Skip to content

<

Bouin – Eglise [AE2014]

A cache by FREDAGNES Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 08/04/2014
Difficulty:
4 out of 5
Terrain:
1 out of 5

Size: Size:   other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

 

non trouvee


NON TROUVEE  NON TROUVEE   

Présentation / Presentation

NON TROUVEE   La commune vendéenne de Bouin, anciennement nommée « l’Isle Bouin ». Le village est entièrement construit sur les calcaires lutétiens. Les maisons anciennes, les bordures de trottoirs (les anciennes) et l’église ont été bâtis avec des blocs extraits sur place. Quelques carrières existaient dans le village, ne subsistent que quelques parcelles en contre-bas, qui laissent supposer leur présence.

Matériel à emporter: munissez-vous d’une loupe, pour profiter pleinement de la grande qualité de conservation de ces fossiles. Attention, ne grattez pas les pierres, ne tentez pas de prélever les fossiles, mais régalez-vous… du regard !!

NON TROUVEE      

NON TROUVEE  The Vendée town Bouin, formerly named "Isle Bouin." The village is built entirely on the Lutetian limestone. Old houses, curbs (old) and church were built with blocks extracted on site. Some careers exist in the village, there remain only a few plots against there, which suggests their presence.

What to bring: Please bring a magnifying glass to enjoy the high quality of preservation of these fossils. Be careful not to scrape the stones, do not attempt to collect fossils, but treat yourself ... the look!

non trouveeNON TROUVEE

Rappel géologique / Geological reminder :

NON TROUVEE   Cette formation est mentionnée sur la feuille «Machecoul», XI-24, n°507, comme e5c. Lutétien supérieur. Calcaires sableux et dolomitiques à Nummulites. Sables et dalles de grès siliceux. Les gisements du Lutétien ont été étudiés par G. Vasseur (1881), S. Durand (1960) et J. Mounès (1974). Ils sont tous situés dans des dépressions (bassin de Machecoul et Marais breton, bassin d'Arthon—Chéméré) dont l'origine est en relation avec des accidents importants du socle.

Bassin de Machecoul. Il se trouve à la terminaison orientale de la vaste dépression de la baie de Bourgneuf, zone effondrée dès avant le Crétacé supérieur et en grande partie tapissée par des dépôts lutétiens. Ceux-ci s'étendent sous le bri du marais, entre les îles ; la partie sud du bassin a été en partie débarrassée de sa couverture tertiaire, dès avant le Pliocène : les sables graveleux de cet étage, en effet, remblaient la paléovallée du Falleron, au Sud de Machecoul, entre le pont sur la D 95 et le Vignau (feuille Saint-Philbert), sur 10 m au moins d'épaisseur. Au Collet, à l'ancien estuaire du Falleron, l'Éocène a été déblayé aussi. La faune, étudiée par Vasseur, comprend : des Mollusques Ostrea flabellula, LmK., Cardium granulosum, LmK.A des Echinides (Scutella cailliaudi, CottJ, des Polypiers, des Foraminifères [Nummulites brongniarti, d'Arch. et H., Orbitolites complanatus, des Alvéolines, des Milioles (Quinqueloculina sp., Triloculina sp.]. La révision des Foraminifères par Jean Pierre Margerel a permis de dater ces dépôts du Lutétien supérieur ou Biarritzien, caractérisé par la présence de Nummulites brongniarti, d'Arch. et H.

… mais comment font les géologues pour dater les terrains ?

Les roches fossilifères enferment, au moment de leur formation, pendant la sédimentation, les organismes, ou restes d’organismes qui se trouvent piégés dans les sédiments, qu’ils soient animaux (comme, par exemple une coquille d’huitre, ou un test d’oursin), ou végétaux (comme, par exemple les troncs d’arbres, les feuilles, les grains de pollen). En déterminant très précisément chaque espèce, le paléontologue va faire des recoupements avec les connaissances que l’on a de la répartition stratigraphique (c'est-à-dire la répartition dans le temps) de chacune des espèces. On les écrit en latin, en italique, avec en premier avec une majuscule le Genre, puis l’espèce, puis le découvreur, ou ses initiales : Genre espece, Découvreur Tartempion, par exemple. C’est alors qu’intervient l’évolution des espèces : pour chacune d’entre elles, il y a un début, une croissance, puis une extinction. Lorsqu’un étage géologique est défini, on doit préciser le stratotype, l’endroit très précis, ainsi que toutes les espèces fossiles représentatives de cet étage. Si on illustre le propos de la notice géologique, on a ici, comme espèces caractéristiques une huître, une sorte de coque, des oursins, des coraux, des foraminifères, des alvéolines et des milioles. Nous allons nous intéresser au echinides, echinoïdes (aux oursins… mais à un oursin en particulier) Scutella cailliaudi, CottJ, également appelé :

