Skip to Content

<

Les gorges de la Cagne

A cache by HWH06 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 06/15/2017
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
3 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Présentation de la Cagne :

La Cagne est un fleuve d’eau côtier des Alpes-Maritimes dont le bassin versant, d’une superficie de 95km², est situé sur la partie ouest du département.

La longueur de son cours d'eau est de 27,6 km. La Cagne prend sa source, à l'altitude 1 152 mètres, au sud-ouest du Sommet de Viériou (1 395 m), dans la Montagne du Cheiron qui culmine à 1 778 mètres, sur la commune de Coursegoules. Elle rejoint la Mer Méditerranée sur la commune de Cagnes-sur-Mer.

Elle traverse les communes de  Coursegoules, Vence, Bézaudun-les-Alpes, Saint-Jeannet, La Gaude et bien évidemment Cagnes-sur-Mer d’où elle aurait donné son nom.

La Cagne s’écoule tout d’abord en une pente douce d’Ouest en Est sur un plateau. Dans ce secteur, la vallée est large et la Cagne ne constitue qu’un très modeste cours d’eau, au régime parfois intermittent sur sa partie apicale.

Ensuite, le cours d’eau prend une orientation Nord-Sud,  il traverse des gorges très profondes qui entaillent  la  masse  du  Jurassique  subalpin.  Les  pentes  y  atteignent  localement  des  pourcentages supérieurs à 10%. Elle présente alors les caractéristiques d’un torrent traversant des gorges encaissées et sauvages jusqu’à Cagnes-sur-Mer. Sur cette commune, au niveau du Pont-des-Salles, elle entre dans la plaine alluviale.

 

Le bassin versant de la Cagne à la particularité de subir deux influences climatiques majeures :

  •   Un climat méditerranéen marqué  par  des  températures  hivernales  très  douces,  la moyenne du mois le plus froid étant supérieure à 6°C, une sécheresse estivale prononcée et des précipitations automnales importantes et brutales
  • Un  climat montagnard lié  à  la  zone  préalpine  sur  la  partie  amont  du  bassin  qui influence aussi bien les températures que les précipitations (pluie et neige)

 

Géologie / Hydrologie :

Les grands traits structuraux du bassin de la Cagne résultent en grande partie de l’orogenèse alpine.

Le  soulèvement  du  massif  cristallin de  l'Argentera-Mercantour,  au  nord  des  Alpes  Maritimes,  a

entraîné  le  décollement  de  la  couverture  sédimentaire,  au-dessus  du  Trias  plus  plastique,  et  son glissement  vers  le  sud.  Cette  couverture  s'est  déformée  formant  des  plissements  plus  ou  moins déversés ou chevauchants, suivant une direction générale est-ouest.

Dans  le  bassin  versant de  la  Cagne,  deux  grands domaines  structuraux  peuvent  être  distingués 

  •   Un domaine allochtone, correspondant à des unités franchement chevauchantes vers le sud, appartenant  à  l'arc  dit  de  Castellane,  on  parle  des  massifs  subalpins.  Sur  la  Cagne,  il s'agit de l'ensemble des massifs développés au nord de Vence et de Saint-Jeannet.

Les principales unités correspondent :

–  en limite nord du bassin, au massif du Cheiron, point culminant du bassin versant, constitué d'un  vaste  anticlinal  bilobé  d'axe  est-ouest  chevauchant  vers  le  sud  la  gouttière  synclinale  de la vallée du Haut Loup s'étendant d'Andon à Coursegoules

–  à l'ouest de la Cagne, aux vastes plateaux de Saint-Barnabé et du Plan des Noves

–  à l'est de la Cagne, au massif des Escoulettes jusqu’à la vallée du Var

  •   Un domaine  autochtone  non  écaillé,  appelé  également  zone  provençale.  Il correspond  à  tout  le  reste  du  bassin de  la  Cagne s'étendant  depuis  le  front  de  chevauchement  des massifs subalpins (ligne des baous de Vence et Saint-Jeannet) jusqu'à la mer.

