Skip to Content

<

Le belvédère du Revard

A cache by Gubou et Titichu Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 10/27/2012
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Flag Counter


Le belvédère du Revard TRADUCTION==> FrançaisEnglishDeutchItalianoEspanol




                   Le belvédère du Revard


   Perché sur les contreforts du massif des Bauges, le plateau de Savoie Grand Revard a su se préserver du temps et conserver une grande diversité de milieux naturels qui feront le bonheur des petits et des grands. Des alpages verdoyants aux falaises calcaires en passant par les tourbières, la découverte des paysages et des villages traditionnels est une étape indispensable pour se familiariser avec le patrimoine de Savoie Grand Revard. Ici, la comparaison avec le Canada est assez troublante. Au belvédère, un panorama à 360° permet de voir, de la  chaîne de Belledonne, aux massifs du Beaufortain, des Bauges, de la Chartreuse, du massif du Mont-Blanc, du Vercors du Jura et une très belle vue sur le lac du Bourget, le plus grand lac naturel français.

Le massif du Vercors

    Le Vercors est un massif karstique percé de nombreuses cavités (gouffre Berger, Trou Qui Souffle, etc.) réputées, formées par l'action de l'eau.
    Le plateau près de Villard-de-Lans est un poljé. Le Vercors présente une alternance de versants abrupts pouvant atteindre 300 m de hauteur, correspondant à l'érosion des calcaires durs, résultant de la formation de récifs coralliens dans une mer tropicale peu profonde, et de versants moins pentus correspondant à l'érosion de marnes ou de roches marno-calcaires plus tendres formées dans une mer un peu plus profonde, ainsi qu'une zone de hauts-plateaux peu fréquentés. Cette sédimentation initiale remonte à la seconde moitié de l'ère secondaire (vers -150 à -65,5 millions d'années).
    Ultérieurement, durant le Miocène (- 23 à - 5,3 millions d'années), au cours de différentes transgressions marines, une sédimentation secondaire a formé les molasses présentes au pied du massif, à la suite du creusement des gorges et de l'érosion des falaises par l'action du ruissellement.
    L'érection du massif Alpin a ensuite repoussé le massif vers l'ouest tout en soulevant d'environ 2 000 mètres les sédiments devenus roches calcaires. Ce soulèvement, en raison de la dureté de la roche, a créé de nombreux plis et failles. Il culmine à 2341 m au sommet du Grand Veymont et s'étend sur une surface assez vaste, occupant principalement toute la partie est de la Drôme ainsi qu'un petit bout de l'Isère.

Le massif de la Chartreuse
    Le paysage actuel s’est formé sous l'eau durant l’ère secondaire. La plaque eurasienne était rattachée à la plaque américaine et était séparée de la plaque africaine par un rift océanique. Un océan, nommé  Thétys  , allait de la Méditerranée actuelle jusqu'à l'extrême orient actuel. Les futures roches des Alpes et de l'Himalaya sont sous cet océan.
    Le relief de la Chartreuse se caractérise, majoritairement, par la roche calcaire. Le calcaire est une roche sédimentaire formée par sédimentation marine au fond des océans. Pendant des millions d’années, des dépôts de squelettes de planctons, d'animaux, de végétaux marins, de coraux tombent au fond de la mer dans un liant de poussières qui, par tassement, sous son propre poids, finit par acquérir cohésion et solidité. Les grimpeurs escaladant une paroi calcaire, remontent le fil du temps et grimpent sur l'héritage de la vie passée sur Terre. Une paroi de 400 m peut représenter 10-15 millions d'années.
    Culminant à 2082 m au sommet de Chamechaude d'où la vue est, évidemment,
 des plus intéressantes, ce massif est très enneigé en hiver de par sa position avancée qui lui permet de retenir et de bloquer les perturbations neigeuses.


    Le Parc Naturel Régional de la Chartreuse offre quelques points de vue remarquables sur les environs (Charmant Som, Dent de Crolles, Granier, La Sure), et possède des atouts saisonniers qui le rendent intéressant (photographiquement parlant) à toutes les époques de l'année (blancheur hivernale, champs de jonquilles et crocus printaniers, verdure estivale ou encore couleurs automnales de ses nombreuses forêts).

