Skip to Content

<

⛪️ Nouvoitou, l'église ⛪️

A cache by Niko Rigan Send Message to Owner Message this owner
Hidden : 01/04/2019
Difficulty:
1.5 out of 5
Terrain:
1.5 out of 5

Size: Size: micro (micro)

Join now to view geocache location details. It's free!

Watch

How Geocaching Works

Please note Use of geocaching.com services is subject to the terms and conditions in our disclaimer.

Geocache Description:


Nouvoitou, l'église saint Martin de Tours

⛪️⛪️⛪️

Voyageurs et pèlerins, vous qui passez en nos contrés, arrêtez vous un instant essayer votre cape d'invisibilité.

⛪️⛪️⛪️

Vous voici à Nouvoitou. Le lieu est cité dans divers écrit depuis le XIème siècle.

Nouvoitou est situé au milieu d'une des plus belles plaines des environs de Rennes, et la domine en entier. On dit que son nom vient de cette position (nous-vois-tous). Mais M. l'abbé Oresve donne une étymologie plus savante. Selon lui, le nom latin de cette paroisse serait novestocus, abréviation de novus estocus, nouvelle tige. Alors il faudrait admettre qu'elle a été fondée, ce qui arrivait quelquefois, par démembrement d'une paroisse voisine dont la maison seigneuriale faisait tige neuve.

L’église qui se dresse devant vous est placée sous le vocable de Saint Martin de Tours.

Saint Martin, est essentiellement connue grâce à son disciple Sulpice Sévère qui écrira en 397 la « Vita sancti Martini » qui connut un grand succès durant tout le Moyen Age.

Voici un petit résumé de son histoire :


Saint Martin naît en 316 en Pannonie, l’actuelle Hongrie, où son père, tribun militaire était en garnison. Lorsqu’il atteint l’âge de 15 ans, son père, inquiet de ses relations avec des chrétiens, l’oblige à intégrer l’armée. Envoyé comme officier en Gaule, il y mène une vie exemplaire, dépensant toute sa solde pour secourir les pauvres, se considérant même comme le serviteur de son ordonnance.

C’est à Amiens que se situe l’épisode qui le rendra célèbre dans toute la chrétienté. Un soir d’hiver, rencontrant un miséreux dépourvu de tout vêtement, et n’ayant aucun subside à lui donner, il coupe sa cape en deux, pour en revêtir le malheureux. Il ne pouvait donner qu’une partie de sa cape, car la moitié de son uniforme appartenait à l’armée qui l’avait payée. La nuit suivante, durant son sommeil, le Christ lui apparut portant la partie de la cape qu’il avait donnée au pauvre.

Ayant accompli son temps de service, il rejoint en 356 l’évêque Hilaire de Poitiers, avec lequel il luttera contre l’arianisme. L’empereur Constance II protégeant les ariens, il doit s’exiler et ne peut revenir à Poitiers qu’après le Concile de Nicée en 360. Il crée alors un petit monastère d’où il accomplit ses premiers miracles.

Sa réputation de thaumaturge se propage dans toute la région, si bien qu’en 371, malgré sa résistance, les habitants de Tours l’élisent Évêque de la ville. Ayant créé une abbaye à Marmoutier, vivant toujours tel un pauvre, il parcourt la campagne, luttant contre le paganisme, détruisant les idoles et les temples païens, les remplaçant par des églises et des ermitages. Le 8 novembre 397 il meurt à Caudes lors d’une visite pastorale. Son corps est ramené à Tours, et la légende veut que les fleurs se soient mises à éclore et à fleurir lors du passage du convoi funèbre, d’où l’expression « l’été de la Saint Martin ».