 

Hydrogéologie de la section amont (massif Sud-Alpin)

Sur l’ensemble de cette section amont, on se trouve dans un système karstique par excellence, extrêmement bien développé.

La Cagne prend naissance dans le synclinal crétacé établi au front de la montagne du Cheiron qui canalise  son  tracé  sur  son  cours amont, puis le raccordement à l’avant-pays  méridional  se  fait ensuite par l’intermédiaire des gorges profondes qui entaillent la masse jurassique des unités écaillées suivant une direction Nord-Sud, souvent jusqu’à la semelle triasique des unités recoupées, permettant leur alimentation accrue par des sources karstiques. Ces dernières, partiellement captées, permettent d’alimenter les communes de Vence et Saint-Jeannet en eau potable :

  •  Le Riou de Vence, les Sourcets et les Emergences appartiennent au même système qui naît en rive droite de la Cagne. Leur bassin d’alimentation est limité par la faille du Malvan à l’ouest, l’anticlinal de Vescagne au nord et un autre anticlinal sud-est. Il comprend le Pays d’Arène et le Plan des Noves en rive droite de la Cagne, ainsi que les  Escoulettes  en  rive  gauche  et  bénéficie  des  pertes  reconnues  de  la  Cagne.  La méconnaissance des débits moyens annuels et l’absence de traçage sur les fonds dominants rendent difficile toute évaluation de leur bassin d’alimentation. Le débit de prélèvement autorisé pour l’eau potable à la source du Riou et des Sourcets est de 150 L/s.
  • Les sources de Font du Bœuf, Font de Peïro, Font Neuve et Féraud sont localisées en rive  gauche  de  la  Cagne.  Leur  alimentation  provient  des  infiltrations  sur  les  baous  de Saint-Jeannet  et  Perséguier.  Les  débits  de  prélèvements  autorisés  sur  ces  sources  sont respectivement de 4 l/s, 4,5 l/s, 3 l/s et 17 l/s et destinés à alimenter la commune de Saint-Jeannet en eau potable. La  source  Meynier,  également  localisée  en  rive  gauche  de  la  Cagne,  est  captée  par  la commune de la Gaude.

Le  réservoir  est  constitué  en  totalité  par des  strates  du  Jurassique  qui  présentent  une  structure  en écaille et un réseau avec de grandes failles et par-là même une grande réserve. La puissance de cet aquifère peut être très importante (plusieurs centaines de mètres).

Le  niveau  de  base  des  écoulements  souterrains  est  fixé  par  la  position  du  Trias  imperméable  qui forme son assise. Il apparaît à l’affleurement au fond des gorges profondes entaillées par le réseau hydrographique.  Les  résurgences  se  localisent  alors  très  logiquement  le  long  de  ce  contact  sur  les flancs  de  vallée.  La  principale  difficulté  réside  dans  la  méconnaissance  de  la  continuité  en profondeur des structures que l’on peut déceler en surface.

 

Hydrogéologie de la section aval (autochtone provençal)

Le  massif  carbonaté  provençal  appartient  à  l'avant-pays  autochtone.  Il  repose  sur  les  formations marneuses du Trias supérieur (Keuper-Rhétien) qui forment son soubassement basal, et plonge vers l'est et le nord-est jusqu'au front subalpin qui chevauche sa couverture miocène au droit de la ligne des Baous. A l'est, il disparaît sous d'épaisses formations tertiaires et quaternaires.

La structure de détail y est compliquée par des petits plissements d'axe NE-SW (phase provençale), des fossés tectoniques méridiens d'âge oligocène et des décrochements conjugués fini-miocènes.

