Skip to content

<

VV #041 Voie Verte Crémieu-Arandon

A cache by G.N.I.A Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 06/13/2020
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


La communauté de communes des Balcons du Dauphiné a procédé à l’aménagement d’une Voie Verte sur un tronçon de l’ancien chemin de fer de l’Est Lyonnais  afin de le rendre praticable à l’usage du vélo ou de la randonnée pédestre. La Voie verte est reliée à la ViaRhôna au niveau du secteur d’Arandon-Passins pour en devenir une boucle secondaire. De Crémieu à Arandon, 18 kilomètres aménagés sont proposés à tous.

Le tracé traverse, d’Ouest en Est, les communes suivantes : Crémieu, Dizimieu, Villemoirieu, Saint-Hilaire-de-Brens, Trept, Soleymieu, Courtenay et Arandon-Passins, en suivant une partie du tracé de l’ancien Chemin de Fer de L’Est Lyonnais.

C’est l’histoire de cette vieille ligne au service de l’économie locale que nous allons vous raconter au fil des descriptions des caches. Vous trouverez au gré du parcours, soit un petit bout de l'histoire soit des images d’un passé pas si lointain que cela.

Profitez des boites placées le long du parcours, vous trouverez majoritairement des tubes PET, mais aussi quelques autres boites, dont certaines sont un peu plus…. ʺsournoisesʺ, eh oui on a pas pu s'en empêcher, mais vous aimerez, ou pas...

La seconde guerre mondiale (1)

Suite à la mobilisation générale et conformément aux ordres ministériels, la compagnie de l'Est de Lyon dut rétablir à partir du 2 septembre 1939, dans le cadre de la mobilisation générale, un train de voyageurs de chaque sens, matin et soir, sur l'axe principal Lyon - St.Genix. Cette mesure reçut l'aval des autorités du département du Rhône tandis que celles de l’Isère, en accord avec la régie V.F.D., s'y opposèrent en vain. Finalement, les V.F.D. s'avérant incapables d'assurer ce trafic par suite de la réquisition de leurs autocars et de leurs conducteurs, la régie finit par accepter cette substitution au profit du chemin de fer. La situation se normalisa à partir du 30 octobre, le département de l'lsère ayant enfin accepté cette situation causée par l'état de guerre.

Dans ce cadre nouveau, le service voyageurs ferroviaire continua, comme pour les services routiers qu’il remplaçait, à relever de la responsabilité de la régie V.F.D. La compagnie de l'Est de Lyon devait reverser à celle-ci toutes les recettes et recevait, suivant une nouvelle convention, une rémunération au train / kilomètre effectué, indépendamment de la consistance du trafic.

Celui-ci allait croître dans une importante proportion durant les années de guerre, qui le virent passer de 390.000 voyageurs en 1940 à plus d'un million en 1944. En 1942, l’exploitant demanda à être intéressé aux recettes, à concurrence de 15 millièmes en compensation de l'augmentation des dépenses et des sujétions résultant de l'afflux de voyageurs.

Quant aux embranchements de Montalieu et de Jallieu, ils continuaient à être desservis pour les voyageurs par des autocars de l'entreprise Chollet, sous-traitante des V.F.D.

Si, en juin 1940, le réseau de l'Est de Lyon n'eut à subir aucune destruction, excepté quelques dégâts mineurs à la remise à locomotives de St.Genix, il n'en fut pas de même pour les lignes S.N.C.F. de la région. Deux d'entre elles se trouvèrent interceptées par la destruction des ponts sur le Rhône le 19 juin, ce qui allait avoir des conséquences directes pour l'exploitation de l'E.L.

- Sur la ligne Ambérieu - Montalieu-Vercieu, la rupture du pont de Villebois isola du réseau national un court tronçon dont l'exploitation technique et commerciale fut confiée à titre ʺ provisoire ʺ à l'Est de Lyon en attendant la reconstruction de l'ouvrage d'art.

- Sur la ligne Virieu-le-Grand - Pressins via Belley, la destruction du pont de Brégnier-Cordon entraîna l'abandon du tronçon de Brégnier-Cordon à St.Didier-d'Aoste, la S.N.C.F. ayant renoncé au rétablissement de cet ouvrage d'art. A partir de 1942, l'Est de Lyon reprit donc la traction et l'accompagnement des trains de marchandises sur la partie sud de la ligne subsistant entre St.Didier-d'Aoste et Pressins.


Association des Géocacheurs du Nord Isère et d'Ailleurs

Infos, actualités, astuces, aide à l'organisation d'events, ...

Cliquez sur le logo pour consulter leur site.


Additional Hints (No hints available.)