 Proescutella cailliaudi (Cotteau, 1861), voici comment Mr Pomel décrit l’espèce, en 1883 : Espèce de taille moyenne, presque aussi large que longue, subcirculaire, arrondie en avant, un peu onduleuse et subtronquée en arrière. Face supérieure renglée au milieu, déprimée et presque tranchante sur les bords. Face inférieure plane. Sommet ambulacraire un peu excentrique en avant. Aires ambulacraires pétaloïdes, presque égales, très ouvertes, les aires postérieures plus courtes que les autres, l'aire antérieure paraissant un peu plus longue et plus étroite. Zones porifères larges, effilées, formées de pores inégaux, les internes arrondis, les externes unis par un sillon, disposés par paires obliques. Zone interporifère plane, un peu plus développée que l'une des zones porifères. Les plaques ambulacraires s'élargissent au fur et à mesure qu'elles se rapprochent de l'ambitus et donnent aux aires interambulacraires, sur la face supérieure, une forme pétaloïde très prononcée. Tubercules petits, serrés, un peu plus gros à la face inférieure, aux approches du péristome. Sillons ambulacraires droits, non bifurqués, toujours apparents. Péristome s'ouvrant au milieu de la face inférieure, pentagonal, à fleur de test. Périprocte petit, irrégulièrement arrondi, placé à quelque distance du bord postérieur. Appareil apical assez grand, muni de quatre pores génitaux situés sur le bord de la plaque génitale qui est un peu bombée, les deux pores antérieurs plus rapprochés que les deux autres ; cinq petites plaques ocellaires distinctes. Certains exemplaires permettent de voir les cloisons ou piliers qui garnissent l'intérieur du test aux approches de l'ambitus ; ils sont nombreux, transverses et régulièrement disposés ; la partie supérieure du test et l'espace occupé par les aires ambulacraires en sont dépourvus. Dans l'intérieur du test, les aires ambulacraires paraissent moins larges et plus effilées que sur la face externe. Ce caractère avait engagé d'Archiac à séparer de notre Scutella Cailliaudi, de Machecoul, des exemplaires provenant du plateau du Four, qu'il considérait comme formant une espèce particulière. Cette différence est plus apparente que réelle, et nous ne voyons qu'une seule et même espèce dans les nombreux exemplaires que possède le musée de Nantes, et que M. Bureau nous a communiqués. Nous rapportons au P. Cailliaudi un exemplaire de très petite taille, rencontré par M. Dumas près de Cambon, dans une carrière à l'est de Toas : se forme est pentagonale et sa face supérieure régulièrement bombée ; ses aires ambulacraires, formées de pores petites et inégaux, sont effilées et cependant très ouvertes ; le péristome est subpentagonal et relativement assez grand. Le périprocte, irrégulièrement arrondi, est un peu plus éloigné du bord postérieur. Malgré cette différence, ce petit exemplaire ne saurait être distingué du type. Nous avons fait grossir la face inférieure, qui montre parfaitement la structure des plaques ambulacraires et interambulacraires, et la place très restreinte occupée par ces dernières. Nous connaissons cette espèce à ses différents âges. En dehors de sa forme qui est plus ou moins nettement circulaire, elle varie peu dans l'ensemble de ses caractères : les aires ambulacraires, dans certains exemplaires paraissent plus ouvertes et dans d'autres plus effilées, mais les différences sont peu apparentes et sont reliées entre elles par des passages insensibles.

Rapports et différences. - Le P. Cailliaudi sera toujours reconnaissable à sa forme subcirculaire ; à sa face supérieure légèrement bombée et amincie sur les bords ; à la largeur de ses zones porifères très effilées cependant à leur extrémité ; à l'étendue de ses plaques ambulacraires vers l'ambitus ; à son péristome nettement pentagonal ; à son périprocte irrégulièrement arrondi ; à la disposition des piliers transverses qui garnissent l'intérieur du test, vers l'ambitus.

Localités. - Machecoul, île Saint-Michel à l'ouest de Machecoul, îlot de la Bauche, plateau du Four, Arthon, Les Rochettes, Saffré, La Close, bassin de Cambon (Loire Inférieure) ; Bouin (Vendée). Eocène moyen, zone inférieure et zone supérieure.