L'importance historique de Martin de Tours tient surtout au fait qu'il a créé les premiers monastères en Gaule et qu'il a formé des clercs par la voie monastique. D'abord admiré par ses amis qui l'ont pris pour modèle (Sulpice-Sévère, Paulin de Nole), son culte a été instauré par ses successeurs au trône épiscopal de Tours, qui ont su faire de leur basilique un sanctuaire de pèlerinage. Dès le Ve siècle, Tours était le premier lieu de pèlerinage des Gaules romaines. Le choix de Martin de Tours comme saint patron du royaume des Francs et de la dynastie des Mérovingiens est fait sous Clovis. La cape de saint Martin de Tours, qui fut envoyée comme relique à la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle pour Charlemagne, est elle-même à l'origine du mot « chapelle », c'est-à-dire l'endroit où l'on gardait la « c(h)ape » du saint qui était emportée lors des batailles et portée en bannière. Cette cape est aussi à l'origine du mot « Capet », nom de la dynastie des rois de France. Ainsi, du royaume d'Austrasie jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, saint Martin reste le symbole de l'unité franque.

Aujourd’hui, Martin est le patronyme le plus fréquent en France, où 246 communes portent son nom et plus de 3 700 églises sont placées sous son vocable et son nom de baptême est devenu le nom de famille le plus fréquent de France.

En lisant cette histoire, vous n’avez certainement pas manqué de faire le tour de l’église et de trouver la cache.

Mais la visite n’est pas terminée, parlons maintenant de cette église qui a été bâtie en 1426, probablement en place d’un édifice plus ancien. Cette date est attestée par une pierre d'ardoise encastrée dans le mur septentrional du sanctuaire, et porte l'inscription suivante, écrite en gothique du XVe siècle :

" mil quatre cens quatre-vingt-dix, | pour le profit des morts et vifs, | fut refait tout de nouveau | l'édifice de chanceau. | lors thésauriers étaient pour voir | Gilles Maulgendre et Jehan Maulnoir. | "

La nef à chevet droit avec fenêtres flamboyantes et le chœur datent du XVème siècle. Un seul collatéral existe au Nord, bâti au XVIIème siècle, séparé de la nef par des arcades en plein cintre. La chapelle de la Vierge date de 1549, la sacristie date du XVIIème siècle et la tour-clocher date de 1675.

Le porche sud datant du XVIIème siècle abrite une pierre tumulaire. Elle offre l'effigie d'une dame reposant sous une arcade trilobée, la tête appuyée sur un coussin que tiennent deux petits anges. On appelle cette pierre la tombe de la baronne et on prétend qu'elle recouvrait les restes d'une dame de Vauxelle.

Ne manquez pas à côté du monument aux morts, cette croix du XVIIème siècle qui fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 10 mars 1907. La croix est en granit et surmonte un socle passant d'une tête de mort de chaque côté.

La visite est terminée, j’espère qu'elle vous a plu. Il y a tant d'autre petits détails à conter, mais le temps manque. A bientôt.

Notes :

Le poseur a pris plaisir à concevoir cette cache

Pensez-y !

Ce n’est pas une cache premium pour permettre au plus grand nombre de prendre plaisir à trouver de chouettes boîtes. Alors, s’il vous plaît, prenez en soin, et n’hésitez pas à m’envoyer un message en cas problème.

La cotation D/T est volontairement mis à 1.5/1.5 pour permettre aux débutants de voir la cache sous l'application officielle.

La cache GC59HCV posée par Lolive et archivée depuis se trouvait à quelques pas du PZ actuel.

Additional Hints (Decrypt)

"L n ovra geragr-fvk fbegrf qr pungf
Qrf crgvgf, qrf tebf, qrf natbenf
Pungf qr tbhggvèer rg pungf Fvnzbvf
L'n dh'har géyé, p'rfg Géyépung"

Decryption Key

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M
-------------------------
N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z

(letter above equals below, and vice versa)



Return to the Top of the Page

Reviewer notes

Use this space to describe your geocache location, container, and how it's hidden to your reviewer. If you've made changes, tell the reviewer what changes you made. The more they know, the easier it is for them to publish your geocache. This note will not be visible to the public when your geocache is published.