Ces fossés tectoniques (ou grabens) sont intercalés de horsts dont il convient en particulier de noter, pour son rôle hydrogéologique particulier, le horst de la Gaude, développé dans le cours moyen de la Cagne, entre le fossé-synclinal de Vosgelade à l'ouest et le fossé-synclinal des Colles à l'est. On retiendra enfin que les basses vallées alluviales de la Brague, du Loup, de la Cagne et du Var

sont  développées  en  partie  sud-est  du  massif,  sur  les  dépôts  tertiaires  frontaux,  et  offrent  des contacts limités avec la formation carbonatée.

Il convient enfin de noter que la nappe du Jurassique provençal participe peut-être à l'alimentation de la nappe alluviale de la basse Cagne.

Dans la basse vallée de la Cagne, les formations du Jurassique disparaissent progressivement sous des dépôts d’alluvions plus récents. Sortant d’un système hydrogéologique de type karstique, la transition  avec  cet  aquifère  alluvionnaire  est  complexe.  Les  poudingues  du  Pliocène  relaient  la nappe jurassique par un cheminement souterrain complexe et s’identifient par un enrichissement des eaux en chlorure et en sodium.

 


C’est donc au fin fond de Vence, entre les Baous des Noirs et de St Jeannet que nous pouvons accéder aux gorges de la Cagne. Souvent dénommé à tort « Riou » (signifiant « cours d’eau » en provençal) le Riou n’est qu’un affluant en rive droite qui semble trouver sa source au Plan des Noves. Vous apercevrez ce cours d’eau en traversant le pont en fer à la fin du chemin en terre.

Le lieu est très prisé des locaux et d’un nombre de plus en plus importants de touristes amateurs de baignade et d’aqua-randonnée.

La pêche y est également possible sur une partie du cours d’eau qui présente un potentiel piscicole en truite fario assez important, gérée par la Saumonée Vençoise.

Le passage entre les calcaires du Jurassique supérieur et du fait de son encaissement donne à la Cagne une succession de cascades.

Attention cependant aux aléas climatiques car une montée des eaux est possible en hiver et lors de fortes précipitations !

 

Loguez cette cache "Found it" et envoyez-moi vos propositions de réponses soit via mon profil, soit via la messagerie geocaching.com (Message Center), et je vous contacterai en cas de problème.

Des photos seraient fortement appréciées !

 

1 - Quelles sont les influences climatiques majeures que subît le bassin versant de la Cagne ?

2 - Dans la section amont de la Cagne, quel type de système hydrogéologique est rencontré ?

3 - Quel nom donne-t-on couramment au système présent dans la section aval du fleuve ? Après la nappe jurassique, quelle formation géologique datant du Pliocène est observée ?

 

---- Pour les questions terrains le signal GPS n'est pas très précis, veuillez-vous référer aux photos jointes ----

 

4 - Au Waypoint 1 (photo Question 4) vous trouverez un rocher à cheval d'une cascade, pouvez-vous estimer la hauteur de la chute d'eau ?

5 - Aux coordonnées de la earthcache  (photo Question 5) vous trouverez un rocher avec une faille verticale. S'agît-il d'une écaille ou d'une partie de falaise ? Voyez-vous des différences de structure ?

 

Source : « Bassin versant de la Cagne »

Rapport de phase 1 – Synthèse bibliographique et caractérisation du bassin

 

 

 

Description : https://leclandescarpates.files.wordpress.com/2013/07/drapeau-anglais1.png?w=45&h=45

 

Presentation of la Cagne:

 

 

La Cagne is a river of coastal waters of the Alpes-Maritimes whose watershed, with an area of 95km², is located on the western part of the department.

 

The length of its river is 27.6 km. La Cagne rises at an altitude of 1,152 meters, southwest of the Viériou summit (1,395 m), in the Montagne du Cheiron, which rises to 1,778 meters, in the town of Coursegoules. It joins the Mediterranean Sea in the town of Cagnes-sur-Mer.