    Enfin, la faune alpine habituelle y est évidemment présente ; ainsi, les chamois du Charmant Som, difficilement manquables, feront par exemple le bonheur des amateurs de photos animalières.

Le massif de Belledonne
    Le massif de Belledonne est un massif cristallin externe. Le granite est présent dans certaines zones (vallon de Bourbière), mais on trouve principalement du gneiss amphibolique. Le massif est très travaillé tout au long de l'hiver par des gels et dégels successifs (cryoclastie ou gélifraction). Dans les soubassements du massif, le schiste est dominant. La chaîne de Belledonne fait partie de l'arc alpin qui prend de l'altitude, à raison de 1 mm par an, en moyenne. Elle se déplace également vers le sud-est à une vitesse relativement élevée de plusieurs centimètres par an. Ce dernier phénomène se manifeste par des éboulements et des glissements de terrain relativement fréquents dans la vallée de la Romanche. S'étirant du nord au sud, à l'est de la vallée du Grésivaudan, au nord de Grenoble, il fait ainsi face au massif de la Chartreuse.
    Son altitude assez élevée, 2997 m au sommet de son point culminant, le Grand Pic de Belledonne, en fait un vrai massif de haute montagne avec toutes les particularités que cela entraîne en terme de climat, végétation et faune. L'enneigement y est souvent très correct et les hauts sommets gardent des nevés tout au long de l'année avec même quelques "restants" de glacier sur les plus élevés d'entre eux.
    Les marmottes, chamois ou bouquetins sont, bien sûr, au rendez-vous et les lacs sont aussi présents offrant de nombreuses perspectives de balades intéressantes, dont on ne rentrera jamais déçu.
    Vu de loin depuis les massifs environnants, ou de l'intérieur, en arpentant ses sommets, le massif de Belledonne possède un charme indéniable.

Le massif du Beaufortain
    Le massif du Beaufortain est, pour moitié, cristallin (nord et ouest) et, pour moitié, sédimentaire (sud-est, paradoxalement la zone la plus élevée).
    Massif intérieur, moins connu, n'étant à l'instar de l'Oisans ou des Aravis ni un parc national, ni un parc régional, il a cependant plus d'un atout dans sa poche.
    Les Saisies constitue la seule grande station de ce massif sauvage et qui a su conserver son identité au fil des ans et ne pas se laisser emporter par la fièvre de l'or blanc, pendant que certains massifs se laissaient coloniser par les pylones de téléphériques et autres canons à neige rarement flatteurs pour leur esthétisme...
    En son coeur, le Cormet de Roselend, fermé en hiver, renforçant ainsi l'isolement du massif, col aussi beau que méconnu, en est la parfaite illustration.
    Peut-être plus encore que ses massifs voisins, le Beaufortain, voisin du Mont-Blanc, et qui culmine en son centre à 2999 m au sommet du Roignais (toutefois, sa délimitation est dure à faire et si on inclut les sommets orientaux frontaliers dont plusieurs dépassent les 3000 m, il culmine alors à 3816 m à l'Aiguille des Glaciers) est un massif idéal pour aller admirer toute la beauté sauvage de la faune alpine.

Le massif du Mont-Blanc
    Le massif du Mont-Blanc fait partie des massifs cristallins externes des Alpes. Il est essentiellement granitique, mais l'on y trouve également des affleurements de,gneiss, selon cette répartition : le cœur du massif (vallée Blanche) et l'est (glacier du Tour, glacier du Trient) sont dans le pluton granitique tandis que la partie occidentale (sommet du mont Blanc, lui-même, Dôme du Goûter, le secteur de Tré-la-Tête) est constitué principalement de gneiss. Ce sont, en fait, d'anciennes roches hercyniennes reprises dans l'orogenèse alpine.
    Le massif du Mont-Blanc est un massif montagneux des Alpes franco-italiennes, où se dresse le mont Blanc, plus haut sommet d'Europe occidentale qui culmine à 4810 m . Il est traversé par le tunnel du Mont-Blanc, entre Chamonix dans la vallée de l'Arve et Courmayeur dans la vallée d'Aoste. Les riverains du massif sont appelés Montblanais.


