Skip to Content

<

Général Hugo

A cache by Team Pouce Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 10/22/2016
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
2 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Au printemps de l'année 1825, a lieu une rencontre émouvante, romantique et spectaculaire, sur le seuil de la maison 65 rue du Foix, entre un général d'Empire en demi-solde et un jeune poète de 23 ans.

                                      
           La maison du général Hugo rue du Foix vers 1830.                                  La maison du général Hugo aujourd'hui, propriété
                                                                                                                      privée.

"Le 17 avril 1825, il y a 39 ans, aujourd'hui même, j'arrivais à Blois… C'était le matin. Je venais de Paris. J'avais passé la nuit en malle-poste… je m'étais endormi. La voix du conducteur me réveilla. Voilà Blois ! me cria-t-il. J'ouvrir les yeux et vis mille fenêtres à la fois, un entassement irrégulier et confus de maisons, de clochers, un château, et sur la colline un couronnement de grands arbres et une rangée de façades aiguës à pignons de pierre au bord de l'eau, toute une vieille ville en amphithéâtre, capricieusement répandue sur les saillies d'un plan incliné… un quart d'heure après, j'étais rue du Foix, n°73 (depuis la numérotation de la rue a changé). Je frappai à une petite porte donnant sur le jardin : un homme qui travaillait au jardin vint m'ouvrir. C'était mon père…"

On a là, une des plus belles descriptions et une des plus connues, de la ville de Blois. À remarquer, la date qui est probablement fausse, l'événement s'est produit plus certainement le 24 et non le 17 avril. Le lieu de la très dramatique et très romanesque rencontre est probablement faux, également, puisque le père a accueilli le fils tout de suite à la descente de la malle-poste.
Le père dont il s'agit ici, s'appelle Joseph–Léopold-Sigisbert, comte Hugo, général d'Empire, veuf de Sophie Trébuchet, dont il vivait séparé et marié en secondes noces avec sa maîtresse corse Marie-Catherine Thomas Y Saëtoni, veuve d'Almeg. Il avait abandonné femme et enfants depuis 18 ans et avait emménagé dans cette maison, pour sa retraite depuis deux ans.

Le fils s'appelle Victor, il a 23 ans, il vient de publier ses Odes, en 1822, s'est marié avec Adèle Foucher et vient de se faire octroyer une pension par le roi Louis XVIII. Il vient à Blois avec sa femme et son deuxième enfant, sa fille, Léopoldine.

En fait, la réconciliation a été préparée deux ans auparavant, à l'occasion de la naissance du premier enfant de Victor, dénommé Léopold. La maison de la rue du Foix joue un rôle central dans cette affaire.

Tout a commencé quand le jeune Victor a été obligé de reprendre des relations plus amicales avec son père, à l'occasion du consentement paternel nécessaire, en juillet 1822, en vue de son mariage. Même si, le jour dit, le père n'était pas présent.

Le général s'installe dans la maison de la rue du Foix acheté dés 1816, aprés avoir vendu sa propriété de Saint-Lazare (aujourd'hui lycée Augustin-Thierry). La naissance du jeune Léopold, le 16 juillet 1823, va achever de retisser des liens forts entre le fils, le père et la belle-mère. L'enfant étant de santé très fragile, il est amené à Blois. Malgré tous les soins, l'enfant meurt le 9 octobre 1823, dans la maison rue du Foix. L'enchaînement de tous ces événements familiaux, heureux et malheureux, a permis de souder une vraie famille et explique le succès du séjour du jeune couple deux ans plus tard.
Le séjour dure de la mi-avril à la fin mai. Victor en profite pour visiter Chambord et écrit à son ami Alfred de Vigny, le 28 avril 1825 : "Je suis ici dans la plus délicieuse ville qui se puisse rêver. À chaque pas un souvenir. La maison de mon père est en pierre de taille blanche avec des volets verts comme ceux que rêvait Jean-Jacques Rousseau ; elle est située entre deux jardins charmants ; au pied d'un coteau entre l'arbre de Gaston et les clochers de Saint-Nicolas."

La mort du général, en 1828, éloignera définitivement Victor Hugo de Blois et de sa belle-mère. Aujourd'hui une plaque, adossée sur le pignon de la maison, rappelle se souvenir.


Plaque apposée le 26 février 1902, pour le centenaire de la naissanc de Victor Hugo.

 

Source : "Blois insolite et méconnu" de J-P Sauvage et Pascal Nourrisson

Additional Hints (Decrypt)

étbhg

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

122 Logged Visits

Found it 115     Didn't find it 4     Publish Listing 1     Needs Maintenance 1     Owner Maintenance 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 6 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.