Skip to Content

<

Le poudingue cagnois

A cache by HWH06 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 12/05/2015
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2.5 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Vous prendrez bien un peu de poudingue ? Ségur !

Mais qu’est-ce que le poudingue ?

Il s’agît d’une roche sédimentaire détritique (c’est-à-dire composée d’au moins 50% de débris) consolidée. Elle est constituée de débris arrondis (ancien galets) qui ont été transportés sur une certaine distance au sein de rivières ou sur un littoral.

Cette roche fait partie de la famille des conglomérats, tout comme la brèche. Mais cette dernière, à l’inverse du poudingue, contient des débris anguleux, qui ont subi moins de transport et donc moins d’érosion.

On l’appelle « poudingue » car il rappelle le fameux gâteau anglais : le pudding, d’où ce nom francisé !

Pour qu’une roche soit caractérisée comme poudingue, elle doit contenir au moins 10% de galets.

On peut classer le poudingue selon différents paramètres :

  1. De par la taille des galets, on trouve donc :
  • Le micro poudingue -> les galets ont un diamètre compris entre 2 et 4mm. Si la taille est inférieure à 2mm on parle alors de grès.
  • Le poudingue avellanaire : de la taille d’une noisette
  • Le poudingue pugilaire : de la taille d’un poing
  • Le poudingue céphalaire : de la taille d’une tête d’homme

 

  1. De par la nature des galets :
  • Monogénétique : les galets et le « ciment » proviennent de la même formation et tous les galets sont de même nature
  • Polygénétique : différentes roches sont à l’origine des galets

Ces galets sont faits de roche très dure, on rencontre bien souvent du quartz filonien ou du silex. L’étude de ces galets permet d’indiquer leurs origines géographique et géologique, leur mode de transports et de dépôts, mais aussi les processus d’érosion et de démantèlement des reliefs.

 

  1. De par la nature du « liant » :
  • On parle de ciment lorsque les espaces entre les galets ont été remplis après leur dépôt (les galets se touchent). Le ciment est le plus souvent composé de grès
  • On parle de matrice lorsque le liant se dépose en même temps que les galets

 

  1. On rencontre plusieurs types de poudingue selon leurs origines et localisations.

Parmi eux on trouve:

  • Les torrentiels ou fluvio-lacustres : agglomérats peu homogènes, où le transport n’a pas été assez significatif pour séparer les galets selon leur taille et leur nature. On peut citer la formation des Météores en Grèce ou le bassin narbonnais
  • Le poudingue dit « de piémont » : les galets ont été véhiculés par les cours d’eau et déposés au pied des reliefs. On peut citer le plateau de Valensole (Alpes de Haute-Provence)  ou Montserrat, au nord de Barcelone (Catalogne)
  • De base : formés suite à l’érosion maritime ou grâce l’apport de galets fluviatile. On peut citer Coye-la-Forêt dans l’Oise
  • Les intraformationnels : ils s’intercalent dans n’importe quelle couche sédimentaire. On peut citer ceux de la forêt de Fontainebleau (Seine et Marne et Essonne)
  • Le conglomérat de Venaco (Haute-Corse) : roche datant d’environ 50 millions d’années constituée en alternance de bancs de conglomérats et de grès arkosique (grossier) ou quartzites. Dans ces conglomérats, sont présents différents blocs rocheux de tailles très variables (de quelques centimètres à plusieurs dizaines)

 

Géographie et géologie :

La commune de Cagnes sur Mer, située dans le département des Alpes-Maritimes a pour particularité de s’être développée autour d’une colline appelée Haut de Cagnes (ou Vieux Cagnes) formée notamment de poudingue de piémont.

Pour comprendre la particularité du poudingue cagnois il faut remonter à quelques millions d’années.

A la fin de l’époque du Miocène (environ 23Ma à 5Ma) un golfe marin s’étend dans la région au sud de Vence, Cagnes est toujours sous les eaux.

A la fin du Miocène, le détroit de Gibraltar se ferme et la Méditerranée s'assèche, épisode qui marque la « crise de salinité messinienne ».

Dérive des continents entre l’époque Miocène et Pliocène en Europe

Au début de l’ère pliocène (environ 5Ma à 2,5Ma), très importante dans la dérive des continents, ces derniers sont à moins de 250km de leur position actuelle pour s’en situer à moins de 70km à la fin.

