.Savin. Celui-ci devait desservir une imposante carrière de castine et des fours à chaux appartenant à M. GIRAUD. Cet industriel dauphinois expédiait jusqu'alors ses productions grâce à un chemin de fer à voie de 0,60 m reliant ses installations à la gare de St.Hilaire. Bientôt, le tracé projeté fut prolongé jusqu'à Jallieu, faubourg de Bourgoin dont il n'était séparé que par une rivière, la Bourbre.

ll fut bien sûr demandé à ce que la nouvelle ligne atteigne Bourgoin, mais la société E.L. mit une évidente mauvaise volonté à accepter cette extension, prétextant les difficultés qu'elle rencontrerait pour établir une gare dans cette localité, surtout en raison de l'inachèvement du boulevard de la gare.

Après de longues discussions, on limita le parcours à Jallieu et on envisagea d'établir un tramway à vapeur sur route pour atteindre la gare P.L.M. de Bourgoin-Jallieu.

Finalement, une convention fut signée le 3 avril 1896 entre le préfet de l'lsère et M. LEPAGE, directeur de l'E.L. Cet acte prévoyait entre autres l'organisation d'un service de voitures hippomobiles entre Jallieu et la gare P.L.M. de Bourgoin-Jallieu, où la compagnie disposerait d'un bureau pour la délivrance des billets directs.

Cette dernière ligne était en grande partie achevée dans le courant de l'année 1898. Dès le mois de septembre, un service provisoire fut établi pour transporter les betteraves à la distillerie de Jallieu, embranchée à proximité du terminus. L’ouverture définitive à l'exploitation n'eut lieu cependant que le dimanche 22 janvier 1899.

La commission constatait la conformité des travaux à quelques exceptions près (achèvement des déviations routières et empierrement des cours de gares).

Durant quelques années, la liaison routière entre le terminus E.L. de Jallieu et la gare P.L.M. de Bourgoin fut assurée par un ʺ car Ripert", omnibus à chevaux dont la caisse à plateformes extrêmes ouvertes était conçue sur le modèle des tramways de l'époque.

 


Association des Géocacheurs du Nord Isère et d'Ailleurs

Infos, actualités, astuces, aide à l'organisation d'events, ...

Cliquez sur le logo pour consulter leur site.


Additional Hints (No hints available.)