Skip to content

<

VV #047 Voie Verte Crémieu-Arandon

A cache by G.N.I.A Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 06/13/2020
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


La communauté de communes des Balcons du Dauphiné a procédé à l’aménagement d’une Voie Verte sur un tronçon de l’ancien chemin de fer de l’Est Lyonnais  afin de le rendre praticable à l’usage du vélo ou de la randonnée pédestre. La Voie verte est reliée à la ViaRhôna au niveau du secteur d’Arandon-Passins pour en devenir une boucle secondaire. De Crémieu à Arandon, 18 kilomètres aménagés sont proposés à tous.

Le tracé traverse, d’Ouest en Est, les communes suivantes : Crémieu, Dizimieu, Villemoirieu, Saint-Hilaire-de-Brens, Trept, Soleymieu, Courtenay et Arandon-Passins, en suivant une partie du tracé de l’ancien Chemin de Fer de L’Est Lyonnais.

C’est l’histoire de cette vieille ligne au service de l’économie locale que nous allons vous raconter au fil des descriptions des caches. Vous trouverez au gré du parcours, soit un petit bout de l'histoire soit des images d’un passé pas si lointain que cela.

Profitez des boites placées le long du parcours, vous trouverez majoritairement des tubes PET, mais aussi quelques autres boites, dont certaines sont un peu plus…. ʺsournoisesʺ, eh oui on a pas pu s'en empêcher, mais vous aimerez, ou pas...

La réduction du réseau (1)

Tandis que le Chemin de fer de l'Est de Lyon abandonnait définitivement à la route le transport des voyageurs, le trafic des marchandises croissait rapidement, en raison des importants transports de pierres et de ciment liés à la reconstruction puis à l'urbanisation des faubourgs lyonnais durant la période que les historiens nommeront les "trente glorieuses". L'exploitant éprouvait de ce fait de sérieuses difficultés pour faire face à la demande, et de nombreux wagons restaient en souffrance sur les voies d'échange de la gare aux marchandises de Lyon-Part-Dieu.

La voie ferrée nécessitait une réfection complète, y compris sur la ligne St.Hilaire - Jallieu inexploitée depuis 1943 et qu'on envisageait de remettre en service. L'ensemble de cette rénovation, estimé à 100 millions de francs, nécessita en première étape le lancement d'un emprunt garanti par les deux départements. A l'époque, ceux-ci participaient aux résultats de l'exploitation dans les proportions de 3/5èmes pour l’Isère et 2/5èmes pour le Rhône. On étudia à nouveau, sans grande conviction, l'électrification du réseau selon les normes de la S.N.C.F., en courant continu 1500 volts.

Pour résoudre toutes les difficultés qui se présentaient, et aussi pour sacrifier à la "mode" de nationalisations de cette époque, les deux départements engagèrent une procédure de résiliation anticipée de la concession, en vue du rattachement de l'Est de Lyon à la S.N.C.F. Cette administration, consultée en décembre 1946, répondit négativement au mois d'août 1947. Elle motivait son refus par le fait qu'elle voulait connaître au préalable la future politique de coordination du gouvernement avant de s'engager.

Pour résoudre les problèmes du moment, on s'orienta alors vers des solutions techniques plus efficaces. Les voies de la gare de Lyon-Est furent débarrassées des véhicules qui l'encombraient, la S.N.C.F. mit une troisième voie à la disposition de l'E.L. à la gare de Lyon-Part-Dieu où, en 1950, un raccordement direct fut substitué à la jonction en Z qui existait depuis le début du siècle. Ces mesures apportèrent une nette amélioration des conditions de transport.

On procéda à la remise en état de la voie et de nombreux wagons. La traction à vapeur vivait ses dernières années : après avoir envisagé l'achat de locomotives à la S.N.C.F., la direction prit en 1950 la décision de "diéseliser" le réseau. Cette mesure se concrétisa à partir de 1954 par l'arrivée de cinq locomotives diesel à transmission hydraulique, et les derniers trains à vapeur circulèrent en 1955.

Le trafic continua à progresser sur l'axe Lyon - Sablonnières - Bouvesse, tandis qu'il régressait sur les autres branches du réseau dont certaines allaient totalement disparaître dans le courant des années 50 :

- Dès 1946, l'E.L. avait abandonné son concours de traction sur la section de ligne S.N.C.F. Pressins - Aoste, qui fut fermée à tout trafic en 1954.

- En 1946 également, l'E.L. insista auprès de la S.N.C.F. pour qu'elle reconstruise le pont de Villebois sur le Rhône, afin que les usines de Bouvesse puissent être alimentées en wagons vides depuis le grand réseau plus commodément que par le transit d'Aoste. Cette reconstruction n'eut finalement jamais lieu, aussi en 1952 le court tronçon "temporairement" desservi par l'E.L. au nord de Montalieu-Transit fut-il définitivement abandonné.

- Le trafic n'ayant jamais repris depuis 1943 sur l'embranchement St.Hilaire - Jallieu, celui-ci fut déclassé par décret du 2 novembre 1954.


Association des Géocacheurs du Nord Isère et d'Ailleurs

Infos, actualités, astuces, aide à l'organisation d'events, ...

Cliquez sur le logo pour consulter leur site.


Additional Hints (Decrypt)

Gebvf

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)