La collision entre les plaques africaine et européenne se poursuit, les Alpes et les Pyrénées continuent leur formation prenant part à d’importants phénomènes d’érosion et de piégeage du CO2 atmosphérique sous forme de carbonate. Ce qui aura pour conséquence, de modifier de manière déterminante le climat, poussant celui-ci dans une époque glacière.

Lors de cette ère, on assiste également à un phénomène appelé « transgression pliocène (ou zancléenne) ». Il s’agît de l’ouverture du détroit de Gibraltar qui fait se déverser l’océan Atlantique dans la mer Méditerranée.

Les conséquences sont importantes, une gigantesque inondation se produit alors dans le bassin méditerranéen.  D’après les différentes études menées sur cette époque, notamment par l’érosion des sols aux environs du détroit, des dépôts et alluvions, les chercheurs ont déterminé que la mer pourrait s’être quasiment remplie en quelques mois, voire 2 ans.

Dès lors on estime un débit de 100 millions de mètres cubes par seconde !

Après les inondations de la pliocène, la mer commence à se retirer. Elle est toujours présente jusqu’à Saint Martin du Var, formant un long estuaire. L’érosion est très intense, le Var déverse d’énormes masses de galets et de sable qui se cimentent, donnant naissance au poudingue pliocène.

On parle également de poudingue « du delta du Var ».

Lors du quaternaire (à partir de -2,6Ma), le paysage des Alpes-Maritimes se soulève et le Var (fleuve) creuse sa vallée actuelle.

Les glaciers fondent, peu à peu, et l’érosion dessine le relief de cette jeune région.

Dans le bassin cagnois on assiste à un phénomène tectonique important. Le poudingue bascule vers la mer (avec localement de nombreuses petites failles, où les galets sont redressés et débités en tranches) et constitue un relief structural.

Des rivières encaissées  apparaissent, c’est le cas notamment du Loup, du Malvan et de la Cagne (on peut citer également la « Cagnette » dans le vallon des vaux).

Ces 2 dernières ont grandement participées au nivellement de la ville.

Le poudingue cagnois constitue une épaisse formation au sein de laquelle les niveaux de galets alternent avec des lits irréguliers et discontinus de sables fins (silice) et d’argiles.

Outre la présence de poudingue, on peut observer une autre coupe géologique (inférieure), il s’agît de marne bleue. La marne est une roche sédimentaire, mélange de calcaire et d’argile.

C’est sur cette formation géologique qu’est bâti le bourg médiéval de Cagnes dont le point culminant se situe à 93 mètres au-dessus du niveau de la mer.

En contrebas,  au centre et au Cros, prennent place des alluvions récentes. Les plages sont formées par des dépôts marins récents.

 

Histoire et mode de vie :

L’étymologie de mot « Cagnes » a plusieurs hypothèses historiques.

Parmi elles, on parle de d’une racine pré-indo-européenne : kan (hauteur) qui renverrait à la situation de la ville. Autre hypothèse et autre époque, il pourrait s’agir d’un nom d’origine ligure qui signifierait « lieu habité sur une colline arrondie ».

Toujours est-il que cette colline était un endroit stratégique, si bien qu’un château y a été construit, sur d’anciennes ruines gréco-romaines.

Bien avant la forteresse du XIVe siècle, on trouve mention d’un précédent château dans une charte datant de 1033.

Lors des conflits entre la noblesse et le Comte de Provence, Romée de Villeneuve s’empare du château. Il prélèvera une partie des terres pour y fonder la ville de Villeneuve, à l’ouest.

En 1250 le Comte de Provence reprend la terre de Cagnes des Villeneuve.

En 1309 le coseigneur de Monaco, et Amiral, Rainier Grimaldi devient seigneur de Cagnes sur Mer, cédé par le Comte de Provence : Robert d’Anjou. Il fait bâtir un château-fort destiné au gué et à la défense.

Les premières habitations du Haut de Cagnes étaient à priori faites de bois et autre torchis.

Cependant lors de l’essor de la ville et de la construction du château-fort, les méthodes de construction ont évolué.