    Ce massif est relativement restreint en superficie puisqu'il s'étend sur seulement 400 km² environ, mais il empiète sur trois pays : il est situé, en grande partie, sur le département français de la Haute-Savoie, mais aussi de la Savoie, sur le val d'Aoste italien et le Valais suisse.

Il est très homogène, c'est-à-dire que peu de vallées entrecoupent le relief, si ce n'est le Val Veny, en amont de Courmayeur, côté italien, qui isole quelque peu le sommet de Lancebranlette. En effet, les glaciers occupent les dépressions jusque bas dans les vallées, et les torrents qu'ils alimentent ne suffisent pas à éroder le massif.
    C'est, évidemment, un massif qui se caractérise par un climat de haute montagne, recouvert, en grande partie, de neige et de glace, pratiquement toutes les précipitations se faisant sous forme de neige au-dessus de 4000 m.

Le massif des Bauges
    La surrection des Alpes a entraîné l'élévation et le plissement des grandes couches calcaires formées par sédimentation marine à l'ère secondaire. Les sommets des Bauges sont ainsi principalement constitués de calcaires urgoniens. Les reliefs sont typiquement de type subalpin avec de magnifiques synclinaux perchés comme celui de l'Arclusaz (relief inversé). Le karst du massif contient une ressource précieuse : une grande partie de l'eau qui alimente le lac d'Annecy, le lac du Bourget et la combe de Savoie, ce qui représente une énorme quantité d'eau potable.
    Les Bauges, massif montagneux  des préalpes françaises du Nord, se situent à cheval sur les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie et culminent à  2217m à l'Arcalod.
    Le cœur du massif forme le pays des Bauges, façonné par l'élevage laitier traditionnel alors que les pentes externes du massif appartiennent, historiquement, aux versants des grandes vallées environnantes.
    Tant par la richesse de la faune que par celle de la flore, le patrimoine naturel est remarquable et constitue l'un des atouts majeurs du Parc naturel régional du Massif des Bauges créé en 1995.
    Les Bauges sont comprises entre le massif des Bornes et la chaîne des Aravis au nord-est (au-delà du lac d'Annecy) et le massif de la Chartreuse au sud-ouest, et sont également bordées par le lac du Bourget à l’ouest. De plus, sur leur versant sud-est, correspondant à la vallée de l'Isère (combe de Savoie), elles sont entourées par les hauts massifs internes de Belledonne et de la Vanoise, et à l'est de l’Arly par le Beaufortain.
    Géographiquement, les Bauges sont constituées de plusieurs chaînons dessinés par les nombreux torrents de montagne et se terminent au nord par le Semnoz qui s'étend jusqu'au cœur d'Annecy. Le Châtelard, bourg principal, qui occupe une cluse centrale traversée par la rivière Chéran, marque la limite entre les «Bauges devant », au sud-est, enchâssées entre les plus hauts sommets, et les «Bauges derrière », au nord-ouest, ouvertes sur de larges plateaux.
    Le massif des Bauges présente un climat classique de massif préalpin, comparable à celui de la Chartreuse, avec des chutes de neige abondantes en hiver et des redoux plus marqués que dans les massifs intérieurs.

