Skip to content

<

HHS-A river flows through it (Une rivière y coule)

A cache by Parks Canada Parka Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 12/14/2012
Difficulty:
3 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size:   micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

ENGLISH // FRANÇAIS

The Heritage Hide’n’Seek Geocache Series isn’t your typical history or geography lesson. Get ready to explore Northern Ontario and discover how its people, places and events shaped the Canada we know today. Find the caches, answer the questions, collect at least 100 points, and you’ll be eligible for a collectible Heritage Hide‘n’Seek geocoin.

Send your completed passport to:

Parks Canada—Geocache Series, 201 – 201 May Street North, Thunder Bay, Ontario, P7C 3P4

Bring your own pencil, as each cache is only large enough to contain a logbook (no trade items, please).

All geocaches are accessible directly from trails or public areas.

Cache may not be accessible in winter.

This cache is worth 30 points.

This multi-cache will take you to three locations in Thunder Bay significant in Canadian history. You may want to use a vehicle (car or bike, not boat) to get to each of the stages of the cache.

Your tour starts at the original Fort William fur trading post location.

A group of Montreal businessmen formed the North West Company (NWC) in 1784. By moving farther into the western interior, the Company challenged the long-established fur trading monopoly of the Hudson’s Bay Company (HBC). Since it wasn’t possible to travel from Montréal to the isolated posts and back within a summer, a midway point was needed. Initially, the Nor’Westers used Grand Portage near the Pigeon River, in what is now Minnesota. But, a new American border and taxes persuaded the NWC to look for a location in British-held territory.

Using an old French route, the Company built Fort Kaministiquia here, where the river empties into Lake Superior. In 1807, the fort was renamed Fort William, in honour of William McGillivray, Chief Director of the NWC from 1804 to 1821.

Every summer a ‘rendez-vous’ was held at the Fort. At this time, partners of the company would hold their annual meeting, furs would be traded for goods and supplies, employees would be paid, and everyone would make merry.

Following the merger of the NWC with the HBC in 1821, furs were shipped primarily along northern HBC routes, and the importance of Fort William declined. The fort closed in 1881, and the last original structure (a stone store) was demolished in 1902 to make way for the Canadian Pacific Railway.

Plaque and monument for Fort William
Plaque and monument for Fort William, © Parks Canada / Parcs Canada

Using the Fort William plaque, decipher the clues below to determine your next destination at Prince Arthur’s Landing.

N 48° _6.058 W 89° _3.0__

First Blank: Third digit of the year Fort William’s use declined
Second Blank: Number of ‘e’s in the plaque’s title
Third Blank: Total number of letters in the first line of French text on the plaque


Simon Dawson landed here In 1869. He was an engineer hired to construct a road from Lake Superior to Fort Garry on the Red River (today Winnipeg). A year later an expeditionary force, sent to suppress Louis Riel’s Red River resistance, camped here at the Depot. The landing site was eventually named in honour of Prince Arthur, third son of Queen Victoria.

Shipments of grain from the Prairies brought more and more people to the growing community. In 1883, the Canadian Pacific Railway built the first grain elevators here, and the town was renamed Port Arthur. Twenty years later, the Canadian Northern Railway selected Port Arthur as the central terminus for its railway line. In 1970, Port Arthur amalgamated with Fort William to become the City of Thunder Bay.

View of tourist pagoda and Port Arthur, circa 1909
View of tourist pagoda and Port Arthur, circa 1909, © Library and Archives Canada/Bibliothèque et Archives Canada (PA21347)

Ready to be a tourist? You’re headed to the oldest operating tourist bureau in Canada. Use the Port Arthur plaque and the following clues to decipher the coordinates for your next destination.