Des maisons furent réalisées en moellons (gros galets provenant des poudingues), des matériaux extraits donc du site, comme ce fût le cas dans la plupart des villages de la région à cette époque.

Ce qui explique d’ailleurs l’intégration des bâtiments avec leur environnement sur le plan des matériaux et des couleurs.

Les argiles très calcaires du pliocène ont été exploitées notamment à Cagnes sur Mer, au sein d’une carrière fermée aujourd’hui (au chemin des Travails), elles ont servi à la fabrication de briques creuses.

D’autres carrières, de poudingue cette fois-ci , ont été répertoriées dans le Vallon des Vaux (Cagnette) et sur la route de la Gaude (vallon de la Cagne).

 

Pour valider cette géocache, merci de m’envoyer vos réponses par message ou par mail, des photos seraient appréciées :

  1. Au waypoint numéro 1 (et tout le long du chemin) vous apercevez un type de roche, lequel ?
  2. Pouvez-vous me citer au moins 2 rivières qui traversent la ville ?
  3. A quel siècle a été construite la forteresse des Grimaldi ?
  4. Au waypoint numéro 2 vous apercevez un objet, lequel ?
  5. Pouvez-vous me dire quels éléments essentiels du poudingue ont servi à la construction des murs et de la place aux coordonnées de la cache ?




Would you like a bit of puddingstone? Ségur (Provençal word to mean “of course”)!

But what’s puddingstone?
It's a detrital sedimentary rock (that is to say composed of at least 50% of debris) consolidated. It consists of rounded debris (former rollers) which has been transported some distance in rivers or on the coast.
This rock is part of the family conglomerates, like the breach. But the breach, unlike the conglomerate contains angular debris, which have undergone less transport and therefore less erosion.
 


To be characterized as a rock conglomerate, it must contain at least 10% pebbles.
We can classify the pudding according to various parameters:

  1. Due to the size of rollers, we find (in French words):
  • The micro pudding -> the rollers have a diameter of between 2 and 4mm. If the size is less than 2 mm is called sandstone.
  •  The avellanaire pudding: the size of a hazelnut
  • The pugilaire pudding: the size of a fist
  • The céphalaire pudding: the size of a man's head
     
  1. Due to the nature of the rollers:
  • monogenetic: rollers and the "glue" come from the same formation and all the wheels are of the same nature
  • polygenetic: different rocks are the source of the rollers

    These rollers are made of very hard rock, we often encounter the vein quartz or flint. The study of these rollers can indicate their geographical and geological origin, their mode of transport and deposits, but also the processes of erosion and dismantling of reliefs.
     
  1. Due to the nature of "binder":
  • We talk about cement when the spaces between the rollers were completed after filing (the rollers are touching). Cement is mostly composed of sandstone
    • We talk about matrix when the deposits along the rollers
     
  1. We meet several types of pudding according to their origins and locations.
    Among them are:
  • The torrential or fluviolacustrine: inhomogeneous agglomerates, where transportation was not significant enough to separate the rollers according to their size and nature. Meteora in Greece or the Narbonne Basin.
  • The puddingstone called "Piedmont": the rollers have been transported by rivers and deposited at the base of reliefs. These include the Valensole (Alpes de Haute-Provence) or Montserrat, north of Barcelona (Catalonia)
  • Basic: formed following the maritime erosion or through the contribution of fluvial pebbles. Include Coye-la-Forêt in Oise department
  • The intraformational : they intercalate in any sedimentary layer. Are those of the Forest of Fontainebleau (Seine et Marne and Essonne departments)
  • The conglomerate of Venaco (Corsica): rock dating from about 50 million years consists of alternating beds of conglomerates and sandstones arkosic (coarse) or quartzite. In these conglomerates are present very different boulders of varying sizes (from a few centimeters to several tens)
     

Geography and geology:
The town of Cagnes sur Mer, in the Alpes-Maritimes department has the distinction of having developed around a hill called Haut de Cagnes (or Old Cagnes) formed including piedmont puddingstone.

To understand the particularity of cagnois puddingstone we must go back a few million years.
At the end of the Miocene era (about 23 million years to 5) a marine gulf extends into the area south of Vence, Cagnes is still under water.
At the end of Miocene, the Strait of Gibraltar and the Mediterranean closes dries, episode that marks the "Messinian salinity crisis".