Le massif du Jura
    Pendant le Jurassique, la région était  une mer chaude peu profonde (la mer Jurassique), avec une profusion biologique et corallienne comparable à l'actuelle mer Rouge. Au cours du Crétacé, le Jura va peu à peu émerger. Bien plus tard, à la fin de l'ère Tertiaire (Néogène), la poussée du massif alpin va entraîner la déformation des séries sédimentaires, qui vont se plisser et se failler. Le Jura va alors acquérir sa forme actuelle de « croissant », lequel contourne le nord-ouest du massif alpin.
    Le Jura, composé de roches calcaires, donc généralement perméables, peine à retenir l'eau en son sein. Il en résulte un système karstique complexe où l'alternance de bancs calcaires et marneux conditionne la présence ou l’absence d’eau en surface. Les zones où le calcaire affleure sont, en effet, caractérisées par une infiltration des eaux météoriques vers un réseau hydrographique souterrain important, processus qui se traduit en surface par la présence des formes géomorphologiques caractéristiques des zones karstiques (dolines, lapiaz, gouffres...). Au contraire, les zones d’affleurement marneux (substrat imperméable argileux) se caractérisent par une restitution de l’eau au réseau hydrographique de surface (résurgences, fontaines, sources...) ou par la présence de zones de stagnation de l’eau (lacs, tourbières, marais...) qui ne peut s’infiltrer vers les aquifères calcaires. On trouve aussi dans le Jura de nombreux lacs d’origine glaciaire qui se situent au fond de combes où un substrat morainique datant des grandes glaciations quaternaires (Günz, Mindel, Riss, Würm) garantit l’imperméabilité du sous-sol.
    En France, le Jura recouvre essentiellement la région Franche-Comté, s'étend au sud dans la région Rhône-Alpes, à l'est du département de l'Ain où se trouve son point culminant, le Crêt de la Neige, à 1720 m et au nord-ouest du département de la Savoie (chaîne de l'Épine et Dent du Chat). Ses sommets les plus à l'ouest débordent en Bourgogne tandis que le nord du Jura français se trouve à l'extrême sud de l'Alsace. En Suisse, le Jura recouvre la frontière ouest avec la France, dans les cantons de Bâle, Argovie, Soleure, Jura, Berne, Neuchâtel et Vaud.


    Pour valider cette Earthcache, il vous faut répondre aux quatre questions suivantes : vous trouverez les réponses sur place.

- Combien  de vigies se trouvent au belvédère ?
- Altitude du sommet le plus haut sur la vigie V ?
- Altitude du sommet le plus haut sur la vigie II ?
- Hauteur et largeur des vigies en cm ?

    Envoyez vos réponses sur notre profil pour validation et n'hésitez pas à mettre des photos sans dévoiler les réponses.
Bonne géochasse!

Nos sources:
    -Wikipédia
    -geol-alp.com
    -paysage-de-montagne.com
    -Traduction Google

Photos are in the french version
   
Perched on the foothills of the Bauges, high plain Savoie Grand Revard has managed to preserve time and maintain a wide variety of natural environments that will delight young and old alike. Green pastures of the limestone cliffs through bogs, discover the landscapes and traditional villages is an essential step to familiarize themselves with the heritage of Savoie Grand Revard. Here, the comparison with Canada is quite disturbing. The belvedere, a 360 ° panorama you can see,  Belledonne,  Beaufortain, Bauges, Chartreuse,  Mont Blanc, Vercors, Jura and a beautiful view on the lake Bourget, the largest natural lake in France.

Vercors

    The Vercors is a karst massif pierced many cavities (pit Berger, Blowing Hole, etc...) Deemed by the action of water.
     The plateau near Villard-de-Lans is a polje. The Vercors has an alternation of steep slopes up to 300 m in height, corresponding to the erosion of hard limestone, resulting in the formation of coral reefs in shallow tropical sea, and less steep slopes corresponding to the erosion of marl or marly limestone rocks formed in a softer sea a little deeper and a region of highlands infrequently. This initial settling back to the second half of the Mesozoic era (about -150 to -65,500,000 years).
     Subsequently, during the Miocene (- 23 to - 5.3 million years), during different marine transgressions, secondary sedimentation formed molasses present in the foothills, following the widening of the gorge and the erosion of cliffs by the action of runoff.
     The erection of the Alpine massif then pushed the massive westward while pulling about 2000 meters sediments become limestone. This uprising, because of the hardness of the rock, has created numerous folds and faults. It rises to 2341 m at the summit of Grand Veymont and extends over an area large enough, dealing primarily throughout the eastern part of the Drôme and a little bit of Isère.

