Skip to content

<

La fontaine bouillonnante

A cache by junkys Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 06/30/2017
Difficulty:
2 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: other (other)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:

La fontaine bouillonnante d'Exoudun


*** Histoire & Légende.

En plein centre de la petite commune d'Exoudun, indiqué par quelques panneaux en ville, se trouve la fontaine bouillonnante, appelée également fontaine bouillante ou fontaine de Planche.
Cette fontaine tire son nom du bouillonnement des eaux qui l'alimentent.

Les eaux jaillissant de cette fontaine se jettent dans la Sèvre niortaise toute proche.

Dans un rayon de quelques mètres autour de la source principale, on voit émerger plusieurs autres petites sources moins importantes.

L'eau de ces sources est très limpide sauf en hiver où elle prend parfois une teinte légèrement pierreuse.

Il sort en moyenne 2000 litres d'eau par minute mais son débit peut atteindre 8000 litres d'eau par minute en période de crues.

Une légende est attachée à cette fontaine :

On raconte qu'au IVe siècle, saint Martin serait venu pour évangéliser la contrée et combattre l'influence de la collégiale druidique de Bougon. Il aurait alors utilisé les eaux de la source pour baptiser les nouveaux convertis. Les eaux de la fontaine Bouillante, rappelant les paroles de l'écriture sainte: " fons aquae salientis, in vitam aeternam " (fontaine jaillissant pour la vie éternelle) auraient donc servi aux premiers baptêmes.

Une coutume locale est ainsi née et a longtemps fait que « les jeunes filles d'Exoudun venaient ici jeter deux épingles dans l'eau. Si celles-ci tombaient en croix, c'était le présage d'un futur mariage ».

Gageons que ce ne soit pas évident, essayez ;)

 

*** Géologie du Poitou-Charentes

(© BRGM)

La région Poitou-Charentes est caractérisée par une géologie très variée et une situation de seuil entre 2 massifs anciens (Armoricain et Central) et 2 bassins sédimentaires (de Paris et Aquitain).


carte du relief de Poitou-Charentes

Cette situation implique un empilement de roches sédimentaires principalement calcaires dans les bassins et une grande variété de roches granitiques, volcaniques ou métamorphiques (schistes, gneiss ...) dans les massifs où les terrains les plus anciens ont un âge de 600 millions d’années environ.


Relations entre la nature des roches et la densité du réseau hydrographique

Comme l'on peut le voir sur la carte ci-dessous, les grandes structures géologiques se révèlent dans le relief de la région. La faille de Parthenay peut se suivre du nord des Deux-Sèvres jusqu’à Angoulême. Cet accident, de direction NNO-SSE, recoupe les failles de direction armoricaine (NO-SE) qui se marque également dans le relief et dans l’orientation des vallées. (© BRGM)

 

*** Origine de la fontaine

Au moment où elle va pénétrer dans la commune d'Exoudun, la Sèvre Niortaise disparaît brusquement dans un parcours de quelques mètres. Cette disparition s'explique par l'existence de nombreuses fissures dans les assises calcaires sur lesquelles repose son lit.

Le courant, devenu souterrain, suit le fond de la vallée, alimente en passant le puits communal de Brieuil. Ce puits est une sorte d'excavation circulaire en forme d'entonnoir au fond de laquelle on entend le bouillonnement des eaux circulant à travers les fissures des couches oxfordiennes.

A l'époque des fortes pluies de printemps ou d'automne, le conduit souterrain devient insuffisant. L'eau remplit aussitôt la cavité de l'entonnoir et se répand dans les enclos qui se trouvent en aval. Il y a alors deux courants: l'un aérien et l'autre souterrain qui resurgi aux fontaines de Bagnault.

A partir de la jonction de ces courants, le lit du cours d'eau est nettement tracé entre une double rangée de contre-murs. Il reçoit en passant le tribut issu de la fontaine des Bancs ou des Bains, arrive au pont sous lequel il franchit l'antique voie d'origine romaine et reçoit presque aussitôt les eaux de la fontaine de Thuet dont l'apport appréciable double presque son volume d'eau.

Son lit s'élargit, devient plus profond, et de simple ruisseau qu'elle était jusqu'alors, la Sèvre prend maintenant apparence de rivière.

Jusqu'à Exoudun, le lit de la Sèvre est plutôt vaseux, mais pendant la traversée du bourg, entre les moulins de Crémille et de Planche, le courant devenant plus rapide, ne laisse plus déposer aucun limon et coule alors sur un fond pierreux qui lui a été tracé entre les murs des jardins et des maisons. C'est après Planche que la fontaine Bouillonnante verse sans interruption un énorme volume d'eau.

L'orifice à peu près circulaire par lequel l'eau sort mesure presque trente centimètres de diamètre. Le bouillonnement observable ralentit rarement. Il s'élève en bouillonnant à une hauteur de quarante centimètres pendant les grandes crues.