Continental drift between Miocene and Pliocene eras in Europe

In early Pliocene era (about 2.5mY to 5mY), very important in continental drift, they are less than 250km from their current position in order to be within 70km to finish.
The collision between the African and European plates continues, the Alps and the Pyrenees continue their training involved in significant erosion and trapping of atmospheric CO2 as carbonate. This will consequently change the climate decisively, pushing it in a cooler period.

During this era, we are also witnessing a phenomenon called "Zanclean flood (or Zanclean deluge )". It's opening the Strait of Gibraltar which is spilling the Atlantic Ocean in the Mediterranean Sea.
The consequences are important, a huge flood then occurs in the Mediterranean basin. According to various studies, including soil erosion around the Strait, and alluvial deposits, the researchers determined that the sea could hardly have filled in a few months or even 2 years.
Therefore it is estimated a rate of 100 million cubic meters per second!

After flooding the Pliocene, the sea begins to withdraw. She is always there to Saint Martin du Var, forming a long estuary. The erosion is very intense, the Var pours enormous masses of pebbles and sand that cement, creating the Pliocene conglomerate.
Also referred to as puddingstone of "delta du Var".

During the Quaternary (from -2,6mY), the Alpes-Maritimes landscape rises and the Var (River) widening its current valley.
Glaciers are melting gradually, and erosion draws the relief of this young region.



In the Cagnois basin there has been a major tectonic phenomenon. The pudding switches to the sea (with many small faults locally, where the wheels are straightened and cut into slices) and constitutes a structural terrain.
Collected rivers appears, it is the case of the “Loup”, ”Malvan” and the “Cagne” (one can also cite the "Cagnette" further east).

The latter two have greatly investees leveling the city.

The puddingstone Cagnois is a thick formation in which levels rollers alternate with irregular and discontinuous beds of fine sand (silica) and clays.
Besides the presence of pudding, we can observe another geological section (below), it's blue marl. Marl is a sedimentary rock, limestone and clay mixture.
On this geological formation that is built the medieval town of Cagnes whose highest point is 93 meters above the level of the sea.
Below, in the center and Cros de Cagnes, take up of recent alluvium. The beaches are formed by recent marine deposits.

 

History and lifestyle:

The etymology of the word "Cagnes" has several historical assumptions.
Among them, it is called a pre-Indo-European root:  “kan” (height) which would refer to the situation of the city. Another hypothesis and another time, it might be an original name Liguria would mean "inhabited place on a rounded hill."
This hill was a strategic place so that a castle was built there, on ancient Greco-Roman ruins.
Long before the fortress of the fourteenth century, there is mention of a previous castle in a charter dating from 1033.
During the conflict between the nobility and the Count of Provence, Romée de Villeneuve captured the castle. He will take some of the land to found the town of Villeneuve, at west.
In 1250 the Count of Provence took over the land of Cagnes of Villeneuve lords.
In 1309 the co-seigneur of Monaco and Admiral Rainier Grimaldi became lord of Cagnes sur Mer, assigned by the Count of Provence: Robert d’Anjou. He built a castle for the ford and defense.

The first houses of Haut de Cagnes were probably made of wood and wattle.
However during the development of the city and the construction of the castle, construction methods have evolved.
Houses were made of stones (boulders from puddingstone), so materials extracted from the site, as was the case in most villages in the area at that time.
This also explains the integration of buildings with their environment in terms of materials and colors.

The highly calcareous clays of Pliocene were exploited particularly in Cagnes sur Mer, within a closed quarry today (at chemin des Travails), they were used in the manufacture of bricks.
Other careers of puddingstone were listed in the Vallon des Vaux (Cagnette) and on route de La Gaude (valley of the river Cagne).

 

To validate this geocache, please send me your answers by message or email, pictures are welcomed:

At waypoint number 1 (and all along the path) you can see a kind of stone, which one?
2- Could you tell me at least 2 rivers’ name who crossing the city ?
3- In which century was built the Grimaldi fortress?
4- At waypoint number 2 you can see an object, which one?
5- Could you tell me what kind of essentials elements of puddingstone were used to build the walls and the place at cache coordinates?

Additional Hints (No hints available.)



 

Find...

27 Logged Visits

Found it 26     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 16 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.