Chartreuse

    The current landscape was formed by water during the Mesozoic era. The Eurasian plate was attached to the American plate and was separated from the African plate by oceanic rift. An ocean named Tethys, ranged from the Mediterranean to the Far East now current. Future rocks of the Alps and the Himalayas are in the ocean.
     The relief of the Chartreuse is characterized mainly by limestone. Limestone is a sedimentary rock formed by marine sedimentation on the ocean floor. For millions of years, deposits of skeletons of plankton, animals, marine plants, corals fall to the bottom of the sea in a binder dust by compaction under its own weight eventually gain cohesion and strength. Climbers climbing a limestone wall, the back over time and climb on the legacy of past life on Earth. A wall of 400 m may represent 10-15 million years.
     Culminating at 2082 m at the top of Chamechaude where the view is, of course, very interesting, this massif is very snowy in winter due to its advanced position allows it to retain and block snow disruption.
     The Regional Natural Park of Chartreuse offers some remarkable views of the surrounding area (Charmant Som, Dent de Crolles, Granier, The Sure), and has seasonal advantages that make it interesting (photographically speaking) at all times of the year (winter whiteness, fields of daffodils and crocuses in spring, green summer or autumn colors of its many forests).
     Finally, the usual alpine fauna is obviously present, so the chamois of the Charmant Som, manquables difficult, for example will delight lovers of animal pictures.

Belledonne

    The Belledonne is an external crystalline massif. The granite is present in some areas (valley Bourbière), but there are mainly amphibolite gneiss. The massif is worked throughout the winter freezes and thaws (or cryoclastie gelifraction). In the basement of the massif, the shale is dominant. The Belledonne part of the Alps which climbs at a rate of 1 mm per year, on average. It also moves southeast at a relatively high speed of several centimeters per year. This phenomenon manifests itself by landslides and mudslides relatively frequent in the Romanche valley. Stretching from north to south, east valley Grésivaudan north of Grenoble, it does so against the massif of the Chartreuse.
     Its relatively high altitude, 2997 m at the summit of its climax, the Grand Pic Belledonne in fact a real massive mountain with all the features that entails in terms of climate, vegetation and wildlife. The snow is often very correct heights and keep snowfields throughout the year with very few "remaining" glacier on the highest of them.
     Marmots, chamois and ibex are, of course, the appointment and lakes are also present offering many opportunities for interesting excursions, which we will never return disappointed.
     Seen far from the surrounding mountains, or inside, pacing its vertices, the Belledonne has an undeniable charm.

Beaufortain

    The Beaufortain is, half lens (north and west), and half, sedimentary (southeast paradoxically the highest zone).
     Massive inside, less known, not being like the Oisans or Aravis or a national park or a regional park, however, he more than one asset in his pocket.
     Seizures are the only large wild massif Station and has preserved its identity over the years and not get caught up in the excitement of white gold, while some let themselves be colonized by massive pylons of cable and other snowmaking rarely flattering to their aesthetic ...
     At its core, the Cormet de Roselend, closed in winter, thus reinforcing the isolation of solid neck as beautiful as unknown, is a perfect illustration.
     Perhaps even more than its massive neighbors, Beaufortain neighboring Mont Blanc, which culminates in the center to 2999 m at the top of Roignais (although its boundary is hard to do and if we include the vertices whose eastern border more over 3000 m, 3816 m peaks then the Aiguille des Glaciers) is a massive ideal to admire the beauty of wild alpine fauna.

Mont-Blanc

    The Mont Blanc is one of the external crystalline massifs of the Alps. It is mainly granite, but there are also outcrops, gneiss, according to this distribution: the heart of the massif (White Valley) and east (Tour glacier, glacier du Trient) are in the granitic pluton while the western part (summit of Mont Blanc itself, Dome of Taste, sector Tré-la-Tête) consists mainly of gneiss. They are, in fact, ancient rocks in Hercynian times the Alpine orogeny.
     The Mont Blanc massif is a Franco-Italian Alps, which rises Mount Blanc, the highest mountain in Western Europe, which rises to 4810 m. It is crossed by the tunnel of Mont Blanc from Chamonix in the valley of the Arve and Courmayeur in the Aosta Valley. Residents are called Montblanais.
     This massif is relatively small in size because it only covers 400 km ², it encroaches on three countries: it is located, in large part, on the French department of Haute-Savoie, Savoie but also, the Italian Aosta Valley and the Swiss Valais.
It is very homogeneous, that is to say little valleys intersect the relief, if not the Val Veny, Courmayeur upstream from the Italian side, which somewhat insulates the top of Lancebranlette. Indeed, glaciers occupy depressions up low in the valleys and streams that supply is not sufficient to erode the mountains.
     This is obviously a massive climate is characterized by a high mountain, covered, in large part, snow and ice, almost all by precipitation as snow above 4000 m.

