Skip to Content

<

La maisonnette

A cache by Breton856 Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 9/3/2017
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: small (small)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Maisonnette à visiter pour y trouver la boite contenant le log.

Merci de remettre les éléments comme vous les avez trouvés.

 

A 350 mètres vers Ploërmel, se trouvaient les ardoisières de cô, vous y trouvez maintenant le site de Elite Paintball.

 

Ci dessous Extrait d'un article Ouest-France du Lundi 10 août 2015

 

Au temps des carrières des ardoisières de Cô

Le sous-sol ploërmelais a longtemps été exploité pour son ardoise. Pendant un siècle, la carrière de Cô, sur la route de La Gacilly, en a produit des millions. Elle a été fermée en 1983.

L'Histoire

 

Le château de Josselin, le Parlement de Bretagne de Rennes, beaucoup de monuments historiques, grandes et plus modestes demeures de la région sont couverts par des ardoises de Ploërmel. Pendant un siècle tout rond, de 1883 à 1983, Ploërmel devait aussi sa réputation pour ses ardoises extraites de la carrière de Cô.

L'histoire commence le 23 mai 1883 quand la famille Havart vend de petites carrières à Louis-Marie Stubert pour un commencement d'extraction à ciel ouvert. Au début du XXe siècle, la famille Ubermulhen, déjà propriétaire d'autres mines à Augan et à la Gerbaudais près de Malestroit, rachète l'affaire.

En 1905, M. Ubermulhen confie la direction des ardoisières de Cô à son gendre, Bernard Le Coroller qui est jusqu'alors le pharmacien de Ploërmel. Celui-ci met beaucoup d'énergie pour développer et faire connaître son entreprise. Ainsi, il participe à une Exposition d'Arts et Sciences organisée à la mairie de Ploërmel, du 11 au 18 avril 1909.

L'ardoise apporte l'eau courante

« De nombreux visiteurs arrivent de toute part et en quelques instants, la cour et les salles de l'hôtel de ville sont envahies. La foule assiste à un travail très curieux ; deux ouvriers fendent et taillent l'ardoise. Ils transforment des blocs de schiste en ardoises pour toitures. C'est la première chose que l'on voit en entrant, mais ce n'est certes pas la moins intéressante », relate à l'époque Le Ploërmelais.

Le journal Le Ploërmelais s'en fait l'écho. En 1912, l'hebdomadaire Le Réveil Ploërmelais écrit : « Mardi matin, M. Roth, préfet du Morbihan a visité les ardoisières de Cô. La visite des puits, la taille et surtout le débit des ardoises ont particulièrement retenu l'attention du représentant du gouvernement de la République qui a vivement félicité le jeune et sympathique directeur, aimé et respecté de son courageux et dévoué personnel. » Les ardoisières proposent du travail à la population locale qui, à cette époque, est surtout constituée de petits paysans attachés à leurs terres. Pour faire face au développement de l'activité, la direction embauche plusieurs ouvriers italiens.

L'exploitation commence à se faire en souterrain : on creuse un puits qui descend à plus de cent mètres. Il faut en permanence pomper l'eau qui sort de la nappe phréatique. Et, toute cette eau est dirigée par une conduite vers le vieux château d'eau de la route de Redon qui alimente la ville. Ainsi, grâce aux ardoisières, un service d'eau est organisé à Ploërmel depuis 1893 !

Morbihan. Celt'ardoise diversifie ses activités

En 1927, le site ploërmelais de Cô est racheté par les Ardoisières d'Angers qui y installent des machines plus modernes pour améliorer la production. Les mineurs reprennent l'extraction des ardoises en 1932. La période d'après-guerre donne aux ardoisières un nouvel élan : il faut rebâtir ce que les bombardements ont détruit. Ainsi, par exemple, la ville de Saint-Malo devient un gros client des carrières de Cô. En 1952, Louis Grellier assure la direction de l'entreprise : il agrandit l'exploitation qui emploie alors une soixantaine d'ouvriers.

Mais au fil du temps, l'exploitation devient de plus en plus difficile avec les infiltrations d'eau rendant la mine de moins en moins rentable. Les Ardoisières d'Angers décident de renoncer et, malgré des manifestations à Ploërmel, le site de Cô est définitivement fermé en 1983. Un livre centenaire de l'histoire industrielle ploërmelaise se referme !

Merci à Ouest-France pour cet article.


lesmary56

 

??????

TTF

??????????

 

 

 

 

 

 

Additional Hints (Decrypt)

Gebhirm yr oba égntr

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



 

Find...

41 Logged Visits

Found it 37     Didn't find it 1     Write note 2     Publish Listing 1     

View Logbook

**Warning! Spoilers may be included in the descriptions or links.

Current Time:
Last Updated:
Rendered From:Unknown
Coordinates are in the WGS84 datum

Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.