N 48° 2_.067 W 89° 1_._85

First blank: Third digit of the year Dawson began construction of Red River Road
Second blank: Last digit of the year the first grain elevator was built in Port Arthur
Third blank: Third digit of the year Port Arthur became a terminus for the Canadian Northern Railway

Erected in 1909, this eye-catching building was designed as part of a contest. Local architect H. Russell Halton won $25 for his design. The design and location were meant to attract the attention of passengers travelling by ship or train. The building has been used to distribute tourism information for more than one hundred years.

The pagoda’s umbrella-shaped roof is typical of Islamic architecture in India, while the surrounding porch-like entrance formed by columns is Greek-inspired. It’s a perfect blending of East meets West!

B. Jones carved “the finest piece of stone carving ever seen in the city” from limestone quarried in Bedford, Indiana. The carving, featuring a beaver and maple leaves, adorns the entrance to the pagoda.

In 1961, part of the local Jaycees organization painted polka-dots on the roof of the pagoda as a prank. Reaction to the new décor was initially mixed, but use of the tourist bureau increased 63% that year. The polka-dots stayed, and the building became known as the Polka-dot Pagoda.

FRANÇAIS

Le Cache-cache patrimoine série de géocaches est complètement différent d’un cours d’histoire ou géographie traditionnel. Préparez-vous à explorer le Nord de l’Ontario et à découvrir comment cette région a façonné le Canada que nous connaissons aujourd’hui. Trouvez les caches, répondez aux questions, obtenez au moins 100 points et vous pourriez vous mériter une géopièce du Cache-cache patrimoine à collectionner.

Envoyez votre passeport rempli à l’adresse suivante :

Parcs Canada – Série de géocaches, 201, rue May Nord, bureau 201, Thunder Bay (Ontario) P7C 3P4

Apportez votre propre crayon, car les caches peuvent uniquement contenir un registre (aucun article à échanger, s’il vous plaît).

Toutes les géocaches sont accessibles directement à partir des sentiers ou des aires publiques.

Les caches pourraient ne pas être accessibles en hiver.

Cette cache vaut 30 points.

Il vous fera découvrir trois endroits de Thunder Bay importants pour l’histoire du Canada. Vous pouvez faire le trajet en voiture ou à vélo.

Votre visite commence au poste de traite d’origine du fort William.

La Compagnie du Nord Ouest (CNO) a été créée par un groupe d’hommes d’affaires de Montréal en 1784. En installant la Compagnie à l’intérieur des terres, les commerçants souhaitent mettre fin au monopole dont jouit la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) depuis très longtemps dans le commerce des fourrures. Comme il est alors impossible de faire le trajet aller retour entre Montréal et les postes des régions éloignées en l’espace d’un été, la Compagnie décide de construire un poste intermédiaire. Les Nor’Westers (c’est ainsi qu’on appelle les gens de la CNO) établissent d’abord un poste à Grand Portage, près de la rivière Pigeon, dans ce qui est aujourd’hui le Minnesota. Toutefois, la nouvelle frontière américaine et l’imposition de nouvelles taxes incitent la CNO à trouver un nouvel emplacement en territoire britannique.

Misant sur un ancien chemin aménagé par les Français, les hommes de la CNO construisent le fort Kaministiquia à l’endroit où vous vous trouvez actuellement, là où la rivière se jette dans le lac Supérieur, et y édifie un nouvel entrepôt. En 1807, le fort est rebaptisé « fort William » en l’honneur de William McGillivray, directeur de la CNO de 1804 à 1821.

Chaque été, un rassemblement était organisé au fort. Les partenaires de la compagnie y organisaient leur rencontre annuelle, les fourrures étaient échangées contre des biens et des marchandises, les employés recevaient leur paye, et tout le monde en profitait pour faire la fête.

Après la fusion de la CBH et de la CNO en 1821, les fourrures seront surtout acheminées par les routes nordiques de la CBH, et le fort William perdra de son utilité. Le fort sera fermé en 1881, et la dernière structure d’origine (un entrepôt en pierre) sera démolie en 1902 afin de faire place au Chemin de fer Canadien Pacifique.

