Skip to Content

<

Aigle des Balmettes

A cache by Zarnould's 62 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 03/23/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

Pince à épiler indispensable.

Inauguré par le sénateur et conseiller général d’Ambérieu Alexandre Bérard le 12 juillet 1914, l’aigle des Balmettes continue de veiller sur la vallée de l’Albarine à l’entrée de la cluse des Hôpitaux, entre Ambérieu et Torcieu. Ce monument sculpté par Alphonse Muscat, artiste originaire de Bourg qui a habité un temps à Lagnieu, commémore la résistance des Torciolans face à l’invasion de l’armée autrichienne. Ce fait d’armes de la population a été raconté par Henri Tavernier dans son ouvrage traitant de l’histoire du village de Torcieu.
Cette statue qui se dresse fièrement à l’entrée de la cluse des Hôpitaux renvoie à l’année 1814 et à la campagne de France de Napoléon 1er qui affrontait dans l'est de la France les troupes coalisées de la Russie, de la Prusse, du Royaume-Uni, de la Suède, de l'Autriche et de plusieurs états allemands, anciens alliés de Napoléon. Mais outre l’histoire nationale, elle commémore surtout un fait historique local lié à cette période de guerre napoléonienne.

Les faits

Suivant le livre de Henri Tavernier, le 16 mars 1814, deux cavaliers autrichiens avançaient dans la cluse quand ils ont essuyé des coups de feu tirés par “Bécot” Arpin-Gonnet, ancien volontaire de la campagne de 1793 qui s’était retiré dans son village de Torcieu où il avait contribué à la plantation de l’Arbre de la Liberté. Le lendemain, c’est cette fois toute une troupe de soldats autrichiens qui ont essayé de pénétrer dans la vallée en passant par ce coin appelé les Balmettes situé sur la commune d’Ambérieu. Mais une fois encore, les envahisseurs ont dû faire face à la résistance des Torciolans, tous acquis à la cause de l’empereur, ainsi que de la garde nationale basée à Saint-Rambert. Et une fois encore, les Autrichiens ont dû rebrousser chemin face à la résistance des Bugistes.
Mais les Autrichiens ont pu finalement pénétrer dans Torcieu après la signature de l’armistice. Et en guise de représailles, l’un des officiers, le comte de Grandveyle -un bugiste royaliste qui avait rejoint les troupes autrichiennes-, avait dans un premier temps décidé d’incendier le village de Torcieu. Mais il avait été arrêté par son supérieur, le commandant autrichien de la troupe. Furieux, le comte a alors choisi d’exercer sa vengeance en incendiant l’Arbre de la Liberté qui commémorait la révolution française. En voyant les Autrichiens s’approcher de l’arbre avec une torche enflammée à la main, le sang de “Bécot” n’a fait qu’un tour et il s’est interposé, non sans gifler le comte de Grandveyle à deux reprises avec sa canne. Celui-ci a alors tiré son épée et transpercé le vieux soldat de part en part, qui s’est écroulé en criant “Vive la République !”. C’est ainsi que “Bécot” est mort, en même temps que son cher Arbre de la Liberté…

La sculpture

La sculpture de Muscat représente un Torciolan en armes, les yeux fixés sur l’entrée de la vallée. D’après certaines sources, le profil de cet homme serait celui de Clément Rocheray, une figure d’Ambérieu. Au-dessus de lui se présente l’allégorie de la France représentée par une femme tenant l’étendard et semblant appeler les Torciolans au combat. La sculpture est surmontée de l’aigle impérial, ailes déployées, prêt à fondre sur l’ennemi.
L’histoire de cette sculpture a été assez mouvementée. Pendant la seconde guerre mondiale, les Allemands ont pris l’aigle en bronze de 410 kg pour le refondre, tout comme ils ont pris le buste d’Alexandre Bérard, également œuvre de Muscat. L’aigle a été retrouvé avec une aile brisée à Chalon-sur-Saône, puis rapatrié par les cheminots d’Ambérieu. C’est Robert Schwab qui avait réparé l’aile abîmée au dépôt des chemins de fer d’Ambérieu. Mais ce n’est qu’en 1951 que la statue a retrouvé sa place pour commémorer ce fait de résistance bugiste.
Aujourd’hui, l’aigle des Balmettes rappelle toujours cet épisode de l’histoire locale qui s’est déroulé il y a près de 200 ans et veille encore sur l’entrée de la vallée de l’Albarine.
Sait-on jamais…

 
Source : http://www.bugey-cotiere.fr

Additional Hints (Decrypt)

Cvreer dhv ebhyr a'nznffr cnf zbhffr.

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

62 Logged Visits

Found it 59     Didn't find it 2     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 4 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.