Partant de là, la Sèvre niortaise arrive tout de suite au vieux moulin de Roche qu'elle alimente en passant; puis fait un circuit pour contourner les hauteurs des Chaumes et se divise en deux bras en amont d'Izarnay. L'un de ces bras va baigner le pied des maisons et revient ensuite apporter ses eaux au courant principal qui se divise à nouveau quelques mètres en aval du pont de la Baignoire. La majeure partie des eaux se dirige vers le moulin de Grand-Vault tandis que l'autre, après avoir décrit à travers les prairies qu'il contourne, une suite de méandres, rejoint le principal cours à la limite communale.

Selon des études approfondies des terrains aux alentours de la source, la résurgence n'est qu'en partie alimentée par les eaux provenant du courant souterrain de la Sèvre niortaise. Une autre majeure partie de son alimentation serait dûe aux eaux d'infiltration de la région des Bois. Celles-ci, après avoir circulé sur une couche imperméable, selon les caprices de la stratification des couches du sous-sol, finissent par se concentrer en un point unique, dont le trop-plein s'évacue par une sorte de siphon naturel alimentant ainsi régulièrement la source.

Source

Carte IGN, avec réseau hydrographique
Quelques définitions ...

Une résurgence est une exsurgence alimentée en partie par au moins un cours d'eau de surface identifié dont une partie ou la totalité s'infiltre dans le sous-sol par une ou plusieurs pertes. Dès lors que la perte ou le réseau hydrographique de surface communicant a été mis en évidence par la visite ou la coloration, l'exsurgence devient une résurgence.

Une exsurgence est l'exutoire d'écoulements souterrains qui proviennent de l'infiltration des eaux de pluies. L'exsurgence se distingue de la résurgence dont les écoulements souterrains proviennent en partie de l'infiltration des eaux de pluies mais aussi d'un cours d'eau dont le parcours s'est d'abord fait en surface puis en profondeur à la suite d'une perte dans les cavités karstiques.

Une perte est lorsqu'un cours d'eau disparaît, totalement ou partiellement, par infiltration ou dans un gouffre. C'est un phénomène localisé, tout ou partie du cours d'eau devient alors souterrain. Le cours d'eau réapparaîtra à l'air libre par une ou plusieurs résurgences.

 


 

Pour loguer cette cache :

Pour valider votre visite sur le site, envoyez-moi vos réponses par mail ou centre de messagerie aux questions suivantes. Vous pouvez loguer "Found it" sans attendre mon accord, je vous contacterai si nécessaire.

Q0. Optionnel, une photo originale de vous ou de votre GPS sur les lieux sera fortement appréciée.

Q1. Replacez Exoudun sur la carte, et, en vous aidant des cartes issues du descriptif, indiquez :
a) la nature des roches en cet endroit ?
b) la structure géologique (relief) en cet endroit ?

Q2. A l'aide des définitions, indiquez si la fontaine est une résurgence ou exsurgence ? Dîtes pourquoi en citant une phrase extraite de cette page ?

Q3. Qu'est-ce qui, géologiquement, explique la présence de ce phénomène dans cette région ? Dîtes pourquoi en citant une phrase extraite de cette page ?

Q4. Un phénomène de perte a été décrit dans le descriptif, cette perte est-elle en amont ou en aval de la fontaine bouillonnante ?

Q5. Au PZ, utilisez le panneau d'information pour compléter la phrase suivante :
Ses flots sont ___ __________ venant __ ______ __ __ ____.

Et si vous n'êtes pas encore mariés, pourquoi ne pas essayer le test des épingles et me donner le résultat dans vos logs ;)

 


 

*** History & Legend.

In the center of the small town of Exoudun, indicated by a few panels in town, is the "bubbling" fountain .
This fountain takes its name from the bubbling of the waters that feed it.

The waters flowing from this fountain flow into the nearby Sèvre Niortaise.

Within a few meters of the main source, several smaller smaller sources emerge.

The water from these springs is very limpid except in winter when it sometimes takes on a slightly stony hue.

It exits on average 2000 liters of water per minute but its flow can reach 8000 liters of water per minute during periods of floods.

The legend of the fountain :

It is said that in the 4th century, Saint Martin would have come to evangelize the country and to fight the influence of the druidic college of Bougon. He would then have used the waters of the spring to baptize the new converts. The waters of the Bouillante fountain, recalling the words of the holy script: "fons aquae salientis, in vitam aeternam" (fountain spouting for eternal life) would have served at the first baptisms.

A local custom was thus born and for a long time made that "the girls of Exoudun came here to throw two pins in the water. If they fell on the cross, it was the omen of a future marriage. "

Let's bet it's not obvious, so ... try yourself ;)

 

*** Geology dof the Poitou-Charentes area

(© BRGM)

The Poitou-Charentes area is characterized by a very varied geology and a threshold situation between 2 ancient massifs (Armorican and Central) and 2 sedimentary basins (from Paris and Aquitain).