Muséum de Nantes, collection de la Sorbonne (Hébert, Vasseur), Dumas, Gauthier, P. de Loriol, Cotteau.

Explication des figures. - Pl.265, fig.1, P. Cailliaudi, type de l'espèce, vu sur la face supérieure (figure copiée, ainsi que la suivante, sur la pl. VII, 1re sér. des Echin. nouveaux ou peu connus, fig. 3 et 4) ; fig. 2, le même vu de côté ; fig. 3, autre exemplaire, du plateau du Four, du muséum de Nantes, vu sur la face supérieure ; fig. 4, aire ambulacraire grossie ; fig. 5, pores plus fortement grossis ; fig. 6, individu plus jeune, du muséum de Nantes (coll. Dufour), vu de côté ; fig. 7, face supérieure ; fig. 8, face inférieure ; fig. 9, péristome grossi ; fig. 10, individu jeune, du muséum de Nantes, vu sur la face supérieure ; fig. 11, face inférieure ; fig.12, appareil apical, pris sur un autre individu du muséum de Nantes, grossi. - Pl.266, fig.1, P. Cailliaudi, des Rochettes, de ma collection (M. Vasseur), vu sur la face supérieure ; fig. 2, autre exemplaire, de la même localité, vu de côté ; fig. 3, face inférieure ; fig. 4, autre exemplaire, de Bouin, du muséum de Nantes (coll. Dufour), vu sur la face supérieure ; fig. 5, le même exemplaire, montrant la face supérieure interne et les cloisons dont elle est munie, aux aproches de l'ambitus ; fig. 6, aire ambulacraire, prise à la face supérieure du même échantillon, grossie ; fig. 7, aire ambulacraire, prise sur la face interne, grossie et montrant que sa forme est plus effilée ; fig. 8, la face supérieure, grossie ; gig. 9, autre individu très jeune et à forme plus pentagonale, de Cambon (Coll. Dumas), vue de côté ; fig. 10, face supérieure ; fig. 11, face inférieure ; fig. 12, face inférieure, montrant la disposition des plaques ambulacraires et interambulacraires, grossie.

Au premier Way Point [WP1], sans pour autant nous spécialiser dans la terminologie descriptive des oursins (retenez qu’un des critères caractéristiques est leur symétrie pentaradiée : 5 branches), nous allons observer les piliers extérieurs de l’église, très attentivement, pour nous apercevoir que les blocs ayant servi à la construire renferment une multitude d’organismes fossiles ! Nous en verrons certains depuis le dessus, le dessous, le côté, mais également en coupes. Attention, ne grattez pas les pierres, ne tentez pas de prélever les fossiles, mais régalez-vous… du regard !!

NON TROUVEE   NON TROUVEE

NON TROUVEE  This training is mentioned on the "Machecoul" sheet, XI-24, No. 507, as E5C. Lutetian higher. Sandy and dolomitic limestones with Nummulites. Sands and siliceous sandstone slabs. Lutetian deposits were studied by G. Vasseur (1881), S. Durand (1960) and J. Mounès (1974). They are all located in depressions (basin Machecoul and Marais Breton basin Arthon-Chéméré) whose origin is related to major accidents base.

• Basin Machecoul. It is the eastern terminus of the large depression in the Bay of Bourgneuf area collapsed even before the Late Cretaceous and largely carpeted by Lutetian deposits. They extend under the bri marsh between the islands; the southern part of the basin has been partly stripped of its tertiary coverage, even before the Pliocene: gravelly sands of this stage, in fact, the paleovalley of remblaient Falleron, south of Machecoul between the bridge over the D 95 and Vignau (Saint-Philbert sheet) on at least 10 m thick. Collet, former estuary Falleron, the Eocene was also cleared. Wildlife, studied by Vasseur, includes molluscs Ostrea flabellula, LMK, Cardium granulosum LmK.A of Echinoids (Scutella cailliaudi, CottJ, the Polyps, Foraminifera [Nummulites brongniarti, and H. Arch, Orbitolites complanatus.. , of alveolinas, the Milioles (Quinqueloculina sp. Triloculina sp.]. revision of foraminifera by Jean Pierre Margerel allowed to date these deposits upper Lutetian or Biarritzien, characterized by the presence of Nummulites brongniarti, Arch. and H .

But ... how do geologists to date the land?