Plaque et monument dédiés à Fort William
Plaque et monument dédiés à Fort William, © Parcs Canada

En vous servant de la plaque dédiée au fort William, déchiffrez les indices ci dessous pour trouver les coordonnées de la prochaine cache à Prince Arthur’s Landing.

N 48° _6.058 W 89° _3.0__

Premier blanc : Troisième chiffre de l’année pendant laquelle le fort William a été abandonné par la CNO
Deuxième blanc : Nombre de lettres « e » dans le titre de la plaque
Troisième blanc : Nombre de lettres à la première ligne de texte français inscrits sur la plaque


L’ingénieur Simon Dawson est arrivé au Canada en 1869. Il a été embauché pour construire une route entre le lac Supérieur et le fort Garry, sur la rivière Rouge (aujourd’hui Winnipeg). Un an plus tard, un corps expéditionnaire envoyé pour réprimer le mouvement de résistance de la rivière Rouge dirigé par Louis Riel y a établi son campement. Le lieu de débarquement a plus tard été nommé en l’honneur du Prince Arthur, le troisième fils de la reine Victoria.

Les cargaisons de grain des Prairies attirent de plus en plus de gens dans la communauté en expansion. En 1883, le Chemin de fer Canadien Pacifique y construit les premiers silos à céréales, et la ville est rebaptisée « Port Arthur ». Vingt ans plus tard, la compagnie du Chemin de fer Canadien du Nord fait de Port Arthur la gare centrale de sa ligne de chemin de fer. En 1970, la ville de Port Arthur est fusionnée à celle de Fort William pour former Thunder Bay.

Vue du pavillon d’information touristique et de Port Arthur (vers 1909)
Vue du pavillon d’information touristique et de Port Arthur (vers 1909), © Bibliothèque et Archives Canada (PA21347)

Prêts à jouer les touristes? Vous vous dirigez vers le plus ancien pavillon d’information touristique du Canada encore en service. Servez vous de la plaque dédiée à Port Arthur et des indices ci dessous pour trouver les coordonnées de la prochaine cache.

N 48° 2_.067 W 89° 1_._85

Premier blanc : Troisième chiffre de l’année marquant le début des travaux de construction du chemin Red River par Dawson
Deuxième blanc : Dernier chiffre de l’année de construction du premier silo à grains à Port Arthur
Troisième blanc : Troisième chiffre de l’année pendant laquelle la compagnie du Chemin de fer Canadien du Nord a fait de la ville de Port Arthur sa gare centrale

Ce bâtiment remarquable construit en 1909 a été conçu dans le cadre d’un concours. L’architecte local H. Russell Halton a remporté un prix de 25 $ pour les plans de l’édifice. Il a été conçu pour attirer l’attention de tous ceux qui voyageaient en train ou par bateau. Le bâtiment est utilisé comme pavillon d’information touristique depuis plus de cent ans.

Le toit du pavillon en forme de parapluie est un élément typique de l’architecture islamique en Inde, alors que l’entrée principale, sous un porche à fronton avec une porte flanquée de colonnes, est inspirée de l’architecture classique grecque. Il s’agit du parfait mariage entre la culture orientale et la culture occidentale!

B. Jones aurait produit « le plus bel ouvrage de gravure sur pierre dans la ville » sur un bloc de calcaire extrait d’une carrière à Bedford, dans l’Indiana. La gravure, représentant un castor et une feuille d’érable, décore l’entrée du pavillon.

En 1961, des membres des Jaycees ont peint des motifs à pois sur le toit du pavillon pour faire une blague. Malgré la réaction mitigée qu’a suscitée le nouveau décor, le taux de fréquentation du pavillon d’information touristique a augmenté de 63 % cette année là. Les motifs à pois sont restés, et le bâtiment a été baptisé le « pavillon à pois ».

Additional Hints (Decrypt)

Zntargvp

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.