Skip to content

<

VILLEROY : 05/09/1914 : La Brigade Marocaine

A cache by Mashnurse Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 06/10/2021
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


En 1912 , le Général Moinier, crée, les premiers régiments de tirailleurs. 

À la déclaration de guerre, cette Brigade s’appelle exactement la Brigade des Chasseurs Indigènes à Pied. 

 
Le 13 août 1914 : 5 bataillons sont envoyés en France, constitué en 2 régiments formant la Brigade marocaine, au total 4.338 soldats et officiers.
  
Le 16 août 1914 : la Brigade Marocaine débarque dans le port de Sète.

Le lendemain, elle est transférée à Bordeaux.

Entre le 22 et le 24 août 1914 : elle est dirigée par chemin de fer, au camp militaire de Châlons-en-Champagne.
 
Entre le 26 et le 28 août : elle est positionnée à Longueau, à 1 km à l’Ouest d’Amiens.

Entre le 29 août et le 3 septembre : retraite devant l’avance allemande, par Clermont et Senlis, vers Paris.

Le 4 septembre : la Brigade marocaine bivouaque à Saint-Mesmes, dans la plaine briarde.
 
Le 5 septembre 1914 :

Entre 14h00 et 17h00 : devant Neufmontiers, faisant partie de la 6e Armée française, les deux régiments de la Brigade Marocaine du général Ditte, après avoir dévalé les pentes du ru de Rutel, doivent attaquer, sans l’appui de l’artillerie, ni de mitrailleuses, les flancs de la colline du bois du Télégraphe, mamelon situé entre Neufmontiers et Penchard. 

En gravissant les pentes de l’objectif, les 2 régiments de tirailleurs marocains sont pris par le feu intense de l’ennemi. Les officiers et sous-officiers, chargeant en avant, sont fauchés par les balles ennemies. 

Dans cette Brigade Marocaine, le lieutenant Alphonse Juin (26 ans) combat dans le 2e régiment, commandé par le chef de bataillon Henri Poeymirau.
 
Pour leur baptême du feu en France, les tirailleurs marocains ont subi d’énormes pertes !

 

L’assaut sur Penchard et le bois du Télégraphe a échoué, c’est la retraite forcée. Les rescapés de la Brigade Marocaine doivent se replier sur Villeroy et Charny. Sur le terrain c'est un véritable massacre, chez les officiers 9 tués et 18 blessés et 1.150 hommes tués, blessés ou disparus ! 

 

Les blessés qui pourront être évacués, seront dirigés et soignés sur Charny, le collège de Juilly, Claye-Souilly et Torcy.

Les tués de la Brigade Marocaine, seront inhumés individuellement sur le champ de bataille.

En février 1920, les tombes seront rassemblées dans un cimetière provisoire, au pied de la colline du bois du Télégraphe.

Les soldats de cette Brigade Marocaine partirent précipitamment du Maroc, sans avoir de plaque d’identité, ce qui explique le nombre important de soldats enterrés et restés inconnus, à de rares exceptions près. 

En mai 1924, tous les corps des tirailleurs marocains seront transférés dans l’ossuaire D du cimetière militaire national français de Chambry.

Le 6 septembre 1914 :

Entre 6h00 et 7h00 du matin, arrivant de Charny et de Villeroy, où les rescapés de la Brigade Ditte s’étaient repliés, après les combats meurtriers de la veille, les premiers tirailleurs marocains occupent le village de Neufmontiers, abandonné cette nuit, par les Allemands.

Du village de Neufmontiers, les tirailleurs marocains prennent la direction Est, objectif : le village de Chambry et les hauteurs de la Marne.

10h00 : Chambry : Les derniers Allemands en arrière-garde, ont évacué dans la matinée la partie Nord du village, notamment autour du cimetière. 

Le 1er Régiment de la Brigade Marocaine tente de progresser du cimetière, vers les lignes allemandes, mais l’artillerie et les mitrailleuses ennemies répondent avec vigueur. L’attaque française échoue, les pertes sont importantes.

Le 2e régiment marocain, situé en 2e ligne, subira aussi des pertes sensibles.

Dans l’après-midi à Chambry, les tirailleurs marocains après leurs assauts infructueux devant le cimetière du village, l’utilisent comme fortin, malgré le bombardement intensif allemand.

Dans la soirée, les tirailleurs marocains se replieront sur Penchard.

 

La Brigade Marocaine durement éprouvée la veille, subira encore d’autres pertes, et notamment le 11 septembre 1914, lors de la retraite de l’armée allemande, dans le secteur de Soissons, avec les rudes combats dans le village de Chaudun et le 16 septembre, sur la crête de Crouy-sur-Aisne, près de Soissons. 

Le 22 septembre 1914, en raison de ses lourdes pertes, la Brigade de Chasseurs Indigènes à Pied, dite Brigade Marocaine, réduite à 700 hommes, sera dissoute, pour devenir officiellement le 1er Régiment de Tirailleurs Marocains

 

 

Additional Hints (Decrypt)

zntaégvdhr

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)