Fossil rocks enclose, at the time of formation during sedimentation, organizations, or remains of organisms that are trapped in sediments, they are animals (like, eg oyster shell, or test sea urchin) or plant (such as, for example, tree trunks, leaves, pollen). Determining precisely each case, the paleontologist will be cross with the knowledge that we have of the stratigraphic distribution (that is to say the distribution in time) of each species. They were written in Latin, in italics, with first capitalized Gender and species, then the discoverer, or initials: Type species, Discoverer Tartempion, for example. Then comes the evolution of species: for each, there is a beginning, growth and extinction. When geological stage is set, you must specify the stratotype, the precise location and all the fossil species representative of this stage. If the purpose of illustrating the geological record, it was here, as an oyster species characteristic, a kind of shell, sea urchins, corals, foraminifera, and alveolinas milioles. We'll look at Echinoids, Echinoidea (sea urchins ... but a sea urchin in particular) Scutella cailliaudi, CottJ, also called:

Proescutella cailliaudi (COTTEAU, 1861), here's how Mr Pomel described the species in 1883: Species of medium size, almost as wide as long, subcircular, rounded in front, slightly wavy and subtronquée back. Renglée upper face in the middle, depressed and almost sharp edges. Flat underside. Ambulacraire top a little eccentric forward. Petaloid ambulacral areas, nearly equal, very open, shorter than the other posterior areas, the anterior area seemed a little longer and narrower. Porifera large areas flaked, formed pores uneven, rounded internal, external united by a groove, arranged in oblique pairs. Interporifère flat area, a little more than one developed areas Porifera. The tube plates widen gradually as they approach the ambitus and give interambulacral areas on the upper face, a petaloid form very pronounced. Tubercles small, tight, a little bigger on the underside, approaches the peristome. Ambulacral furrows rights, not bifurcated, always apparent. Peristome opening in the middle of the lower face, pentagonal, flush test. Periproct small, irregularly rounded, placed at some distance from the rear edge. Apical apparatus large enough, with four genital pores located on the edge of genital plate which is slightly curved, the two previous pores shorter than the other two; five small plates Ocellar distinct. Some copies allow you to see the walls or pillars that adorn the interior of the test approaches the vocal range; they are numerous, transverse and regularly arranged; the upper part of the test and the space occupied by the ambulacral areas are lacking. In the interior of the test, the less Ambulacral areas appear larger and more tapered than the external face. This character had committed Archaic separating our Scutella Cailliaudi, Machecoul, copies from the tray oven, which he considered as forming a particular species. This difference is more apparent than real, and we see only a single species in the many copies that owns the museum of Nantes, and Mr. Bureau has communicated to us. We report to P. Cailliaudi a copy of very small size, met Mr. Dumas near Cambon, in a quarry east of Toas: forms is pentagonal and its upper surface regularly convex; its ambulacral areas, formed small pores and uneven, are tapered and yet very open; the peristome is subpentagonal and relatively quite large. Periproct, irregularly rounded, is a little farther from the posterior edge. Despite this difference, this small copy can not be distinguished type. We did grow the underside, which shows perfectly the structure of the ambulacral plates and interambulacral, and the very limited space occupied by them. We know this species in its various ages. Apart from its shape which is more or less clearly circular, it varies little throughout its characters: the ambulacral areas, in some copies appear more open and others more slender, but the differences are not apparent and are interconnected by passages insensitive.

REPORTS AND DIFFERENCES. - Fr Cailliaudi will always recognizable by its subcircular form; its top surface slightly convex and tapered at the edges; the width of its tapered however very Porifera areas at the end; the extent of its ambulacral plates to ambitus; its clearly pentagonal peristome; its periproct irregularly rounded; available transverse garnish pillars within the test, to the pitch range.

TOWNS. - Machecoul island Saint-Michel west of Machecoul island of Bauche, tray oven, Arthon, The Rochettes, Saffré, The Close, Cambon basin (Lower Loire); Bouin (Vendée). Middle Eocene, upper and lower zone area.

Museum of Nantes, collection of the Sorbonne (Hébert, Vasseur), Dumas, Gauthier, P. Loriol, Cotteau.