It crosses the communes of Coursegoules, Vence, Bezaudun-les-Alpes, Saint-Jeannet, La Gaude and of course Cagnes-sur-Mer from which it would have given its name.

 

La Cagne first flows into a gentle slope from west to east on a plateau. In this sector, the valley is wide and la Cagne constitutes only a very modest watercourse, with the regime sometimes intermittent on its apical part.

 

Then, the river takes a North-South orientation; it crosses very deep gorges that cut the mass of the subalpine Jurassic. The slopes there reach locally percentages greater than 10%. It then presents the characteristics of a torrent crossing wild and encircled gorges until Cagnes-sur-Mer. On this commune, at Pont-des-Salles, it enters the alluvial plain.

The watershed of la Cagne has the peculiarity of undergoing two major climatic influences:

  •  A Mediterranean climate marked by very mild winter temperatures, the average of the coldest month being above 6 ° C, a pronounced summer drought and heavy and brutal autumn rainfall
  •  A mountain climate linked to the pre-Alpine zone on the upstream part of the basin, which influences both temperatures and precipitation (rain and snow)

 

Geology / Hydrology :
 


The great structural features of la Cagne Basin are largely the result of the Alpine orogeny.
The rising of the crystalline massif of the Argentera-Mercantour, north of the Maritime Alps, caused the detachment of the sedimentary cover, over the more plastic Trias, and its slipping towards the south. This cover deformed forming folds more or less dumped or overlapping, following a general east-west direction.

In the catchment area of ​​la Cagne, two major structural domains can be distinguished

 

  • An allochthonous domain, corresponding to units frankly straddling towards the south, belonging to the arch called Castellane, one speaks of the subalpine massifs. On la Cagne, it concerns all the massifs developed north of Vence and Saint-Jeannet.
     

    The main units correspond to:
     

    - in the northern limit of the basin, in the Cheiron massif, the highest point of the watershed,
    Of a vast bilobed anticlinal of east-west axis riding towards the south the synclinal gutter of the valley of the High Wolf stretching from Andon to Coursegoules
     

    - west of la Cagne, the vast plateaus of Saint-Barnabé and the Plan des Noves
     

    - east of la Cagne, in the Escoulettes massif to the valley of the Var
     
  • A non-flaked Aboriginal domain, also known as the Provençal area. It corresponds to all the rest of the basin of la Cagne extending from the front of overlap of the subalpine massifs (line of the benches of Vence and Saint-Jeannet) as far as the sea.

 

 

Hydrogeology of the upstream section (Massif Sud-Alpin)
 


 
On the whole of this upstream section, we find ourselves in a karstic system par excellence, extremely well developed.
La Cagne originates in the Cretaceous syncline established on the front of the mountain of Cheiron which channels its course on its upstream course, then the connection to the southern foreland is made then through the deep gorges which notch the Jurassic mass Scaled units in a north-south direction, often to the Triassic sole of the intersected units, enabling their increased feeding by karstic sources. The latter, partially captured, enable the communes of Vence and Saint-Jeannet to be supplied with drinking water:

 

  • The Riou of Vence, the little sources and the Emergences belong to the same system which is born on the right bank of la Cagne. Their feeding area is bounded by the Malvan fault in the west, the Vescagne anticline in the north and another south-eastern anticline. It includes the Land of Arena and the Plan of the Noves on the right bank of la Cagne, as well as the Escoulettes on the left bank and benefits from the recognized losses of la Cagne. The lack of knowledge of the average annual flows and the absence of tracing on the dominant funds make it difficult to evaluate their feeding basin. The authorized sampling rate for drinking water at the source of Riou and Sourcets is 150 L / s.
     

    • The sources of Font du Bœuf, Font de Peïro, Font Neuve and Féraud are located in the left bank of la Cagne. Their feed comes from infiltrations on the baous of Saint-Jeannet and Perséguier. The sampling rates authorized for these sources are respectively 4 l / s, 4.5 l / s, 3 l / s and 17 l / s, intended to supply the commune of Saint-Jeannet with drinking water. The source Meynier, also located on the left bank of la Cagne, is captured by the commune of La Gaude.