Bauges

    The uplift of the Alps led to the elevation and folding of large limestone layers formed by marine sedimentation in the Mesozoic era. Peaks Bauges are mainly composed of limestone and urgoniens. The reliefs are typically subalpine type with beautiful perched synclines like the Arclusaz (inverted relief). Karst massif contains a valuable resource: a large part of the water that feeds the lake of Annecy, Bourget Lake and the Combe de Savoie, which is a huge amount of water.
    Wallow, mountains of northern French Pre-Alps, straddle the departments of Savoie and Haute-Savoie and the peak at 2217m Arcalod.
    The heart of the country as massive Bauges shaped by traditional dairy farming while the outer slopes of the massif belong historically to large watersheds surrounding valleys.
    Both the richness of the fauna by the flora, natural heritage is remarkable and is one of the major advantages of the Regional Natural Park of Bauges created in 1995.
    Bauges are between the terminals and the massive Aravis northeast (beyond Lake Annecy) and the Chartreuse massif to the south-west, and are bordered by the Lac du Bourget in west. More on their south-eastern slope, corresponding to the valley of the Isère (Combe de Savoie), they are surrounded by high mountains internal Belledonne and Vanoise, and east of the Arly Beaufortain.
    Geographically, Bauges consist of several chains designed by the numerous mountain streams and ending at the north Semnoz that extends to the heart of Annecy. The Châtelard main town, which occupies a central gorge crossed by the river Cheran, marks the boundary between the "before Bauges" southeast, embedded between the highest peaks and the "Bauges behind" northwest , opened on large trays.
    The Bauges has a climate typical massive foothills, comparable to the Chartreuse, with snowfalls in winter and thaw more marked than in the massive interior.

Jura

    During the Jurassic, the area was a shallow warm sea (the sea Jurassic), with a profusion biological and coral comparable to the current Red Sea. During the Cretaceous, the Jura will gradually emerge. Much later, at the end of the Tertiary (Neogene), the thrust of the Alps will cause deformation of the sedimentary series, which will wrinkle and Failler. Jura will then acquire its current form "crescent", which bypasses the northwestern Alps.
    Jura, composed of limestone, so generally permeable, just to retain water within it. This results in a complex karst system where alternating limestone and marl beds determines the presence or absence of surface water. Areas where limestone outcrops are, in fact, characterized by infiltration of meteoric water into a drainage underground important process that results in the presence of surface geomorphological forms of karst features (sinkholes, karren, sinkholes ... ). Instead, the outcrop zones marl (clay impermeable substrate) are characterized by a release of water to surface water network (resurgences, fountains, springs ...) or by the presence of zones of stagnant water (lakes, bogs, marshes ...) that can seep into the limestone aquifers. Also found in the Jura many glacial lakes that lie at the bottom of valleys where a large substrate moraine dating Quaternary glaciations (Günz, Mindel, Riss, Würm) guarantees the impermeability of the subsoil.
    In France, the Jura essentially covers the region of Franche-Comté, extends south into the Rhône-Alpes region, east of the department of Ain where its climax, the Cret de la Neige in 1720 m northwest of the department of Savoie (chain of Thorn and Dent du Chat). Its vertices to the west beyond Burgundy while the northern French Jura is located in the extreme south of Alsace. In Switzerland, the Jura covers the western border with France, in the cantons of Basel, Aargau, Solothurn, Jura, Bern, Neuchâtel and Vaud.

To validate this Earthcache, you must answer the following four questions: you will find the answers on the spot.

- How many "Vigies" are on the belvedere?

- Elevation of the highest point on the "Vigie" V?
- Elevation of the highest point on the "Vigie" II?
- Height and width of "Vigies" in cm?
   
 Send your answers on our profile for validation and do not hesitate to post pictures without revealing the answers.

Géochasse good!

Our references :
     -Wikipedia
     -geo-alp.com
     -paysage-de-montagne.com
     -Google translation

Additional Hints (No hints available.)



 

Find...

248 Logged Visits

Found it 232     Write note 15     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 88 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.