EXPLANATION OF FIGURES. - Pl.265, fig.1, P. Cailliaudi, type of case, seen on the upper surface (Figure copied, and the next on the pl VII, 1st ser Echin of new or little known... 3 and fig 4).; fig. 2, the same viewed from the side; fig. 3, another copy of the oven tray, the museum of Nantes, seen on the upper surface; fig. 4 ambulacraire magnified area; fig. 5, pores more highly magnified; fig. 6 individual younger, the museum of Nantes (coll. Dufour), viewed from the side; fig. 7, upper surface; fig. 8, lower surface; fig. 9, enlarged peristome; fig. 10 young individual, the museum of Nantes, seen on the upper surface; fig. 11, lower surface; fig.12, apical apparatus, taken from another individual of the museum of Nantes grown. - Pl.266, fig.1, P. Cailliaudi, Rochettes from my collection (M. Vasseur), seen on the upper surface; fig. 2, another copy of the same locality, viewed from the side; fig. 3, lower surface; fig. 4, another copy of Bouin, the museum of Nantes (coll. Dufour), seen on the upper surface; fig. 5, the same copy, showing the upper and inner side walls which it is provided, the pitch range of the pushed together; fig. 6 ambulacraire area, taken at the top of the same sample, magnified; fig. 7 ambulacraire area, taken on the inner face, swollen and showing that its shape is more slender; fig. 8, the upper side, enlarged; gig. 9, another very young individual and more pentagonal shape, Cambon (Coll. Dumas), side view; fig. 10, upper surface; fig. 11, lower surface; fig. 12 underside, showing the arrangement of ambulacral plates and interambulacral, magnified.

The first Way Point [WP1] without specialize in descriptive terminology urchins (remember that one of the characteristics is their criteria pentaradiée symmetry: 5 branches), we will observe the external pillars of the church, very carefully, for we see that the blocks used to construct contain a multitude of fossil organisms! We will see some from the top, bottom, side, but also cuts. Be careful not to scrape the stones, do not attempt to collect fossils, but treat yourself ... the look!

Pour loguer cette cache / To log this cache :

non trouvee

NON TROUVEE   Pour valider votre visite sur le site, envoyez-moi, en précisant bien le nom de l’earthcache, vos réponses par courrier électronique aux questions suivantes. Vous pouvez loguer "Found it", et je vous contacterai en cas de nécessité:
Question 1: WP1: Sur quelle pierre du pilier A provient l’échantillon Ax situé dessous ?
Question 2: WP1: Sur quelle pierre du pilier B provient l’échantillon By situé dessous ?
Question 3: WP1: Reconnaissez-vous quelques-uns des critères décrits dans le texte ?
Question 4: WP1: Que voyez-vous juste à droite de la porte ?
Une photo du site, en noir et blanc, sera la bienvenue, bien que facultative.

NON TROUVEE  To validate your visit to the site, email me, stating clearly the name of the earthcache your answers by email to the following questions. You can log in "Found it," and I will contact you if necessary:
Question 1: WP1: On what stone pillar from A the sample Ax located below?
Question 2: WP1: On what stone pillar from B the sample By located below?
Question 3: WP1: Do you recognize some of the criteria described in the text?
Question 4: WP1: What do you see right next to the door?
A photo of the site, black and white, will be welcome, although optional.

Sources / Sources :

Documentation « papier » : Notice de la carte géologique de la France au 50000ème, feuille «Paimboeuf», XI-23, n°480, Notice de la carte géologique de la France au 50000ème, feuille «Ile de Noirmoutier - Pointe Saint Gildas», X-24-25, n°506-533, feuille «Machecoul», XI-24, n°507, Dictionnaire de géologie Masson, Série des Guides géologiques régionaux Masson, Méthodes modernes de géologie de terrain - Tome 2a manuel d’analyse structurale - Editions Technip, The Mapping of Geological Structures - Ken McClay - Geological Society of London - Handbook Series, Principes de Tectonique -  A.Nicolas - Masson, Initiation à la géologie - Mémento du géologue - Ch.Pomerol et A.Blondeau - Ed.Boubée. Fossiles de France et des régions limitrophes – J-C Fischer, Masson. Praescutella Cailliaudi, Pomel, Classification méth. Et genera des Echin. viv. et foss., p.70, 1883.
Consultations sur Internethttp://infoterre.brgm.fr/ ; Google Earth ; Geowiki ; Wikipedia ; http://geophysics.ou.edu/geol1114, http://www.sandatlas.org/2011/11/ilmenite/ 

NON TROUVEE   Rappel concernant les « Earthcaches »: Il n'y a pas de conteneur à rechercher ni de logbook à renseigner. Il suffit de se rendre sur les lieux, de répondre aux questions ci-dessus et de nous renvoyer les réponses.

NON TROUVEE  Reminder on "Earthcaches" There is no container or logbook to find information. Simply visit the site, to answer questions above and send us the answers.

Vous aimez les earthcaches, mais alors, si ce n'est pas déjà fait, qu'attendez-vous pour vous inscrire ? C'est ici: http://coord.info/GC5HKV6 

ou consulter le site dédié, c'est là:

   non trouvée

Additional Hints (No hints available.)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.