Terrain map of Poitou-Charentes

This situation involves a stack of mainly calcareous sedimentary rocks in the basins and a large variety of granite, volcanic or metamorphic rocks (shale, gneiss ...) in the massifs where the oldest fields are almost 600 million years old.


Relationship between the nature of rocks and the density of the river system

As can be seen on the map below, the large geological structures are revealed in the relief of the region. The fault of Parthenay can follow the north of Deux-Sèvres to Angoulême. This accident, with NNO-SSE direction, overlaps the Armorican (NO-SE) fault lines, which is also marked in the relief and in the orientation of the valleys. (© BRGM)

 

*** Origin of the fountain

By the time it entered the town of Exoudun, the Sèvre Niortaise disappeared abruptly in a course of a few meters. This disappearance is explained by the existence of numerous fissures in the limestone beds on which rests its riverbed.

The flow, which has become subterranean, follows the bottom of the valley, feeds the communal well of Brieuil. This well is a kind of circular excavation in the form of a funnel at the bottom of which is heard the bubbling of the waters flowing through the cracks of the Oxfordian layers.

At the time of heavy spring or autumn rains, the underground channel becomes insufficient. The water immediately fills the cavity of the funnel and spreads into the enclosures downstream. There are then two flows : one aerial and the other underground which resurfaced at the fountains of Bagnault.

From the junction of these flows, the riverbed of the stream is clearly drawn between a double row of counter-walls. He receives, passing the tribute from the fountain of the Bancs, arrives at the bridge under which he crosses the ancient Roman road and receives almost immediately the waters of the fountain of Thuet whose appreciable contribution almost doubles volume of water.

Its riverbed widens, becomes deeper, and of a simple stream that it was hitherto, the Sèvre now assumes the appearance of a river.

Until Exoudun, the riverbed of the Sèvre is rather muddy, but during the crossing of the town, between the mills of Cremille and Planche, the flow becoming faster, no longer leaves no silt and then flows on a stony bottom Was drawn between the walls of the gardens and the houses. It is after Planche that the Bubbling fountain pours an enormous volume of water without interruption.

The nearly circular orifice through which the water exits is nearly thirty centimeters in diameter. Observable bubbling rarely slows down. It rises in bubbling to a height of forty centimeters during the great floods.

Starting from there, the Sèvre Niortaise arrives at once to the old mill of Roche which it feeds in passing; Then made a circuit to bypass the heights of Chaumes and divides into two arms upstream of Izarnay. One of these arms will bathe the feet of the houses and then returns to bring its waters to the main current which divides again a few meters downstream of the bridge of the Bathtub. The greater part of the waters flows towards the Grand-Vault mill, while the other, after having described through the meadows which it circumvents, a succession of meanders, joins the main course at the municipal limit.

According to in-depth studies of the grounds around the source, the resurgence is only partly fed by the waters coming from the underground stream of the Sèvre Niortaise. Another major part of its diet is due to the infiltration waters of the Bois region. After circulating on an impermeable layer, depending on the vagaries of the stratification of the layers of the subsoil, they end up concentrating in a single point, the overflow of which is evacuated by a kind of natural siphon feeding regularly the source.

Source

IGN Map, with hydrographic network
Some definitions ...

A resurgence is an exsurgency fueled in part by at least one identified surface watercourse, some or all of which is infiltrated into the subsoil by one or more losses. Once the loss or the hydrographic network of communicating surface has been revealed by the visit or the coloring, the exsurgence becomes a resurgence.

An exsurgence is the outlet for underground flows that come from the infiltration of rainwater. The exsurgence is distinguished from the resurgence whose underground flows originate in part from the infiltration of rainwater but also from a stream whose path was first surface and then deep after Of a loss in the karst cavities.

A loss is when a watercourse disappears, totally or partially, through infiltration or into a chasm. It is a localized phenomenon, all or part of the stream becomes subterranean. The stream will reappear in the open air by one or more outbreaks.

 


 

To log this cache :

To validate your visit on the site, send me your answers by mail or message center to the following questions. You can log in "Found it" without waiting for my agreement, I will contact you if necessary..

Q0. Optional, a photo of you or your GPS in this location will be highly appreciated.

Q1. Replace Exoudun on the map, and, using the maps from the description, indicate :
a) the nature of the rocks here ?
b) the geological structure (relief) at this point ?

Q2. Using the definitions, indicate whether the fountain is a resurgence or exsurgence ? Say why quoting a sentence from this page?

Q3. What, geologically, explains the presence of this phenomenon in this region? Say why quoting a sentence extracted from this page?

Q4. A loss phenomenon has been described in the description, is this loss upstream or downstream of the bubbling fountain?

Q5. At the PZ, use the information panel to complete the following sentence:
Ses flots sont ___ __________ venant __ ______ __ __ ____.

And if you're not yet married, why not try the pins test and give me the result in your logs;)

Additional Hints (No hints available.)



Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.