 

The reservoir is made up entirely of Jurassic strata which have a scale structure and a network with large faults and thus a large reserve. The power of this aquifer can be very important (several hundred meters).
 

The base level of the underground flows is fixed by the position of the impermeable Trias which forms its base. It appears at the outcrop at the bottom of the deep gorges scored by the hydrographic network. The resurgences then localize very logically along this contact on the valley flanks. The main difficulty lies in the lack of knowledge of the in-depth continuity of structures that can be detected on the surface.

 

 

Hydrogeology of the downstream section (indigenous Provençal)
 


 
The Provençal carbonate massif belongs to the native foreland. It rests on the marshy formations of the Upper Triassic (Keuper-Rhetian), which form its basal basement and plunges east and northeast to the subalpine front which straddles its Miocene cover at the Baous line. To the east, it disappears under thick tertiary and quaternary formations.
The structure of detail is complicated by small folds of NE-SW axis (Provencal phase), meridional tectonic trenches of Oligocene age and finite-Miocene conjugate decays.

These tectonic ditches (or grabens) are interspersed with horsts, of which it is particularly worth noting, for its particular hydrogeological role, the Horst de la Gaude, developed in the middle course of la Cagne, between the Vosgelade ditch-syncline, West and the syncline ditch of the Colles to the east. Finally, it should be remembered that the low valleys of the Brague, Loup, Cagne and Var
Are developed in the southeastern part of the massif, on the tertiary deposits at the front, and offer limited contact with the carbonate formation.
Finally, it should be noted that the Provencal Jurassic aquifer may be involved in the feeding of the alluvial aquifer of the lower Cagne.
 

In the lower valley of la Cagne, the Jurassic formations gradually disappear under deposits of more recent alluvial deposits. The transition from this karstic-type hydrogeological system to this alluvial aquifer is complex. The Pliocene puddings relieve the Jurassic water table by a complex underground route and are identified by an enrichment of the waters in chloride and sodium.

 


 

It is therefore in the depths of Vence, between the Baous des Noirs and St Jeannet that we can reach the Gorges de la Cagne. Often referred as the "Riou" (meaning "watercourse" in Provençal), it is only a tributary on the right bank that seems to have its source in the Plan des Noves. You will see this watercourse crossing the iron bridge at the end of the dirt road.

The place is very popular with locals and a growing number of tourists who enjoy swimming and aqua-hiking.
Fishing is also possible on a part of the river which has a fish potential of fairly large trout, managed by the Saumonée Vençoise.

The passage between the limestone of the Upper Jurassic and the fact of its encashment gives at la Cagne a succession of waterfalls.
Beware, however, of the vagaries of the climate because a rise in water is possible in winter and during heavy precipitation!


Log in this cache "Found it" and send me your answers proposals either via my profile or via geocaching.com messaging (Message Center), and I will contact you in case of problems.

Pictures would be greatly appreciated ! 

1 - What are the major climatic influences in the catchment area of ​​la Cagne?
2 - In the upstream section of la Cagne, what type of hydrogeological system is encountered?
3 - What is the common name given to the system present in the downstream section of the river? After the Jurassic aquifer, what geological formation dating from the Pliocene is observed?

------ For site questions, the GPS signal is very bad due to the valley, please refer to the attached photos ------

4 - At Waypoint 1 (picture Question 4) you will find a rock on a waterfall, can you estimate the height of the waterfall?
5 - At the coordinates of the earthcache (picture Question 5) you will find a rock with a vertical fault. Is it a scale or part of a cliff? Do you see any differences in structure?

Additional Hints (No hints available.)



 

Find...

14 Logged Visits

Found it 13     Publish Listing 1     

View Logbook | View the Image Gallery of 2 images

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.